Le FMI souhaite la fin de la corruption au Nigeria

Détails avec Salihu Ali, Abuja

0 58

Le Fonds monétaire international (FMI) a souligné la nécessité pour les ministères, départements et agences (MDA) du Nigeria de s’attaquer aux problèmes qui conduisent à une corruption omniprésente et à ses effets sur l’économie nigériane.

Le FMI l’a fait savoir lorsqu’une équipe, dirigée par M. Alin Shane, a rendu une visite de consultation à l’agence anti-corruption du Nigeria, l’Independent Corrupt Practices and Other Related Offences Commission ICPC, à Abuja.

M. Shane a déclaré que l’objectif de la visite était d’impliquer certaines institutions gouvernementales dans l’évolution de leurs activités et du pays dans son ensemble, expliquant que l’ICPC se concentrait sur son rôle, son mandat, les cas et les condamnations, le statut des flux financiers illicites (IFF), les réformes de la fonction publique en ce qui concerne les travailleurs fantômes, les descriptions de postes ainsi que le paiement électronique des salaires.

Ils ont également cherché à connaître les efforts déployés par la commission pour changer la perception négative de la corruption au Nigeria, les stratégies adoptées pour lutter contre la corruption et les succès de ces stratégies.

Les aspects de la corruption

Ils ont également exprimé leur espoir que la consultation aborde la manière dont la Commission s’attaque aux aspects de la corruption liés à la demande et à l’offre, à la fraude en matière de marchés publics et au traitement des actifs récupérés.

Le président de l’ICPC, le professeur Bolaji Owasanoye, SAN, OFR, a déclaré que la corruption était le fondement du sous-développement de la nation, de la perception négative et des problèmes économiques, et que les enquêtes et les rapports menés dans le passé portaient sur la corruption dans le commerce de détail.

Il a déclaré que la Commission braquait ses projecteurs sur la grande corruption qui a un effet majeur sur le secteur public, expliquant qu’à travers l’examen du système, les déclencheurs qui conduisent à la corruption ont été trouvés et ont été considérablement atténués, ce qui a conduit à l’élimination des travailleurs fantômes et à des rendements importants pour le gouvernement.

Flux financiers illicites, IFFs

S’agissant des flux financiers illicites, M. Owasanoye a informé l’équipe que la Commission était le secrétariat de l’équipe de travail interinstitutions chargée de mettre un terme aux flux financiers illicites, et qu’elle se concentrait sur l’environnement des investissements dans le secteur du pétrole et du gaz, ainsi que sur les secteurs commercial et fiscal, afin de réduire les prix de transfert et la fraude commerciale, entre autres.

Il a déclaré que des formations sur le renforcement des capacités avaient été organisées pour permettre aux fonctionnaires de savoir ce qu’il faut rechercher afin de s’attaquer aux problèmes qui favorisent les EFI.

Le patron de l’ICPC a également révélé qu’avec le mandat de la Commission d’éclairer le public et d’engager les citoyens, elle a, grâce à la politique nationale d’éthique et d’intégrité (NEIP), progressivement réussi à mobiliser les citoyens et à obtenir leur engagement dans la lutte contre la corruption.

Il a indiqué que la Commission menait actuellement un projet sur le changement de comportement qui vise à décourager les membres du public de tolérer et de s’engager dans la corruption et les pratiques corrompues.

Initiatives

S’exprimant sur une autre initiative de la Commission qui se concentre sur l’optimisation des ressources, avec un point focal sur le système budgétaire en suivant la façon dont l’argent est dépensé, le Président a expliqué les résultats obtenus par l’ICPC grâce à l’initiative de suivi des projets des circonscriptions et des exécutifs (CEPTI), qui en est à sa 5e phase.

Le professeur Owasanoye a déclaré que la Commission était habilitée par la loi à saisir, gérer et disposer des actifs, ajoutant que la Commission a récemment entamé le processus de disposition des actifs confisqués par le gouvernement fédéral, conformément à la loi 2022 sur les produits du crime (récupération et gestion) (POCA), promulguée par le président Muhammadu Buhari au début de cette année.

Il a exhorté l’équipe du FMI à s’entretenir avec le pouvoir judiciaire et le pouvoir législatif, car ils sont des acteurs clés de la lutte contre la corruption au Nigeria.

Leave A Reply

Your email address will not be published.