Rencontre des parties prenantes à Abuja en vue de tracer une nouvelle voie dans la prévention du VIH

Détails avec Mnena Iyorkegh, Abuja

0 133

Les commissaires à la santé dans les États nigérians et d’autres acteurs clés de la mise en œuvre du programme de lutte contre le VIH soutenu par les CDC/PEPFAR des États-Unis se sont réunis à Abuja, au Nigéria, pour tracer la voie à suivre en matière de contrôle des épidémies dans le pays, avec la promesse de poursuivre la lutte contre la propagation du VIH et du sida.

La réunion consultative, organisée par le Centre américain de contrôle des maladies et d’autres parties prenantes, avait pour but de partager les expériences et de créer une nouvelle approche du contrôle des épidémies dans le pays.

La directrice du Centre américain de contrôle des maladies au Nigeria, Dr Mary Boyd, a noté que la réunion consultative permettrait au Centre d’obtenir davantage d’informations sur le contrôle de l’épidémie dans les États.

Elle a également expliqué que des millions de Nigérians vivant avec le VIH dans vingt-et-un États et y compris le territoire de la capitale fédérale, Abuja, reçoivent actuellement un traitement grâce à l’intervention du CDC américain. Il a souligné la nécessité de renforcer les progrès accomplis afin d’avoir un impact durable.

“À ce jour, le Nigeria totalise environ 1,9 million de personnes vivant avec le VIH et le sida qui bénéficient d’un traitement salvateur et qui vont mener une vie productive normale grâce à ces collaborations. Ce que nous essayons de faire maintenant, c’est de créer une fondation qui renforce le leadership des États dans la gestion de la réponse au VIH. Si nous voulons maintenir les progrès que nous avons réalisés dans la lutte contre le VIH, en connaissant et en comblant les lacunes, en laissant la science diriger, en construisant un système, en ayant créé un partenariat, nous devons renforcer le leadership de la communauté à l’État en passant par le niveau national”.

Le président du Forum des commissaires à la santé et commissaire à la santé et aux services sociaux de l’État d’Ekiti, Dr Oyebanji Filani, a révélé que, malgré les progrès réalisés dans la lutte contre l’épidémie, il est nécessaire de poursuivre la lutte contre la propagation du VIH et du sida.

“Certains États, comme ceux de Benue, du Plateau et d’Ekiti, s’en sortent beaucoup mieux que d’autres, mais l’objectif ultime est de faire en sorte que le plus grand nombre possible de personnes atteignent ce que nous appelons le niveau de saturation et le contrôle épidémiologique. Il est important que nous ne nous reposions pas, nous nous rapprochons, la prévalence est beaucoup plus faible qu’avant, mais il est temps de s’assurer que nous mettons tout en œuvre pour arriver à ce stade où le VIH n’est plus un gros problème, c’est pourquoi nous travaillons avec d’autres partenaires comme les CDC américains, le PEPFAR et d’autres acteurs dans ce domaine, pour nous assurer que nous sommes capables de nous aligner sur une stratégie commune pour faire face à ce problème.”

Le coordinateur national du programme national de lutte contre le sida et les infections sexuellement transmissibles du ministère fédéral de la santé, Dr Akudo Ikpeazu, a exhorté les gouvernements des États à prendre au sérieux l’infection pédiatrique par le VIH.

“En ce qui concerne le traitement pédiatrique du VIH, l’un des problèmes que nous rencontrons est la recherche d’enfants, donc trouver ces enfants est un grand défi, mais nous travaillons actuellement à l’expansion de ce travail, donc au-delà de la recherche d’enfants, nous avons constaté que lorsque les enfants reçoivent un traitement, ils se portent mieux. L’autre plaidoyer est que les États doivent prendre le volant, ils doivent s’engager davantage et diriger les processus, car nous sommes conscients qu’au niveau national, nous pouvons faire beaucoup de choses avec des politiques, mais la mise en œuvre doit se faire au niveau des États. Il existe une alliance mondiale contre le sida dont le Nigeria fait partie et qui vise à accroître les efforts dans les pays qui font partie de cette alliance afin de garantir que la pédiatrie soit prise en compte.”

Le commissaire à la santé et aux services sociaux de l’État de Benue, Dr Joseph Ngbea, a fait remarquer que “l’État de Benue se débrouille bien dans la lutte contre l’épidémie et nous espérons maintenir ce processus. Nous remercions nos partenaires pour leur énorme soutien et le gouvernement pour avoir fourni un environnement fertile à la mise en œuvre de tous les processus de traitement du VIH dans l’État. Nous avons des agents de notification de la surveillance des maladies dans tout l’État, nous allons veiller à ce que la sensibilisation soit créée, la même chose que nous avons utilisé pour affecter ceux qui ont quitté la prise de médicaments sera mise en œuvre pour s’assurer que tout le monde est conscient de la nécessité de connaître leur statut et une fois que vous connaissez votre statut, vous devriez suivre la procédure régulière pour obtenir vos médicaments. “

La fiche d’information sur le contrôle de l’épidémie mise à disposition lors de la réunion par le Centre américain de contrôle des maladies indique que 5,4 millions de clients ont reçu des conseils sur le VIH, tandis que plus de 162 000 personnes vivant avec le VIH ont été identifiées et signalées entre octobre de l’année dernière et juin de cette année.

Leave A Reply

Your email address will not be published.