Les agricultrices doivent participer à la mise en œuvre du budget agricole selon SWOFON

0 183

L’organisation de petites agricultrices au Nigeria (SWOFON) a appelé à l’inclusion de la dimension de genre dans la mise en œuvre des budgets agricoles à tous les niveaux du gouvernement, affirmant que 75 pour cent des agriculteurs au Nigeria sont des femmes.

La présidente nationale de l’association, Mme Mary Afan, a lancé cet appel lors d’un “Dialogue public sur la politique agricole sensible au genre”, organisé par SWOFON et le Partenariat international pour le budget.

Mme Afan a souligné la nécessité d’inclure les agricultrices dans les processus de budgétisation et de mise en œuvre des budgets nationaux afin de stimuler la sécurité alimentaire et la production.

Selon la présidente de SWOFON, la plupart des agricultrices nigérianes utilisent encore des équipements obsolètes dans leurs exploitations, pendant que le nombre de personnes qui dépendent des agriculteurs nigérians pour se nourrir est en augmentation.

D’après elle, la nécessité de mécaniser les fermes est devenue impérative, notant que les effets socio-économiques de l’insécurité et des inondations dans le pays ont entraîné la réduction des rendements agricoles et des revenus des agricultrices.

Pour sa part, le directeur national du Partenariat international pour le budget, M. Austin Ndiokwelu, a indiqué que l’agriculture est responsable d’environ un quart du produit intérieur brut (PIB) et qu’elle est le deuxième contributeur le plus important du pays.

Par ailleurs, le directeur principal du Centre pour la justice sociale (CSJ), M. Eze Onyekpere, a conclu que les petites agricultrices représentent 60 % de la population agricole au Nigeria et produisent 70 % des aliments consommés dans le pays.

Leave A Reply

Your email address will not be published.