La santé est notre priorité selon Tambuwal, gouverneur de l’État de Sokoto

0 171

Le président du Forum des gouverneurs du Nigéria (NGF) et gouverneur de l’État de Sokoto, Aminu Tambuwal, a réaffirmé que “la santé reste notre priorité en tant que gouverneurs et que nous nous concentrons sur la mise en place d’une plateforme de soins de santé résiliente, engagée dans la vaccination de routine et l’éradication totale de la polio dans le pays”.

Il a fait cette déclaration lors d’une visite de courtoisie au ministre de la Santé (FMOH), Dr Osagie Ehanire, à Abuja, et a exprimé son inquiétude quant aux médecins qui cherchent des emplois à l’étranger, au détriment du pays.

Dans une déclaration signée par Mhuhammad Bello, conseiller spécial de Tambuwal chargé des médias et la publicité, dimanche à Abuja, le gouverneur a demandé des mesures urgentes pour lutter contre cette menace.

“Nous assistons à la fuite des cerveaux au fil des années. C’est alarmant. Et je pense que cela a quelque chose à voir avec le bien-être du personnel médical.

“Je demande instamment au gouvernement fédéral de prendre des mesures urgentes à ce sujet”, a-t-il lancé.

Le président du NGF a également exhorté le gouvernement fédéral à accélérer la réalisation des 25 % nécessaires pour assurer une couverture médicale universelle à tous les Nigérians, dans le cadre du Fonds pour la fourniture de soins de santé de base (BHCPF).

Selon lui, bien que les gouverneurs soient désireux de construire une plateforme de soins de santé résiliente, engagée dans la vaccination de routine et l’éradication totale de la polio, en collaboration avec des partenaires mondiaux et locaux, leurs efforts seraient réduits à néant si la tendance alarmante se poursuivait sans être maîtrisée.

“Il y a des défis à relever, mais beaucoup de choses ont été réalisées, notamment dans la lutte contre la pandémie de COVID-19, qui a permis au Nigeria de se classer quatrième, sur 54 pays africains, dans l’indice mondial de sécurité sanitaire pour 2021.”

Tout en félicitant le gouvernement fédéral pour l’initiative de créer le BHCPF, M. Tambuwal a souligné que l’élan visant à rendre le fonds réaliste ne devrait pas être ralenti.

Il a également assuré le gouvernement et le FMOH de la transparence et de la responsabilité dans la gestion du fonds par les États, soulignant toutefois que le décaissement par le forum serait basé sur les performances des États bénéficiaires.

Ehanire, dans ses remarques, a interpellé le gouverneur sur la question de la fuite des cerveaux, notant que 3000 médecins sont diplômés chaque année dans le pays.

Selon le ministre, cependant, sur ce nombre, 1000 quittent le pays chaque année.

Cela, a-t-il ajouté, était en dépit des efforts du gouvernement fédéral pour créer plus d’espace pour employer ce personnel face aux demandes croissantes de rémunération plus élevée.

“Parmi les médecins, ceux qui sont le moins susceptibles de rester dans le pays, et pour lesquels l’incitation à le faire est abyssale, sont les consultants expérimentés.

“Ce sont eux qui nous inquiètent le plus, car il faut beaucoup d’argent pour les former, et il est difficile de répondre à leurs attentes.”

Le ministre a exhorté les gouverneurs des autres États à imiter le gouvernement de l’État de Sokoto, qui, selon lui, consacre beaucoup de ressources à la formation des médecins, qui sont ensuite employés par le gouvernement.

Leave A Reply

Your email address will not be published.