La police à Nasarawa demande aux politiciens de sensibiliser les partisans du parti

Détails avec Amina Mohammed depuis Lafia, la capitale de l'Etat

0 136

Pendant que les campagnes en vue des élections générales de 2023 ont commencé dans tout le pays, le commandement de la police de l’État de Nasarawa a appelé les dirigeants des partis politiques dans l’État à avertir leurs partisans de la nécessité d’éviter la violence.

Le commissaire de police de l’État, CP Soyemi Adesina, a révélé cela lors d’une réunion des parties prenantes de tous les partis politiques inscrits dans l’État en préparation des campagnes politiques et des rassemblements en vue des prochaines élections générales de 2023, au siège de la police de l’État à Lafia, la capitale de l’État.

Il a expliqué que tous les officiers de police en service dans le commandement ont été chargés d’être neutres et vigilants, et de faire preuve d’un haut degré de professionnalisme et d’équité dans leurs relations avec tous les partis politiques.

Le CP a également demandé à tous les partis politiques d’élaborer une feuille de route pour la campagne, afin de résoudre les éventuels conflits de date, d’heure et de lieu.

“Je souhaite conseiller et avertir que tous les partis et acteurs politiques doivent inscrire leurs campagnes dans le cadre légal existant afin d’éviter des actions ou des discours qui pourraient enflammer l’ordre politique”,

“Tous les partis politiques doivent demander l’autorisation d’organiser des rassemblements soixante-douze heures (72h) avant la tenue d’un rassemblement, car la sécurité et la sûreté de tous les participants seront prises en considération avant l’approbation”,

“Je vous exhorte tous à rentrer chez vous et à demander à vos partisans de faire preuve de bonne conduite en évitant tout acte susceptible de perturber la paix qui règne dans l’État, car la police ne tolérera aucune manœuvre subreptice de la part d’un parti politique pour fomenter des troubles”, a noté le commissaire.

Il a donc ajouté que tous les présidents de partis enregistrés devraient signer un engagement au nom de leurs partis politiques pour être respectueux de la loi et avoir une bonne conduite tout au long de la période électorale.

Prenant également la parole, le commissaire électoral résident (INEC), M. Uthman Ajidagba, représenté par son secrétaire administratif, M. Usman Wase, a intimé qu’il y aura une impartialité totale de leur part.

M. Wase a également souligné certaines des choses à faire et à ne pas faire dans le cadre de la loi électorale de 2022 : “Il est interdit aux partis politiques d’utiliser des institutions publiques pour leurs campagnes, telles que les mosquées, les églises et les marchés”.

“L’utilisation d’un langage abusif, la diffamation d’un personnage et la calomnie ne sont pas autorisés pendant la campagne,

Il a appelé les partis politiques à un maximum de soutien et de coopération avec la CENI, les agences de sécurité et les autres parties prenantes pour des élections sans violence.

La Voix du Nigéria rapporte que dans leurs discours séparés, les chefs des différents partis politiques se sont engagés à faire en sorte que l’État ait une campagne électorale sans heurts. Tout comme ils ont demandé à la CENI de ne pas faire preuve de partialité dans sa conduite.

Leave A Reply

Your email address will not be published.