La pénurie d’œufs, selon la PAN, se rattache à la faible productivité de la production

0 471

L’association de la volaille du Nigeria (PAN) a attribué la pénurie actuelle d’œufs et la hausse des coûts des produits avicoles à la productivité réduite du secteur.

C’est ce qu’a révélé le président de la PAN dans l’État de Lagos, M. Godwin Egbebe. Egbebe a noté qu’en raison des dures réalités auxquelles le secteur est confronté, de nombreuses fermes ont été contraintes de fermer leurs portes, ce qui a entraîné un faible approvisionnement en produits.

Selon lui, la pénurie d’œufs et l’augmentation du coût du produit ne sont pas exagérées, car de nombreuses exploitations avicoles ont fermé et beaucoup sont sur le point de le faire.

“Le coût élevé des intrants agricoles et des farines animales est très élevé en raison d’une multitude de problèmes dans le secteur agricole.

“Les agriculteurs se sont toujours plaints des défis d’insécurité, ce qui a entraîné l’augmentation de leurs coûts de culture. Ces coûts sont également pris en compte dans le coût des matières premières dont nous avons besoin pour produire des aliments pour volailles. Maintenant que la demande est supérieure à l’offre en raison de la fermeture d’un plus grand nombre de fermes avicoles, nous ne produisons pas autant que nous le devrions”, a précisé M. Egbebe.

Le président du PAN a également ajouté que la surabondance d’œufs (une situation de production excessive d’œufs) était désormais une chose du passé dans le secteur, compte tenu des problèmes rencontrés.

Il a appelé à l’intervention du gouvernement pour permettre aux véritables agriculteurs du secteur de remédier aux insuffisances inhérentes.

“Nous devons nous attaquer aux problèmes d’approvisionnement en matières premières et en intrants agricoles si nous voulons mettre fin à l’augmentation des prix des produits avicoles et à la pénurie d’œufs. Le gouvernement peut intervenir dans le secteur de la volaille en apportant l’aide financière nécessaire pour réduire les coûts de production”, a-t-il révélé.

Egbebe a évoqué que les interventions aideraient les agriculteurs qui ferment leurs portes si elles étaient faites directement auprès d’eux et non auprès de pseudo-agriculteurs ou d’agriculteurs politiques.

“Les véritables agriculteurs devraient être renfloués par le gouvernement et cela devrait passer par les associations de volailles car nous connaissons nos membres. Il est parfois déconcertant d’entendre que des milliards de naira ont été injectés dans le secteur, mais que nous n’en bénéficions pas”, a-t-il tancé.

Les agriculteurs, a-t-il insisté, devraient voir l’impact direct du financement du gouvernement sur le secteur, et que les gens devraient être tenus responsables.

“La pénurie d’œufs et l’augmentation des prix qui en découle ne peuvent pas s’améliorer tant que les choses ne s’améliorent pas dans le secteur”, a-t-il informé.

Le coût d’une caisse d’œufs à la ferme peut atteindre 2 000 N par caisse et entre 2 300 et 2 500 N au prix de détail.

Leave A Reply

Your email address will not be published.