”L’intox et la désinformation représentent les plus grandes menaces pour la communauté mondiale” (Ministre nigérian de l’information)

Faits rapportés par Solomon Chung, Edwin Akwueh, Abuja

0 193

Le ministre nigérian de l’information et de la culture, Alhaji Lai Mohammed, a lancé un avertissement selon lequel les fausses nouvelles, la désinformation et les discours de haine demeurent les plus grands défis de la communauté mondiale aujourd’hui.

Alhaji Lai Mohammed a souligné que des efforts concertés doivent être faits pour relever ces défis qui, selon lui, pourraient conduire à une éventuelle troisième guerre mondiale.

Le porte parole du gouvernement a lancé cet appel à Abuja lors de la défense budgétaire 2023 du ministère devant la commission sénatoriale de l’information et de l’orientation nationale.

La commission a accepté d’aider le ministère de l’Information et de la Culture du pays en lui fournissant toutes les ressources nécessaires pour lutter contre la menace des fausses nouvelles et des discours haineux.

S’exprimant plus avant sur l’allocation budgétaire, il a révélé que son ministère se trouve dans une situation très mauvaise et difficile avec les maigres fonds qui lui sont alloués dans la proposition budgétaire 2023.

D’après lui, pendant qu’il se plaignait que les dépenses d’investissement de 1,072 milliard de naira allouées au secteur de l’information de son ministère dans le budget 2022 étaient inadéquates, elles ont été réduites à un maigre 345,64 millions de naira dans la proposition de budget 2023.

“C’est vraiment une situation difficile et je ne sais pas comment nous allons la gérer.

“En période de défis comme celui que traverse notre pays, nous avons besoin que le ministère de l’information soit pleinement équipé pour informer correctement le public.

“C’est le moment où le peuple a besoin d’informations et où la voix du gouvernement doit être entendue sur ce que nous faisons dans les domaines de la sécurité, des infrastructures et d’autres secteurs.

“Nous devons également dire au monde ce que le gouvernement a fait au cours des sept dernières années et nous avons besoin de fonds pour tout cela.

“Je pense également que la réduction de 30 % de la proposition budgétaire 2023 ne devrait pas s’appliquer au ministère, mais plutôt être augmentée en raison de l’importance de la diffusion de l’information aujourd’hui plus que jamais”, a plaidé le ministre.

Le ministre a donc demandé aux législateurs d’envisager une augmentation de la proposition de budget pour permettre au ministère de remplir efficacement ses fonctions statutaires.

Le président de la commission, le sénateur Danladi Sankara, a énuméré que l’évolution de la situation était déprimante et que la commission compatissait à la diminution du budget du ministère.

Le sénateur a toutefois ajouté que le défi concerne tous les ministères, mais qu’ils examineront la position du ministre lorsqu’ils étudieront la proposition de budget.

Un membre de la commission, le sénateur Ibrahim Dambaba, qui a été touché par la présentation du ministre, a demandé si le ministère bénéficierait du fonds électoral qui sera alloué à la Commission électorale nationale indépendante (CENI) pour la poursuite des élections générales de 2023.

Lorsque le ministre a répondu que son ministère n’avait jamais bénéficié d’un tel fonds, M. Dambaba a déploré qu’il plaiderait en faveur du ministère au sein de la commission des crédits afin que le ministère de l’information puisse obtenir une partie du fonds pour remplir sa fonction d’éducation des électeurs.

Dans la proposition de budget pour 2023, 4,131 milliards de nairas ont été proposés pour le personnel, tandis que 959 199 nairas ont été proposés pour les frais généraux des secteurs de l’information et de la culture du ministère.

 

Leave A Reply

Your email address will not be published.