Nigéria: vers le repositionnement des SSP pour répondre aux attentes en matière de prestation de services

Propos recueillis par Gloria Essien, Abuja

0 267

Le gouvernement nigérian affirme que les installations de soins de santé primaires (SSP) n’ont pas répondu aux attentes en raison d’un financement insuffisant.

Le ministre de la Santé, Dr Osagie Ehanire, l’a fait savoir lors du Dialogue national sur la santé, organisé par le Centre pour l’innovation et le développement du journalisme (CJID) et son organisation sœur Premium Times, avec pour thème le financement des soins de santé primaires : Rôle des acteurs étatiques et non étatiques à Abuja.

Il a noté que la pénurie et la mauvaise répartition des travailleurs de la santé, les infrastructures délabrées et les faibles systèmes de référence sont également des problèmes qui affectent les SSP.

Dr Ehanire a noté que l’insuffisance du financement du système de soins de santé primaires a eu un impact négatif sur la prestation de services tels que l’immunisation et les services de santé maternelle et infantile. “La déclaration d’Alma Ata de 1978 et la récente déclaration d’Astana de 2018 sur les soins de santé primaires, indiquent la nécessité d’une approche multisectorielle des soins de santé primaires avec l’implication de différentes parties prenantes, y compris la communauté. Les deux déclarations appellent à un financement adéquat des systèmes de soins de santé primaires afin de garantir un accès optimal à des services de santé de qualité au niveau communautaire. Un financement solide des soins de santé primaires au Nigeria nécessitera des efforts de collaboration de la part des acteurs étatiques et non étatiques.

“Pendant que les acteurs étatiques au sein du gouvernement continuent de jouer leur rôle pour s’assurer que davantage de ressources publiques sont disponibles pour les systèmes de soins de santé primaires, une part importante des progrès en matière de financement des soins de santé primaires dépend du rôle des acteurs non étatiques. Le secteur privé, les organisations de la société civile, les organisations non gouvernementales, les médias, les organisations confessionnelles, les syndicats, les organisations professionnelles, le monde universitaire, les groupes communautaires et les particuliers peuvent tous contribuer au financement des soins de santé primaires au Nigeria.”

Il a souligné que le Nigeria a poursuivi ses efforts pour améliorer la proportion des ressources allouées au système de soins de santé primaires à travers le pays, avec des innovations telles que les Fonds pour la fourniture de soins de santé de base, qui a changé la donne et a permis d’augmenter le financement du système de soins de santé primaires par le biais des différentes passerelles.

“Les efforts d’organismes tels que l’Agence nationale de développement des soins de santé primaires et l’Autorité nationale d’assurance maladie ont contribué au financement des soins de santé primaires au Nigeria. Guidé par les données des rapports sur les comptes nationaux de la santé, qui indiquent des dépenses personnelles astronomiques pour les soins de santé, le gouvernement du Nigeria a décidé de fournir davantage de ressources pour la santé, en espérant une réduction significative des dépenses personnelles et davantage de financement pour des priorités telles que les soins de santé primaires.”

Le ministre a également révélé que le programme de niveau suivant du gouvernement fédéral prévoit une assurance maladie obligatoire pour les Nigérians et garantit un ensemble de services de santé de base sans frais pour les citoyens par le biais du Fonds de fourniture de soins de santé de base de la loi sur la santé nationale.

“Le gouvernement du Nigeria, au niveau fédéral et au niveau des États, continuera d’intensifier ses efforts pour accroître le financement du système de soins de santé primaires. Nous espérons que ces actes modestes permettront d’accroître équitablement et progressivement l’accès aux services de santé pour tous les Nigérians. Nous sommes convaincus que si le gouvernement fédéral et les gouvernements étatiques augmentent de manière significative leurs allocations budgétaires au secteur de la santé, nous progresserons rapidement pour garantir un accès équitable aux soins de santé.”

De son côté, le représentant de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Dr Walter Mulombo, a révélé que le compte national de la santé estime que 16,6 % des dépenses de santé actuelles proviennent du gouvernement (fédéral, de l’État et des LGA), 11,8 % des partenaires du développement et 3,6 % des assurances. Il a ajouté que le nombre de personnes qui paient leurs soins de santé de leur poche, avec des risques de catastrophe, était encore élevé.

“En outre, il est important de noter que 61,4 % des dépenses de santé au Nigeria sont consacrées aux maladies transmissibles telles que le paludisme (36,2 %), le VIH et autres MST (10,4 %), la tuberculose (5,5 %) et les maladies évitables par la vaccination (4,7 %)”, a informé M. Mulombo.

Il a exhorté les gouvernements à tous les niveaux à se compléter et à collaborer avec les acteurs non étatiques, y compris le secteur privé, pour stimuler les soins de santé. Les acteurs non étatiques ont donc été des partenaires à part entière pour faire en sorte que personne ne soit confronté à des difficultés financières et à des problèmes non résolus.

Dans sa présentation, la directrice du développement du système de soins de santé primaires de l’Agence nationale de développement des soins de santé primaires (NPHCDA), Dr Ngozi Nwosu, a souligné les efforts du gouvernement fédéral pour améliorer les soins de santé primaires. L’introduction de la loi NHAct 2014 vise à fournir un accès aux services de santé à tous les Nigérians et à augmenter les investissements par le biais du BHCPF, qui représente au moins 1% du CRF.

“L’utilisation d’approches de financement innovantes et axées sur les résultats pour une allocation efficace des ressources, l’amélioration des budgets de santé par l’analyse de l’espace fiscal pour la santé, afin de fournir des ressources budgétaires supplémentaires pour le système de santé, l’élargissement de l’accès à un ensemble minimal de services de base par le biais du BHCPF”, a-t-elle déclaré.

Elle a ajouté que le mécanisme de carte de pointage des soins de santé primaires sous un même toit (PHCUOR) vise à améliorer la qualité grâce à une évaluation rigoureuse des systèmes de soins de santé primaires.

Leave A Reply

Your email address will not be published.