Le Burkina Faso met en place un gouvernement sur le “pied de guerre”

0 177

La sécurisation du territoire national constitue l'”objectif prioritaire” du “gouvernement de combat” nommé mardi au Burkina Faso, a déclaré mercredi le Premier ministre, Apollinaire Kyélem de Tembela.

“C’est un gouvernement de combat qui a été formé. Ce n’est pas un gouvernement de dîner de gala, a lancé M. Kyélem de Tembela, à l’issue du premier Conseil des ministres présidé par le capitaine Ibrahim Traoré, arrivé au pouvoir par un putsch le 30 septembre.

Le Premier ministre a ensuite listé trois objectifs pour son gouvernement: “le principal et le prioritaire c’est la sécurisation du territoire”, “le deuxième sera de faire en sorte d’améliorer la qualité de vie des Burkinabè” et le troisième “sera d’améliorer le système de gouvernance”.

“Chaque Burkinabè qui se dit patriote peut y contribuer”, a-t-il souligné.

Un avocat comme chef de file

Nommé vendredi Premier ministre, Apollinaire Kyélem de Tembela, un avocat de 64 ans, a formé mardi un gouvernement de 23 membres – dont trois militaires et cinq femmes – pour diriger le pays jusqu’au retour à un ordre constitutionnel, en juillet 2024.

Le colonel-major Kassoum Coulibaly, a été nommé ministre de la Défense et des Anciens combattants, un poste-clé dans ce pays miné par des violences jihadistes meurtrières.

Deux autres officiers font partie de ce nouveau gouvernement: le colonel Boukare Zoungrana, (Administration territoriale, décentralisation et sécurité) et le colonel Augustin Kaboré (Environnement).

Cinq ministres qui étaient déjà au gouvernement sous le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba, le président renversé par un coup d’Etat militaire fin septembre, ont été reconduits dans ce nouveau cabinet.

 

Avec Africanews

Leave A Reply

Your email address will not be published.