Nigéria: les législateurs plaident en faveur de l’augmentation budgétaire du bureau des marchés publics

Propos recueillis par Gloria Essien, Abuja.

0 121

La Chambre basse a dénoncé la faible allocation budgétaire accordée au Bureau de surveillance des marchés publics (BPP).

Ils ont exprimé leur mécontentement lors de la défense budgétaire de la commission des marchés publics à Abuja, la capitale du Nigeria.

Selon le président de la commission, Nasir Ahmed, compte tenu des énormes responsabilités confiées au BPP, celui-ci a besoin de plus de fonds.

Il a noté que l’allocation de 58 millions de naira était insuffisante.

“Nous allons nous mettre en contact avec le Sénat pour trouver des moyens d’améliorer le budget du BPP. Nous allons nous asseoir avec les dirigeants des deux chambres pour nous assurer que la question est abordée. S’il y a des perdants dans ce sous-financement, c’est le peuple nigérian”, a informé l’honorable Ahmed.

Il a noté que l’agence est largement sous-financée.

D’après lui, la commission allait intensifier ses fonctions de surveillance dans le but de renforcer le Bureau pour qu’il puisse mettre en place et maintenir un système de passation de marchés efficace et conforme aux meilleures pratiques internationales.

“La Chambre des représentants et l’Assemblée nationale ne sont pas seulement chargées d’assurer l’adoption en temps voulu des budgets annuels, mais aussi de veiller à ce que le budget ait un impact direct sur les citoyens et la nation dans son ensemble. Il doit avoir un impact sur la capacité de production des Nigérians en vue de créer des richesses et des opportunités pour tous et chacun”. Il a ajouté.

Un membre de la commission, l’honorable Benjamin Kalu, a noté que l’aspect le plus important du Bureau était le suivi et l’évaluation et que le Bureau ne s’embarquait pas dans des voyages pour suivre les projets.

Il a également ajouté qu’il était surpris que le directeur général ne s’inquiète pas d’être sous-financé.

Les membres de la commission ont été unanimes à reconnaître que le BPP ne peut remplir aucun de ses mandats avec son allocation.

Dans sa réponse, le directeur général du Bureau des marchés publics, M. Mamman Ahmadu, a intimé que seulement 49% de son budget 2022 a été alloué jusqu’à présent pour le bureau.

Le directeur général a révélé qu’il avait travaillé dans les limites de son budget.

Il a noté qu’il se heurte parfois à des difficultés.

“Nous ne pouvons pas faire semblant à ce sujet, il y a moins d’argent et plus de travail. Nous ferons de notre mieux, avec les maigres ressources dont nous disposons pour travailler”, a confié M. Ahmadu.

Il a ajouté que l’agence identifie les projets qui ne sont pas performants et concentre sa surveillance sur eux.

Leave A Reply

Your email address will not be published.