Le Nigeria adopte les recommandations du Forum africain sur l’innovation

Par Hadiza Ndadama

0 252

Le ministre des sciences, de la technologie et de l’innovation, Adeleke Mamora, a fait valoir que le Nigeria est le premier pays d’Afrique de l’Ouest à adopter les recommandations du Forum pour la recherche et l’innovation en Afrique (FARI).

C’est ce qu’a fait savoir la secrétaire permanente du ministère, Mme Monilola Udoh, qui représentait le ministre lors du dialogue zonal du Sud-ouest dans l’État de Lagos.

Le dialogue s’est déroulé entre le gouvernement nigérian et les parties prenantes de l’écosystème de la science, de la technologie et de l’innovation sur la création de centres de technologie et d’innovation (TIC).

Dans une déclaration rendue publique par la directrice adjointe de l’information du ministère, Josephine Ademu, le ministre a énuméré les avantages des TIC:

“Trouver le meilleur moyen de s’assurer que les produits et services de notre pays sont en mesure de rivaliser avec les meilleurs au monde, améliorer la compréhension actuelle du rôle de la science, de la technologie et de l’innovation dans le développement socio-économique du Nigeria par le grand public, faire passer le Nigeria d’une économie de ressources à une économie de la connaissance (de la consommation à la production), réduire/arrêter le travail actuel de recherche et de développement (R&D) au Nigeria qui est effectué en silos.”

Selon le ministre, le Nigeria s’est fixé pour objectif d’avoir une économie diversifiée, durable et compétitive qui exploitera efficacement les talents de sa population et exploitera de manière responsable ses richesses naturelles afin de garantir un niveau de vie élevé aux Nigérians d’ici 2030, conformément à la politique STI révisée de 2022.

Il a également souligné que, conformément au décret présidentiel n°5 sur la politique STI de 2022 et aux recommandations du FARI adoptées à Abuja, la protection des chercheurs, des inventeurs et des innovateurs sera assurée par des cadres juridiques appropriés tels que la délivrance de brevets et d’autres droits de propriété intellectuelle.

M. Adeleke a assuré les parties prenantes que les prochaines phases des dialogues, qui auront lieu dans les zones du Nord-ouest, du Sud-sud et du Nord-est du pays, continueront à soutenir le développement de l’économie du pays, qui ne sera plus dépendante des ressources mais sera basée sur la connaissance.

Le coordinateur national du Strategy Implementation Task Office pour le décret présidentiel n° 5, Ibiam Oguejiofor, a énuméré certains des objectifs du décret, notamment la promotion des investissements nationaux et étrangers par la création d’emplois et la stimulation de l’économie nationale par la science, la technologie et l’innovation (STI).

Il a en outre exhorté les participants à saisir l’occasion du dialogue pour répondre au gouvernement et participer à la construction d’un nouveau Nigeria axé sur la connaissance et la production.

Le commissaire à la science et à la technologie de l’État de Lagos, Hakeem Fahm, qui représentait le directeur des programmes scientifiques et de la promotion, Iyabo Phillips, a réitéré l’engagement du gouvernement de l’État de Lagos à soutenir l’initiative du gouvernement fédéral pour combler les lacunes en matière d’infrastructures dans l’État et aussi pour donner à davantage de personnes la possibilité de bénéficier du centre d’innovation.

Leave A Reply

Your email address will not be published.