Crimes contre les journalistes: lutter contre l’ennemi commun

0 183

Le Conseil du NUJ (Syndicat des journalistes nigérians) dans l’Etat du Niger a exprimé son soutien à la Journée des Nations Unies pour mettre fin à l’impunité des crimes contre les journalistes.

Le président du Conseil, Abu Nmodu, l’a fait savoir dans une déclaration dans le cadre des activités de commémoration de la journée.

En 2013, l’Assemblée générale des Nations unies a décrété le 2 novembre “Journée internationale de la fin de l’impunité pour les crimes contre les journalistes” dans sa résolution A/RES/68/163.

Cette résolution condamne toutes les attaques et violences contre les journalistes et les travailleurs des médias.

M. Nmodu a ajouté que cette journée avait pour but de sensibiliser aux dangers inhérents auxquels sont confrontés les journalistes dans l’exercice de leurs fonctions et que la NUJ s’opposerait à toute forme d’impunité à l’égard des journalistes à l’approche des élections générales en 2023.

Le président a décrit le thème de cette année : “Maintenir la vérité en vie, protéger les journalistes, protéger la vérité”, comme étant approprié au vu des développements politiques, en particulier sur les continents africains.

“Au fil des années, les journalistes ont souffert de diverses formes d’impunité dues à l’abus de pouvoir et au manque de volonté politique des dirigeants pour contrôler les forces du pouvoir.

“Dans l’État du Niger, cependant, le taux d’impunité à l’encontre des journalistes a été faible depuis que j’ai pris mes fonctions l’année dernière, et les cas mineurs enregistrés ont été gérés de manière appropriée.”

Il a intimé que les journalistes de l’État continueraient à travailler dans le respect de l’éthique de la profession.

Le président a exhorté les acteurs politiques à faire preuve de tolérance et d’adaptation envers les journalistes dans l’exercice de leurs fonctions.

Leave A Reply

Your email address will not be published.