Fonds piégés : Les compagnies aériennes et le gouvernement nigérian parviennent à un accord sur un paiement progressif

Détails avec Gloria Essien, Abuja

0 88

Les principales parties prenantes de l’industrie de l’aviation sont parvenues à un accord pour résoudre le différend sur les “fonds piégés” des compagnies aériennes étrangères dans le pays par le biais du paiement des fonds par phases.

Au cours d’un deuxième tour de table convoqué lundi à Abuja par le président de la Chambre des représentants, le député Femi Gbajabiamila, pour résoudre le différend, un accord a été conclu pour trouver des fonds en souffrance pour les compagnies aériennes entre aujourd’hui et la fin décembre 2022.

Pendant que le gouvernement nigérian s’efforce de réunir les fonds, les compagnies aériennes étrangères doivent rendre le geste en respectant l’accord bilatéral sur les services aériens (BASA) signé avec les transporteurs nigérians sur le nombre de créneaux de vol autorisés dans leur pays depuis le Nigeria.

La réunion a décidé que la réduction des fréquences de vol des compagnies aériennes étrangères donnerait aux opérateurs nigérians une chance de rivaliser favorablement sur le marché et, à long terme, réduirait le montant des fonds des compagnies aériennes étrangères bloqués dans le pays à l’avenir.

Ont participé à la réunion les principaux membres de la Chambre, les membres de la commission de l’aviation de la Chambre, le ministre de l’aviation, M. Hadi Sirika, le gouverneur de la Banque centrale du Nigeria, M. Godwin Emefiele, les représentants des compagnies aériennes étrangères/AITA, les représentants des opérateurs aériens du Nigeria (AON) et les représentants des agences de voyage.

Les parties sont parvenues à un accord selon lequel toutes les menaces des compagnies aériennes étrangères de suspendre les opérations aériennes ou de faire de la réservation de vols un cauchemar pour les Nigérians doivent être mises en attente pour le moment.

Il a également été conseillé à Emirates Airlines, qui avait déjà annoncé que le 28 octobre serait la dernière date de ses opérations aériennes au départ du Nigeria, de repousser la date limite compte tenu des efforts en cours pour libérer une partie des fonds bloqués.

Toutefois, l’IATA, qui s’est exprimée au nom de toutes les compagnies aériennes étrangères, à l’exception d’Emirates Airlines, a promis de communiquer officiellement aux compagnies aériennes les décisions prises lors de la réunion et d’en rendre compte à la direction de la Chambre dans les plus brefs délais.

Gbajabiamila, tout en clôturant la réunion, a déclaré : “Les compagnies aériennes peuvent-elles suspendre leurs actions pour le moment et poursuivre leurs activités jusqu’aux perspectives de décembre ? Je ne veux pas d’une situation où vous commencez un combat et vous ne savez jamais comment il va se terminer.

“Nous sommes ici pour vous protéger et, en même temps, pour préserver l’intégrité du Nigeria. Donnez-nous quelques mois pour voir ce que nous pouvons faire pour réduire l’arriéré avec l’aide de la CBN. Nous avons donc convenu d’appeler cela un cessez-le-feu, tandis que toutes les autres questions sont également examinées”, a ajouté le Président.

Leave A Reply

Your email address will not be published.