La jeunesse nigériane exhortée à adopter la technologie

Propos recueillis par Na'ankwat Dariem, Abuja

0 332

La jeunesse nigériane a été appelée à tirer parti de la technologie, car elle a le potentiel de réduire le taux de chômage dans le pays.

M. Tajudeen Audu, expert en audit et PDG du cabinet Taju Audu & Co, a donné ce conseil lors de l’inauguration du TAC, qui abrite un institut de formation mis en service à Abuja par le ministre nigérian des Finances, du Budget et de la Planification.

M. Audu a également souligné la nécessité pour les jeunes Nigérians de développer des compétences numériques et entrepreneuriales afin de lutter contre le chômage.

Selon lui, “l’exploitation de la technologie permettra à la jeunesse nigériane de s’émanciper et de réduire considérablement le taux de chômage”.

M. Audu a précisé que “le renforcement des capacités dans le domaine de l’entrepreneuriat, la création d’emplois et le développement des compétences professionnelles que l’institut propose, peuvent être réalisés.”

“Pour nous, à TAC House, nous faisons à la fois des activités académiques et non académiques.

Ainsi, nous permettons également aux gens d’être formés dans certains de ces domaines, puis nous les complétons avec des compétences en matière d’entrepreneuriat pour gérer une entreprise. Cela signifie qu’en dehors des cours que nous dispensons dans le domaine de la gestion financière et de l’entrepreneuriat, nous nous intéressons également aux compétences en communication, à la comptabilité du pétrole et du gaz, etc. Nous nous concentrons également sur le développement des compétences”, a-t-il expliqué.

Le PDG a également ajouté que “l’institution crée un pôle fintech durable qui se concentre sur la lutte contre le chômage et la réduction des écarts financiers grâce à des solutions innovantes.”

“Nous encourageons également les gens, en particulier les jeunes, à se lancer dans la fintech. Il y a beaucoup d’opportunités dans ce domaine. Et nous avons un espace désigné pour servir de centre d’incubation pour faire émerger de nouvelles idées et des développements dans le FinTech et il est financièrement convivial afin que les gens puissent se le permettre”, a assuré M. Audu.

L’institut TAC, a-t-il poursuivi, soutiendrait les individus avec de bons outils, les compétences et les ressources pour construire une entreprise et devenir plus employable et productif.

“Nous donnons également l’opportunité aux gens de se former à certaines de ces formations, puis nous les complétons avec des compétences entrepreneuriales pour gérer une entreprise. Il s’agit donc d’apporter notre petite contribution à la création d’emplois. Il sert de forum pour former les gens à devenir meilleurs. C’est notre vision et c’est pourquoi nous sommes ici aujourd’hui”, a-t-il ajouté.

M. Audu a encouragé les jeunes Nigérians à se tourner vers le développement des compétences plutôt que vers les emplois de bureaux.

D’après lui : “J’encourage la jeunesse, surtout aujourd’hui où il est très difficile de trouver un emploi à part entière. Au lieu de chercher des emplois dans le secteur public, les jeunes devraient opter pour l’auto-développement en acquérant des compétences. J’encourage également les jeunes à rechercher l’intégrité et la compétence.”

Félicitant la société, le secrétaire exécutif de l’Initiative pour la transparence dans les industries extractives au Nigeria (NEITI), Dr Ogbonnaya Orji, a exhorté les entreprises nigérianes à adopter les principes d’intégrité et de compétence dans la gestion et la réalisation des affaires et des projets.

M. Orji a également félicité le cabinet pour avoir fait preuve d’un haut niveau de compétence et d’intégrité dans la gestion des quatre cycles d’audit (2013, 2014, 2020 et 2021) de l’industrie pétrolière et gazière nigériane, ce qui a contribué à la réalisation du mandat de la NEITI visant à garantir la transparence dans le secteur pétrolier et gazier.

Il a renchéri : “Nous devions créer des espaces conviviaux pour que les entreprises locales puissent se joindre à nous. À chaque étape, cette entreprise s’est imposée et est apparue comme la meilleure.”

Selon Dr Oriji, certains de nos partenaires internationaux ne pensaient pas que ce travail pouvait être réalisé localement. “Ils s’occupent actuellement de nos projets, nous les avons réengagés car ils ont fait un excellent travail grâce à leur compétence et leur intégrité.

“Je veux que les formes indigènes résument le courage d’apprendre à réaliser des projets avec intégrité et compétence. Une fois que l’argent vous est attribué, utilisez-le judicieusement aux fins pour lesquelles il vous a été donné”, a souligné M. Orji.

Le ministre de la capitale fédérale du Nigeria, M. Mohammed Bello, a également applaudi les efforts de l’entreprise visant à ajouter de la valeur économique à la capitale du pays.

M. Bello a appelé les propriétaires d’immeubles et d’entreprises à installer des caméras CCTV fonctionnelles et des installations de sécurité afin de réduire l’insécurité dans le pays.

Il était représenté à l’événement par M. Lukman Dabari.

Le ministre d’État du FCT, Dr Ramatu Aliyu, a intimé que “l’institut de formation stimulera la création d’emplois, débloquera les potentiels, servira d’avenue pour découvrir la richesse dans le secteur financier et apportera des solutions aux défis complexes du secteur financier”.

Leave A Reply

Your email address will not be published.