La transformation numérique, selon les Ministres des TI, stimulera la croissance économique de l’Afrique

Détails avec Na'ankwat Dariem

0 301

Les ministres africains des technologies de l’information et de la communication de l’Union africaine des télécommunications (UAT) ont tous deux convenu que l’adoption de la numérisation des systèmes sur le continent entraînera la croissance économique numérique dans les pays africains.

S’exprimant lors d’un forum ministériel organisé dans le cadre de la conférence AfricaCom 2022, qui a réuni des participants du Malawi, de la Namibie, de l’Ouganda et de la Zambie, le secrétaire général de l’UAT, John Omo, a noté que la transformation numérique, en tant que moteur de la croissance économique inclusive, de la création d’emplois, de l’amélioration de la prestation des services publics et de l’optimisation des services aux entreprises en Afrique, permettrait au continent de rivaliser avec d’autres nations du monde technologiquement avancées.

M. Omo, qui s’est exprimé lors de la conférence intitulée “Rise Stronger with Digital Economy” (Renforcer l’économie numérique), a indiqué que les nations africaines devaient se concentrer sur les méthodes qui donneront un nouveau sens à l’espoir pour le voyage économique numérique de l’Afrique.

Selon lui : “L’Afrique a besoin que l’innovation numérique s’étende à tous les segments des entreprises et de la société si nous voulons renforcer notre économie numérique. Selon la Banque mondiale, l’Afrique a besoin de 100 000 milliards de dollars pour réaliser une transformation numérique complète, et personne, dans le secteur public ou privé, n’a la capacité d’y parvenir seul. Grâce au pouvoir de l’investissement et de la réglementation, nous pouvons ensemble élaborer un cadre qui donnera effet à la croissance et au développement que nous voulons voir.”

De même, le président de Huawei pour la région Afrique subsaharienne, Leo Chen, a insisté sur les trois éléments majeurs de la transformation numérique, à savoir l’infrastructure numérique, les services numériques et les compétences numériques.

Chen a précisé : “Si nous faisons bien ces trois choses, nous pouvons connecter les personnes et les entreprises non connectées, libérer pleinement la productivité numérique et développer l’économie numérique, quelle que soit sa définition”. Pour y parvenir, Huawei innove pour avoir un impact avec les partenaires locaux, pour trouver des solutions locales aux problèmes locaux”, a précisé Chen.

Selon lui, “nous nous attaquons au défi de la connectivité, en particulier dans les zones rurales, nous apportons également la fibre à la maison, ainsi qu’aux entreprises. Une fois que nous aurons la connectivité, nous pourrons nous attaquer à la question de la culture numérique, a-t-il ajouté. Ce que les invités ont en commun, c’est l’intégration du processus de numérisation par tous les ministères, départements et agences du gouvernement, par exemple dans les domaines de l’agriculture et de l’éducation – la technologie est incorporée dans leurs systèmes”, a déclaré M. Chen.

Le coordinateur national de l’institut SMART Zambia, Percy Chinyama, a expliqué que le secteur numérique a reçu l’autorité en Zambie, déclarant que “nous travaillons à maximiser le travail des départements générateurs de revenus et à réduire les duplications de travail, et nous avons maintenant 240 services gouvernementaux en ligne”.

Commentant l’évolution de la situation, le vice-ministre namibien des technologies de l’information et de la communication, M. Emma Theofelus, a révélé que les TIC et le changement climatique revêtent la même importance en Namibie, ajoutant que la numérisation et l’efficacité énergétique vont de pair, précisant que “le gouvernement s’est engagé à œuvrer pour accroître les niveaux de numérisation et réduire notre impact sur le changement climatique”.

Le ministre ougandais des TIC et de l’orientation nationale, Chris Baryomunsi, a souligné : “Même si nous avons augmenté le nombre d’établissements d’enseignement supérieur, les niveaux de chômage restent un problème, et nous travaillons donc à une plus grande création d’emplois aux diplômés”, a-t-il expliqué.

Le forum s’est clôturé par la signature d’un communiqué commun dans lequel tous les participants ont convenu que le développement de l’économie numérique est mesurable. Pour développer l’économie numérique, les pays doivent mettre en place une stratégie de haut niveau et une feuille de route de mise en œuvre, avec des objectifs, des indicateurs et des étapes clairs.

Ils ont également besoin de politiques favorables pour encourager les investissements, améliorer l’efficacité et mettre en place les infrastructures, les compétences, l’écologie numérique et l’innovation nécessaires à la croissance de l’économie numérique et à la création d’un environnement commercial équitable pour tous les investisseurs.

Leave A Reply

Your email address will not be published.