Sommet de l’investissement à Gombe : signature d’un accord de 70,5 milliards de naira avec six entreprises

Par Rebecca Mu’azu, Gombe

0 143

Le gouverneur Muhammadu Inuwa Yahaya de l’État de Gombe, au Nord-est du Nigeria, a signé un accord de 70,5 milliards de Naira avec six entreprises désireuses d’investir dans l’État.

Ces entreprises sont Odejad Compact Milling System Ltd, Jairus Agro Allied Solutions Ltd, Ahindar and Mahindar, Dom Agric Ltd, Amtech Agro Allied Ltd et Act Agribusiness Ltd.

L’accord a été signé le dernier jour du tout premier Sommet de l’investissement de l’État de Gombe, qui s’est déroulé sur trois jours et dont le thème était “Industrialisation : la voie de l’innovation, de la transformation et du développement de Gombe”.

Le gouverneur Yahaya a appelé les investisseurs potentiels à venir dans l’État de Gombe en raison de la disponibilité de dotations minérales, telles que le pétrole et le gaz, l’uranium, le gypse, le charbon et le calcaire, que les investisseurs peuvent explorer et exploiter.

“Nous ferons tout ce qu’il faut pour nous assurer que nous remplissons ce mandat et nous ferons tout ce qu’il faut pour que le Nigeria aille de l’avant. Nous le ferons, par la grâce de Dieu, et à la fin de cet événement, nous voudrons confirmer à chaque investisseur que Gombe, en raison de la situation sécuritaire que nous avons, comparé au reste des États du Nord-est, et même au reste du pays, Gombe est très paisible et est prêt à gérer ses affaires au-delà des attentes.

“Nous continuerons à développer ce lien, et je crois qu’à l’avenir, nous atteindrons les objectifs et serons le numéro un, non pas en termes de facilité de faire des affaires, mais dans toutes les facettes de l’activité humaine dans ce pays”, a précisé le gouverneur Yahaya.

Le gouverneur a également conduit l’invité d’honneur du sommet, le vice-président du Nigeria, le professeur Yemi Osinbajo, visiter le parc industriel Muhammadu Buhari, où le gouvernement de l’État de Gombe investit des milliards de naira pour permettre aux industries et autres investissements de prospérer dans l’État.

Un partenaire indispensable

Dans le même temps, la secrétaire générale adjointe des Nations unies, Mme Amina Mohammed, qui a envoyé un message au Sommet de l’investissement de l’État de Gombe, a salué l’initiative du gouvernement de l’État visant à créer un environnement propice à la prospérité des entreprises et à attirer les capitaux d’investissement dont elles ont tant besoin.

Selon Mme Mohammed, le secteur privé est un partenaire indispensable du développement, car il contribue à environ 60% du PIB, génère 90% des emplois et représente 80% des flux de capitaux dans les pays en développement.

“Nous devons de toute urgence augmenter les investissements dans les secteurs critiques pour atteindre les objectifs de développement durable, face à l’impact de la crise mondiale, l’environnement des affaires est encore plus important que jamais.”

Elle a toutefois révélé qu’il restait beaucoup à faire pour lutter contre l’indice de pauvreté de 73 % dans l’État, en redoublant d’efforts en matière de développement humain, afin que la pauvreté soit éradiquée dans les 11 zones de gouvernement local de l’État.

“Ce sommet de l’investissement est une nouvelle occasion de faire un pas en avant vers cet objectif. Le gouvernement de l’État de Gombe a défini des opportunités d’investissement dans divers secteurs. J’espère que les investisseurs, le gouvernement et les partenaires internationaux exploreront ces opportunités”, a lancé la vice-secrétaire générale des Nations unies.

Elle a exhorté les investisseurs de Gombe à aller au-delà de l’extraction des produits de base pour passer à la transformation des produits et au développement de la chaîne de valeur, en incluant les contributions des jeunes et des femmes dans tous les projets et initiatives.

“Ils doivent avoir un rôle dans la conception de l’avenir de l’État de Gombe lorsqu’ils réaliseront leurs aspirations.

“Je vous invite également à vous assurer que vos efforts sont inclusifs pour toutes nos femmes à tous les niveaux, de la conception à la mise en œuvre et à l’impact. Il est tout simplement impossible de construire un État, une nation ou un continent prospère, stable et durable sans la pleine contribution de la moitié de la population”, a conclu Mme Mohammed.

Leave A Reply

Your email address will not be published.