Le président Buhari sollicite un soutien financier à la Commission du Golfe de Guinée

Propos recueillis par Timothy Choji, Abuja

0 101

Le Président Muhammmadu Buhari a lancé un appel aux Etats membres de la Commission du Golfe de Guinée (CGG) pour qu’ils versent au Secrétariat leurs quotes-parts annuelles impayées.

Le Président Buhari a déclaré que le défaut de paiement persistant de la majorité d’entre eux a considérablement affecté la capacité de la Commission à remplir le mandat pour lequel elle a été créée en 2001.

Le président a lancé cet appel lors d’une réunion virtuelle des chefs d’État et de gouvernement des États membres de la Commission, organisée jeudi pour examiner les progrès réalisés dans le cadre des efforts visant à relever les défis maritimes dans la région.

Il a déclaré que “l’incapacité des États membres à s’acquitter de leurs contributions menaçait l’existence même de la Commission”.

Le Président Buhari a également appelé à une action collective urgente contre les dangers et les menaces affectant la sécurité maritime dans la région du Golfe de Guinée.

Relever les défis

Il a indiqué au sommet que le Nigeria considérait le fonctionnement efficace de la CGG comme stratégique pour l’intérêt de la sécurité collective dans la région du Golfe, en particulier pour faire face à des problèmes tels que la piraterie, la prolifération des armes légères et de petit calibre, la protection des ressources marines ainsi que la migration irrégulière vers la région.

“Pour démontrer notre ferme engagement envers le repositionnement de la CGG en une organisation plus dynamique qui s’acquittera efficacement de son mandat, le Nigeria a accueilli le 4e sommet ordinaire de l’Assemblée des chefs d’État et de gouvernement de la Commission du Golfe de Guinée (CGG) du 21 au 23 novembre 2017 à Abuja.

“En outre, le Nigeria a accueilli la 11e session ordinaire du Conseil des ministres du Golfe de Guinée à Abuja du 19 au 20 novembre 2019, dans le cadre de nos efforts pour revitaliser les activités de la Commission.

” Ces sessions ont observé, entre autres, que le non-paiement de la contribution évaluée par la majorité des États membres du CGG pour soutenir le budget opérationnel de la Commission a sérieusement affecté la réalisation effective du mandat de l’organisation.

“Pendant ce temps, le Nigeria a défendu plusieurs efforts visant à lutter contre l’insécurité maritime dans le golfe de Guinée”, a indiqué le président, soulignant qu’en juin 2019, l’Assemblée nationale du Nigeria a adopté la loi sur la suppression de la piraterie et d’autres infractions maritimes, 2019, (loi POMO) qui vise à prévenir et à supprimer la piraterie, les vols à main armée et tout autre acte illégal contre un navire”, a déclaré le président Buhari.

En outre, le président a promis que le Nigeria continuerait à déployer des ressources importantes pour lutter contre la piraterie dans le golfe de Guinée.

Il a déclaré : “Par le biais du projet Deep Blue, en juin 2021, le gouvernement nigérian a dévoilé 195 millions de dollars de bateaux, de véhicules et d’avions pour mener la lutte du pays contre la piraterie dans le golfe de Guinée.

“Les mécanismes opérationnels dans la région du Golfe de Guinée, comme vous le savez, sont similaires à ceux de certaines autres organisations régionales… Par exemple, la CEDEAO et la CEEAC ont adopté des protocoles sur la sécurité de leurs domaines maritimes et ont également mis en place des centres régionaux pour la sécurité maritime.

“Il est donc impératif que la CGC adopte une stratégie de collaboration pour engager les partenaires et les donateurs dans la sensibilisation aux objectifs de l’organisation, afin de créer une synergie pour des résultats plus efficaces dans la lutte contre l’insécurité maritime dans la région de la CGC.

“Comme vos Excellences le savent, un autre défi auquel l’organisation a été confrontée dans sa lutte contre l’insécurité maritime dans la région est la pandémie mondiale de Covid- 19 et son impact négatif sur les activités de la Commission du Golfe de Guinée, en 2020 et au début de 2021.

“Ce dont nous avons besoin maintenant, c’est de travailler plus que jamais à la revitalisation de l’organisation en organisant régulièrement des réunions et des sommets de la Commission”, a ajouté le président.

Le Président Buhari a profité de l’occasion pour exprimer sa profonde gratitude aux autres chefs d’État pour le soutien de tous les États membres pendant son mandat de président de l’Assemblée des chefs d’État et de gouvernement de la CGC.

Le dirigeant nigérian a félicité l’ambassadrice Florentina Ukonga, secrétaire exécutive de la CGC, et son équipe pour leur travail acharné et leur engagement, non seulement pour l’organisation de ce sommet, mais aussi pour la gestion efficace de l’organisation.

Reconnaissant l’excellent travail accompli par le comité exécutif sortant dirigé par l’ambassadrice Ukonga malgré le manque de fonds avec lequel le comité a été aux prises, le président Buhari a exprimé l’espoir que le sommet virtuel produira des résultats fructueux qui feront avancer l’organisation.

Le président Nana Akuffo-Ado du Ghana est devenu le nouveau président à la fin du sommet.

Leave A Reply

Your email address will not be published.