Soudan du Sud : Riek Machar conteste son exclusion du parti au pouvoir

0 190

L’exclusion de Riek Machar du Mouvement Populaire de libération du Soudan, prononcée la semaine dernière passe mal. Pour les dirigeants du SPLM, le vice-président Sud-Soudanais à la tête d’une faction rivale, le SPLM/A-IO ne peut être maintenu au sein du parti au pouvoir.

Argument rejeté par l’intéressé qui conteste à ses adversaires, la légitimité de le révoquer du parti auquel il appartient depuis sa création lors de la bataille pour l’indépendance du Soudan du Sud. Outre Riek Machar, un autre cadre du parti, Pagan Amum, passé dans l’opposition, a été aussi écarté.

“Cette situation résulte du fait que Riek Machar et Pagan Amum, occupaient des postes très élevés issus des urnes. C’est pourquoi le bureau politique ne pouvait pas les démettre. Maintenant, le bureau politique a présenté une résolution, une recommandation, au Conseil national de libération, pour le faire.”, explique Kuol Atem, secrétaire aux affaires politiques, à la mobilisation et à l’organisation du SPLM. Vous ne pouvez pas être membre du SPLM et être également président d’un autre parti appelé SPLM-IO, c’est impossible.

Faut ! Rétorque Riek Machar qui pense qu’après l’implosion du parti au pouvoir en 2013, les factions sont au même pied d’égalité et son appartenance au SPLM ne saurait être remise en cause.

Alors que le pays n’a pas encore soldé le débat sur les élections attendues en prince en décembre, cette nouvelle querelle risque de fragiliser le processus de paix dans le pays qui est loin d’être bâti sur du béton armé.

Les tensions entre Kiir et Machar ont souvent dégénéré en violences meurtrières malgré de nombreuses promesses de faire taire leurs armes.

En avril, ils se sont mis d’accord sur la création d’un commandement unifié des forces armées, l’une des nombreuses questions bloquées qui retardent la mise en œuvre du pacte de 2018 visant à mettre fin au conflit qui dure depuis cinq ans dans le pays.

Les anciens rebelles des camps rivaux ont été intégrés dans l’armée du pays en août, mettant fin à des années d’impasse entre les deux hommes et renouvelant l’espoir d’une paix durable.

 

Avec Africanews

Leave A Reply

Your email address will not be published.