Résolution du Conseil de sécurité des Nations unies: un comité nigérian de plan d’action national voit le jour

Propos recueillis par Modupe Aderogba, Abuja

0 187

Le gouvernement nigérian a inauguré le troisième comité de travail technique du Plan d’action national (PAN) de la résolution du Conseil de sécurité des Nations unies, RCSNU-1325, sur les femmes, la paix et la sécurité.

La ministre de la condition féminine, Pauline Tallen, a fait cette déclaration à Abuja, lors d’un point de presse organisé pour commémorer le 22e anniversaire de l’adoption de la Résolution du Conseil de Sécurité des Nations unies, RCSNU-1325, depuis sa création en 2000.

D’après elle, la RCSNU reconnaît le rôle des femmes en tant que bâtisseuses de paix et agents de changement, soulignant ainsi la participation accrue des femmes aux processus de prévention des conflits et de consolidation de la paix, à tous les niveaux.

Selon elle, le ministère a été proactif dans la mise en œuvre de la RCSNU-1325 et a fait des progrès remarquables dans le premier et le deuxième PAN.

Elle s’est montrée optimiste quant au fait que le troisième PAN abordera les nouveaux problèmes de sécurité qui affectent la nation.

“Nous sommes convaincus qu’il abordera les questions de paix et de sécurité émergentes du point de vue de la féminité, de l’humanitaire et des droits de l’homme, entre autres, et qu’il constituera un excellent instrument pour traiter les différents fragments des situations d’insécurité vécues dans presque tous les coins et recoins de notre société”, a-t-elle vopi.

La ministre a noté que l’une des principales réalisations de la mise en œuvre remontait à l’appropriation du PAN par 15 États.

Ces États sont les suivants : “Adamawa, Bauchi, Bayelsa, Benue, Borno, Delta, Gombe, Kaduna, Kano, Kwara, Kogi, Nasarawa, Plateau, Rivers et Yobe.

Tout en applaudissant les États pour leurs efforts d’adaptation du PAN, la ministre leur a demandé de prévoir des dispositions budgétaires pour sa mise en œuvre.

La responsable nigériane a également appelé les autres États qui n’ont pas encore entamé le processus à le considérer comme une question d’urgence, car “la participation adéquate des femmes à la résolution des conflits et aux processus de paix reste la panacée à la situation d’insécurité accrue dans le monde et dans le pays”.

“Nous avons lancé un site web pour le Nigeria sur les femmes, la paix et la sécurité (www.wpsnigeria.net). Ce site sert de dépôt collectif et de communauté de pratique sur l’agenda WPS”, a-t-elle précisé.

Le représentant adjoint d’ONU Femmes dans le pays, M. Lansana Wonneh, a noté que le financement, le suivi et l’évaluation étaient quelques-uns des défis de la mise en œuvre et a souligné la nécessité de les aborder pour plus de succès.

“Le Nigeria a été à l’avant-garde de la promotion de l’accord de paix pour les femmes”, a-t-il ajouté.

Un membre du comité, Dr Lydia Umar, a assuré que les membres divers et intergénérationnels du groupe, issus de tous les secteurs, utiliseraient leur expertise pour contribuer à la résolution des défis sécuritaires dans le pays.

La présidente de l’Association internationale des femmes médecins, Dr Eleanor Nwadinobi, a précisé que les succès enregistrés dans les PAN précédents ont conduit à l’adoption de la loi sur l’interdiction de la violence contre les personnes (VAPP).

Les 25 membres du comité ont un délai de cinq mois pour lancer le document du 3ème plan d’action national.

La résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations unies, adoptée à l’unanimité en 2000, compte actuellement 103 pays qui ont élaboré et adopté des PAN et des résolutions connexes.

Leave A Reply

Your email address will not be published.