Impact des inondations : le FIDA va lancer l’agriculture de saison sèche au Nigeria

0 185

Le programme de développement de la chaîne de valeur du Fonds international de développement agricole (FIDA-VCDP) a fait valoir qu’il allait commencer l’agriculture de saison sèche dans les neuf États les plus touchés du Nigeria – Anambra, Benue, Ebonyi, Niger, Ogun et Taraba, Kogi, Enugu et Nasarawa – afin d’atténuer l’impact des inondations.

La coordinatrice nationale par intérim du programme VCDP, Dr. Fatima Aliyu, a révélé cela lors de la cinquième mission de soutien à la mise en œuvre du gouvernement fédéral/IFAD-VCDP.

“Le démarrage immédiat de l’agriculture de saison sèche dans les États est notre priorité pour assurer la sécurité alimentaire des agriculteurs ruraux dont les produits agricoles ont été touchés par les inondations”, a-t-elle révélé.

Mme Aliyu a ajouté que les inondations avaient envahi six des huit zones de gouvernement local d’Anambra où le programme était mis en œuvre.

En conséquence, il y a eu des pertes massives, non seulement pour les agriculteurs, mais aussi pour le programme et les États concernés.

“La principale activité pour nous maintenant est de voir comment nous allons réhabiliter nos agriculteurs.

“L’inondation s’est produite au moment de la saison des récoltes, notamment de riz, et a emporté nos cultures.

“La priorité du FIDA est donc d’assurer la sécurité alimentaire.

“Nous allons augmenter le nombre de nos activités de saison sèche cette année afin d’atténuer l’effet des inondations.

“Nous allons augmenter le nombre de nos activités de saison sèche cette année afin d’atténuer les effets des inondations, pour permettre aux populations d’avoir de la nourriture, en particulier du riz, à consommer cette année”, a-t-elle précisé.

En outre, la coordinatrice a ajouté qu’ils introduiront des variétés de riz et de manioc tolérantes aux inondations, ayant de meilleurs rendements et une maturation précoce.

Auparavant, Mme Dede Ekoue, directrice nationale du FIDA pour le Nigeria, a noté que les objectifs et les cibles de la mission devaient être évalués, ainsi que les défis rencontrés, “afin que nous puissions tracer un chemin, une trajectoire pour une mise en œuvre accélérée, et également évaluer si la mission a très bien réussi à mettre en œuvre le programme complet.”

“Les agriculteurs ont encore beaucoup de difficultés à accéder au crédit.

“Il y a plus à faire par tous les partenaires, pour accéder au financement dans la stimulation de la capacité de production.”

Le directeur national a évoqué qu’en termes de progrès, le programme VCDP avait fait des avancées significatives en aidant les agriculteurs à améliorer leurs revenus.

“Les agriculteurs ont amélioré leurs revenus en utilisant des approches innovantes en matière de pratiques agronomiques, ce qui est très important car elles aident les agriculteurs à apprendre à mieux produire, entre autres”, a-t-elle déclaré.

Peter Kush, directeur de l’unité de coordination des projets du ministère fédéral de l’agriculture et du développement rural, a déclaré que le FIDA a beaucoup contribué à aider de nombreux agriculteurs ruraux dans le pays.

Il a appelé à davantage de collaborations pour aider les agriculteurs du pays.

Leave A Reply

Your email address will not be published.