”La présidence est préoccupée par les inondations dévastatrices” (Porte-parole du Président)

Par Timothy Choji, Abuja

0 202

La présidence nigériane a exprimé son inquiétude face aux inondations dévastatrices qui ravagent certaines régions du pays.

L’assistant spécial principal du président Muhammadu Buhari chargé des médias et de la publicité, Garba Shehu, a déclaré cela en réponse à ceux qui demandent la démission de la ministre des Affaires humanitaires, de la Gestion des catastrophes et du Développement social, Sadiya Farouq.

La ministre a réitéré lors du point de presse ministériel organisé par l’équipe de communication présidentielle à Abuja que, d’après une évaluation effectuée par le ministère, Bayelsa ne figurait pas parmi les dix États les plus touchés par les récentes inondations.

Elle a fait ce commentaire en réponse à l’homme d’État et leader du Pan Niger Delta Forum (PANDEF), Chief Edwin Clark, qui a imploré le gouvernement fédéral d’agir pour sauver les victimes des inondations dans la région du delta du Niger.

Réagissant à ce développement, M. Shehu a noté : “Les scènes d’inondation dans l’État de Bayelsa sont profondément attristantes. Les pensées de la présidence vont aux victimes et aux personnes touchées par les inondations.

“Cependant, les appels de certains milieux à la démission du ministre des Affaires humanitaires, de la Gestion des catastrophes et du Développement social ne sont pas appropriés dans ce climat.

“Presque tous les États du Nigeria ont été touchés”.

Shehu a noté que les vies perdues dans l’État de Bayelsa et dans d’autres parties du pays sont très importantes et que le gouvernement fera de son mieux pour apporter son soutien aux personnes touchées par la catastrophe.

“Le gouvernement nigérian est préoccupé par ce qui s’est passé à Bayelsa, comme il l’est par rapport aux autres États. Aucune vie perdue n’est plus grande ou plus petite que celle des autres.

“Le défi d’apporter de l’aide au grand nombre de personnes déplacées à Bayelsa et dans d’autres États, la restauration de leurs biens endommagés et des terres agricoles emportées par les eaux ont clairement dépassé les efforts de gestion des catastrophes jusqu’à présent, mais cela ne veut pas dire qu’aucun effort n’est fait.

“Les besoins considérables en produits alimentaires, en tentes, en couvertures et en moustiquaires, en médicaments antipaludéens et autres indiquent clairement que des ressources supplémentaires sont nécessaires, non seulement pour les agences de gestion des catastrophes au niveau central, mais aussi pour celles des États et des Conseils locaux, qui sont structurellement les premiers à réagir.

“Le ministre a travaillé avec diligence pour cibler l’aide là où elle est le plus nécessaire et combler les lacunes dans les réponses aux catastrophes de plusieurs gouvernements d’État.

“L’État de Bayelsa s’est remarquablement bien comporté, mais il peut certainement faire mieux avec une aide fédérale accrue, qui continue d’être fournie lot par lot.

“Tous ces efforts sont déployés avant la publication du rapport du comité sous les auspices du Forum des gouverneurs nigérians, mis en place par le président “pour trouver des solutions et transmettre leurs conclusions au gouvernement fédéral, afin d’alléger le sort des personnes actuellement ravagées par les inondations dans le pays”.

Il a donc appelé tous les niveaux de gouvernement à se mobiliser pour soutenir les personnes touchées.

“Ceci alors que l’on attend davantage de la part de la communauté internationale et que le soutien des entreprises et des organisations à but non lucratif peut faire toute la différence pendant que le pays est confronté à ses pires inondations depuis des décennies.

“Nous espérons que tout le monde, les agences du gouvernement central, les Etats et les Conseils locaux augmenteront l’attention à porter aux défis du changement climatique.

“Il est clair que ce n’est pas le moment de faire des reproches au public. Cela ne ferait qu’affaiblir notre réponse collective à la tragédie et, en fin de compte, entraverait la coopération qui permet de sauver des vies et de fournir une aide d’urgence.

“Le gouvernement central continuera à faire davantage pour Bayelsa et pour tous les États ainsi touchés, à mesure que des ressources de plus en plus importantes seront mises à la disposition des organismes concernés”, a-t-il ajouté.

Leave A Reply

Your email address will not be published.