Un don de 244 millions de dollars consacré à la production alimentaire au Nigeria

0 191

Le président de la BAD, Dr Akinwunmi Adesina, a révélé que 244 millions de dollars ont été fournis pour la production alimentaire d’urgence au Nigeria à travers la Banque africaine de développement (BAD) et l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA).

Il l’a fait savoir lors de l’inauguration des zones spéciales de traitement agro-industriel à Abuja. Selon lui, la Facilité africaine de production alimentaire d’urgence de la banque a fourni 134 millions de dollars, tandis que la JICA a fourni 110 millions de dollars.

“Je tiens à remercier l’Agence japonaise de développement international (JICA) qui a cofinancé ce projet à hauteur de 110 millions de dollars supplémentaires. Nous sommes ravis d’avoir également un excellent partenariat avec la Banque islamique de développement, qui cofinance à hauteur de 150 millions de dollars, et avec le Fonds international de développement agricole, qui cofinance à hauteur de 160 millions de dollars. Avec nos partenaires, nous travaillerons aux côtés des États et du gouvernement fédéral afin d’attirer les financements, de soutenir une mise en œuvre rapide et de faire en sorte que le Nigeria libère son potentiel agricole”, a-t-il noté.

S’exprimant plus avant, M. Adesina a souligné la nécessité d’une action, d’une réactivité et d’une exécution accrues pour éviter la crise alimentaire dans le pays. Il a ajouté qu’il restait beaucoup à faire pour libérer pleinement le potentiel de l’agriculture nigériane et promouvoir le secteur agroalimentaire.

Selon lui, le rôle le plus important de toute nation est de subvenir aux besoins de sa population et de la nourrir.

Ses mots : “L’agriculture est essentielle à la survie de toute nation. La nourriture est un droit humain fondamental. La transformation de l’agriculture doit commencer par la reconnaissance du fait que l’agriculture est une entreprise, un secteur créateur de richesses, et pas seulement un mode de vie. Pour débloquer la richesse dans l’agriculture, il faut fournir des technologies appropriées pour stimuler la productivité, développer des chaînes de valeur agricoles, mettre en place une structure financière pour soutenir les chaînes de valeur agricoles et investir dans les infrastructures pour débloquer les investissements des entreprises alimentaires et agroalimentaires. C’est pourquoi la Banque africaine de développement a inauguré le développement de zones spéciales de transformation agro-industrielle (SAPZ)”.

Il a également précisé que les fonds fournis permettraient de mettre en place des infrastructures telles que l’électricité, l’eau, les routes, le numérique et la logistique, permettant aux entreprises agroalimentaires de s’installer dans ces zones.

Leave A Reply

Your email address will not be published.