Nigéria: l’opposition compte lancer sa campagne présidentielle

Déclarations de Gloria Thomas, Abuja.

0 128

Le Parti démocratique du Peuple s’apprête à lancer officiellement sa campagne pour l’élection présidentielle de 2023, lundi, à Uyo, la capitale de l’État d’Akwa-Ibom, dans le sud du Nigeria.

Le secrétaire national à la publicité du PDP, Debo Ologunagba, a tenu une conférence de presse à cet effet.

Il a annoncé que “le candidat à la présidentielle, Atiku Abubakar, et son colistier, Ifeanyi Okowa, mènent une campagne articulée autour de thèmes précis, pendant qu’ils transmettent leur message dans tous les États, les zones de gouvernement local, les quartiers et les bureaux de vote du pays, dans le cadre de la structure de campagne unifiée approuvée par le Comité exécutif national (NEC) du parti”.

Selon M. Ologunagba, la campagne serait axée sur la population et sur la mission du PDP et d’Atiku Abubakar, laquelle consiste à sauver, reconstruire et réorienter la nation face au parti au pouvoir All Progressives Congress (APC).

“D’après nos consultations à travers les six zones géopolitiques du pays, il est évident que les Nigérians, quelle que soit leur religion, leur ethnie ou même leur affiliation politique, acceptent le candidat présidentiel du PDP, Atiku Abubakar, comme étant le meilleur candidat ayant l’expérience pratique, la capacité, la largeur d’esprit et la volonté d’unir notre nation, de relancer notre économie nationale et de garantir la sécurité des vies et des biens dans notre pays”, a-t-il déclaré.

M. Ologunagba a énuméré les raisons pour lesquelles les Nigérians veulent qu’Atiku Abubakar soit président, notamment parce qu’il a contribué à redresser l’économie du Nigeria en tant que vice-président du président Olusegun Obasanjo et président du Conseil économique national.

“Au cours de cette période, notre nation a atteint une productivité nationale sans précédent, a obtenu un allègement global de la dette de 30 milliards de dollars de la part des Clubs de Paris et de Londres, l’économie du Nigeria a été relancée pour devenir l’une des économies à la croissance la plus rapide au monde avec un taux de change stable, les réserves étrangères sont passées de 2 milliards de dollars en 1999 à 43 milliards de dollars en 2007, la production d’électricité est passée d’une capacité de production quotidienne moyenne de 1, 800 mw en 1999 à 4000 MW en 2007, notre pays a assisté à la libéralisation de l’industrie des télécommunications et à l’avènement du GSM et d’Internet au Nigeria, notre pays a également assisté à un essor des petites et moyennes entreprises privées au Nigeria, davantage de Nigérians ont ouvert des investissements dans des secteurs jusqu’alors contrôlés par des étrangers, notamment dans les secteurs pétroliers en aval et en amont. “

Il a expliqué que “grâce à l’environnement économique favorable, il y a eu une augmentation de l’investissement direct étranger et plus de Nigérians de la diaspora sont revenus pour créer des entreprises dans le pays, étendre et consolider l’industrie bancaire nigériane pour qu’elle fonctionne et participe efficacement aux activités bancaires mondiales, le Nigeria a atteint l’un des marchés boursiers les plus rentables du monde avec un retour sur investissement moyen de plus de 31%, notre nation a également atteint une pension consolidée. Le système existe aussi bien dans le secteur privé que dans le secteur public. (Le parti APC a cherché à siphonner l’argent de ce fonds), sous la direction d’Atiku Abubakar en tant que coordinateur de l’économie, le Nigeria a réalisé un rebond économique après le régime militaire. Aujourd’hui, le Nigeria et les Nigérians ont besoin d’Atiku Abubakar pour rebondir après la mauvaise gestion de l’APC.

Sur la campagne du parti au pouvoir APC

S’en prenant au parti au pouvoir, le All Progressives Congress (APC), M. Ologunagba a intimé que le parti est handicapé pour faire campagne car il n’a pas de candidat légalement valable pour les élections générales de 2023.

Il a ajouté : “Rappelons que le PDP avait, le 22 février 2022 et le 8 mars 2022, averti qu’avec la mise en place d’une direction illégale et inconstitutionnelle, l’APC était devenu “légalement défunt, structurellement handicapé et n’était plus un véhicule légitime et valide pour présenter des candidats aux élections en vertu de nos lois”. Le PDP avait alors averti tous les aspirants à l’APC “de ne pas gaspiller leurs ressources, leur temps et leur énergie dans l’APC, car ils seraient en route pour nulle part”.

Ologunagba a cité la Haute Cour fédérale siégeant à Abuja le vendredi 30 septembre 2022, qui a annulé la participation du gouverneur Gboyega Oyetola à l’élection du gouverneur de l’État d’Osun du 16 juillet 2022, dans le Sud-ouest du Nigeria, au motif que sa candidature n’était pas valide, ayant été conduite et soumise par le gouverneur. Ainsi que Mai Buni de l’État de Yobe, en violation de la section 183 de la Constitution de la République fédérale du Nigeria de 1999, telle que modifiée.

Il a insisté sur le fait que “l’importance du jugement du 30 septembre 2022 de la Haute Cour fédérale est que toute décision prise par le gouverneur Mai Mala Buni en tant que président de l’APC est nulle et non avenue, car vous ne pouvez pas placer quelque chose sur rien et vous attendre à ce que cela tienne. Par conséquent, les congrès ainsi que la convention nationale qui a produit les excos de l’APC, y compris le NWC dirigé par le sénateur Adamu Abdullahi, sont nuls et non avenus. En effet, les primaires et la convention présidentielle menées par le NWC dirigé par le sénateur Adamu Abdullahi-, y compris la nomination du sénateur. Ahmed Tinubu comme candidat à la présidentielle de l’APC sont invalides, nulles et non avenues ab-initio”.

Leave A Reply

Your email address will not be published.