Le Conseil national de développement du sucre vise à renforcer sa collaboration avec les gouverneurs étatiques

Détails avec Jennifer Inah

0 193

Le Secrétaire exécutif du Conseil national de développement du sucre (NSDC), M. Zacch Adedeji a sollicité le soutien des gouverneurs des États producteurs de sucre dans le pays pour stimuler la production de sucre et de développer l’industrie.

M. Adedeji a fait l’appel, quand il a conduit une délégation du Conseil national de développement du sucre sur une visite de courtoisie au gouverneur de l’État de Nasarawa et président du Forum des gouverneurs des États producteurs de sucre, M. Sule Abdullahi à Lafia, l’État de Nasarawa, au Nord-centre du Nigeria.

Les gouverneurs étatiques, selon lui, en tant que propriétaires de projets sucriers dans leurs domaines respectifs, ont contribué au modeste succès enregistré jusqu’à présent dans l’industrie, notant que les lignes directrices pour la mise en œuvre de la phase 2 du plan directeur du sucre du Nigeria nécessite les contributions des parties prenantes critiques comme les gouverneurs des États pour réussir.

M. Adedeji a révélé : “Votre excellence, monsieur, nous sommes très heureux des contributions inestimables du forum que vous présidez à la mise en œuvre fidèle du Plan directeur de sucre, NSMP, nous avons fait des progrès considérables dans les segments critiques du NSMP, en particulier en ce qui concerne la composante de raffinage du plan. Notre prochain plan d’action est de reproduire les succès enregistrés dans le domaine du raffinage du sucre dans nos opérations agricoles et de terrain”.

S’exprimant sur l’état actuel du plan directeur du sucre, M. Adedeji a ajouté qu’étant donné l’importance du secteur pour l’économie du Nigeria et les succès considérables enregistrés au cours des 10 dernières années, le président Muhammadu Buhari a récemment approuvé la phase 2 du plan directeur, qui devrait s’étendre sur 10 ans à partir de 2023.

“Comme vous le savez, le NSMP ne concerne pas uniquement la production de sucre, nous comptons largement sur sa capacité à sortir des millions de personnes de la pauvreté, à développer des infrastructures et à améliorer le statut économique des communautés qui accueillent des projets sucriers. Nous sommes assez optimistes quant à nos projections dans l’industrie sucrière”.

Il a poursuivi : “Nous nous appuierons fortement sur l’usage de données vérifiables et de technologies modernes pour conduire la phase 2 du plan directeur. Le secteur du sucre offre d’énormes possibilités au Nigeria et aux Nigérians en termes de création d’emplois pour nos jeunes, d’augmentation des revenus et de prospérité économique générale pour la nation”.

Adedeji a rappelé que le Conseil a écouté les entreprises “dans leurs présentations séparées au cours de nos réunions de la semaine dernière. Elles ont exposé un certain nombre de défis auxquels elles sont confrontées. Comme vous le savez, le Nigeria fait partie du système mondial. Ainsi, le retard identifié dans certains domaines a été expliqué par la pénurie de devises, la guerre en cours en Ukraine et de nombreux autres facteurs externes qui ont ralenti le rythme de progression de leurs sites. Mais nous saluons leurs efforts et leur engagement à faire en sorte que nos rêves et nos objectifs pour le secteur du sucre se réalisent”, a noté M. Adedeji.

Le gouverneur Abdullahi Sule, qui a remercié la délégation pour sa visite, a promis le soutien continu du Forum du sucre qu’il dirige pour revitaliser le secteur.

“Le secteur du sucre est si cher au président Muhammadu Buhari. Il n’y a guère de moment où nous nous rencontrons pour discuter des progrès et des développements dans le secteur agricole que le président ne demande pas.

”Il considère l’industrie sucrière comme la fierté de l’économie nationale”, a-t-il déclaré.

Rappelons que le gouvernement fédéral a commencé en 2013 la mise en œuvre d’un plan directeur de 10 ans pour réorganiser le secteur du sucre.

Le plan d’action, dont le nom de code est Nigeria Sugar Master Plan (NSMP), a quatre objectifs majeurs : permettre au Nigeria d’atteindre l’autosuffisance en matière de production de sucre, endiguer la vague croissante d’importations de sucre, créer des opportunités d’emploi pour les Nigérians et produire de l’électricité et de l’éthanol à des fins industrielles.

La première phase du plan devrait se terminer au premier trimestre de 2023.

Leave A Reply

Your email address will not be published.