La Chambre basse propose une révision complète de l’architecture de protection du pétrole et du gaz au Nigeria

Précisions de Gloria Essien, Abuja

0 236

Le président de la Chambre des représentants, Femi Gbajabiamila, préconise un traitement plus strict des voleurs de pétrole, compte tenu des dommages socio-économiques qu’ils infligent aux Nigérians.

Le président de la Chambre a également adressé un avertissement aux ministères, départements et agences du gouvernement pour qu’ils respectent strictement les lois régissant leur processus de comptabilité, pendant que l’examen du budget prévisionnel 2023 commence.

M. Gbajabiamila, qui a prononcé les remarques finales lors de la présentation du projet de loi de finances 2023 lors d’une séance conjointe de l’Assemblée nationale vendredi, a noté que l’Assemblée nationale est prête à exercer la pleine autorité du Parlement pour demander des comptes à ceux qui ne fournissent pas les documents nécessaires pour prendre des décisions éclairées sur le projet de loi de finances.

Soulignant les dangers que le vol de pétrole représente pour le Nigeria, M. Gbajabiamila a révélé : “Monsieur le Président, permettez-moi de vous faire part de l’inquiétude de la Chambre des représentants suite aux rapports faisant état d’une baisse massive du volume des exportations de pétrole brut due principalement au vol et au détournement par des éléments criminels.

“La Chambre des représentants est d’avis que ceux qui se livrent à ces activités sont des agents de sabotage économique déterminés à mettre notre pays à genoux.

“Par conséquent, notre position est que leurs actions constituent une trahison contre notre pays, pour laquelle ils et leurs complices doivent être tenus responsables dans toute la mesure permise par la loi.

“Les Nigérians ne veulent plus entendre parler de vol de pétrole brut. La question est maintenant de savoir ce que nous faisons à ce sujet”.

Le président de la Chambre n’a pas mâché ses mots sur la façon de traiter le problème pour le bien de tous : “Par conséquent, nous demandons instamment une révision rapide et systémique des systèmes en place pour protéger les ressources pétrolières et gazières du pays.

“De toute évidence, les dispositions en place ne sont plus adéquates. En tant que tel, il est évident que des améliorations sont nécessaires pour mettre fin aux pertes de revenus occasionnées par ce sabotage continu.

“Cela est d’autant plus vrai à l’heure où les conditions de nos finances nationales exigent des emprunts importants pour financer les opérations gouvernementales, soutenir les investissements dans les infrastructures et la sécurité nationale et améliorer les conditions de vie du peuple nigérian”, a-t-il noté.

Diligence raisonnable

Compte tenu des défis socio-économiques auxquels le pays est confronté et du début de l’examen du budget 2023, M. Gbajabiamila a insisté sur la nécessité d’une diligence raisonnable et d’un respect strict de la loi par les ministères, départements et agences (MDA) en matière de responsabilité.

Il a réitéré la détermination de l’Assemblée nationale à laisser un héritage convenable à cet égard, en disant : “Pendant que nous examinons ce projet de loi de finances 2023, je tiens à rappeler aux chefs des ministères, des départements et des agences exécutives que l’Assemblée nationale s’attend à une comptabilité approfondie des crédits, des décaissements et des dépenses antérieurs.

“Si ces comptes ne sont pas fournis, nous les exigerons. Et nous exercerons la pleine autorité du Parlement pour demander des comptes à ceux qui ne fournissent pas les documents dont nous avons besoin pour prendre des décisions éclairées sur le projet de loi de finances.

“Il s’agit d’une priorité pour nous alors que nous nous retirons et commençons à compiler nos états de service pour l’histoire et comme guide pour ceux qui continueront là où nous nous sommes arrêtés.

“Tout comme la 9e Assemblée a réformé le processus d’affectation des crédits pour garantir l’adoption du budget en temps voulu, nous avons également l’intention de laisser un héritage de transparence et de responsabilité comme norme pour l’avenir”.

Tout en félicitant le Président Buhari pour sa visite historique et en lui promettant de donner au document l’importance qu’il mérite, le Président a imploré la nouvelle Assemblée de s’appuyer sur les réformes novatrices et durables initiées par la 9ème Assemblée.

Ses mots : “La présentation d’aujourd’hui est historique car c’est la dernière présentation de ce type par le président Muhammadu Buhari, GCFR.

“C’est également la dernière fois que la 9e Assemblée se réunira pour recevoir le Président à cette fin. Cela nous rappelle une fois de plus la nature limitée du service public et l’obligation de tirer le meilleur parti de notre temps pour tenir nos promesses au peuple nigérian.

“On dit souvent que ce n’est pas la qualité du début qui compte, mais la force de la fin. Nous avons l’intention, ici à la 9ème assemblée, de finir fort.

“Je vous assure que l’Assemblée nationale accordera la priorité à ce projet de loi et veillera à ce qu’il soit adopté avant la fin de l’année, comme le veut la pratique de la 9e Assemblée.

“Toutefois, nous ne manquerons pas, dans notre quête d’une adoption rapide, de faire preuve de la diligence requise par le peuple nigérian. Les réformes du processus budgétaire initiées par la 9ème Assemblée ont permis de rationaliser le processus d’affectation des crédits et le système de contrôle.

“Nous avons établi une norme à laquelle les autres doivent se conformer ou répondre”.

La condamnation par Gbajabiamila du vol de pétrole et de ses effets corrosifs sur l’économie du pays a été amplifiée par le président du Sénat, Ahmed Lawan, qui a déclaré que les voleurs de pétrole étaient des ennemis du pays.

Atteindre des objectifs de grande envergure

Lors de la présentation des prévisions budgétaires, le président Buhari a également apprécié la relation de travail avec l’Assemblée nationale, qui, selon lui, a permis d’atteindre les objectifs ambitieux fixés par le gouvernement.

“Nous n’aurions pas pu accomplir ces réalisations historiques sans le partenariat exceptionnel que cette administration a entretenu avec les dirigeants et les membres de l’Assemblée nationale.

“Je me permets donc de faire une pause ici, pour remercier une fois de plus le Sénat et la Chambre des représentants pour leur engagement, leur soutien et leur contribution à ces succès, dont l’histoire se souviendra favorablement de nous tous”, a conclu le Président.

Leave A Reply

Your email address will not be published.