L’agence anti-corruption félicitée pour sa lutte contre la corruption au Nigéria

Rapports de Timothy Choji/ Salihu Ali, Abuja

0 126

Le président Muhammadu Buhari a félicité l’agence nigériane de lutte contre la corruption: Independent Corrupt Practices and other related offences Commission (ICPC), pour son travail acharné visant à débarrasser le pays des tendances à la corruption.

Le Président a fait cet éloge à Abuja, mardi, lors de l’ouverture du 4ème sommet de l’ICPC sur la réduction de la corruption dans le secteur public.

Le Président Buhari qui s’est attardé sur le thème du sommet : “La corruption et le secteur de l’éducation”, a remercié l’ICPC d’avoir braqué ses projecteurs sur le secteur de l’éducation.

D’après lui : “Je félicite le président de l’ICPC, le secrétaire du gouvernement de la Fédération et le directeur du Joint Admissions and Matriculation Board (JAMB) d’avoir organisé ce sommet et d’avoir réuni les trois branches du gouvernement, les ministères et les autres parties prenantes pour débattre sur la corruption dans le secteur éducatif au Nigeria.

“J’attends donc avec impatience les résultats et les recommandations de ce sommet. Je suis sûr que l’ICPC et l’Ofiice du Sécretaire du Gouvernement de la Fédération, OSGF, présenteront les recommandations pour une action appropriée.”

Le dirigeant nigérian a déploré le fait que la corruption devienne progressivement endémique dans les établissements d’enseignement supérieur du pays et a salué les efforts de l’agence anti-corruption pour s’y opposer.

Dans son allocution, il a précisé : “Le gouvernement et les parties prenantes du secteur de l’éducation sont préoccupés par la manifestation de diverses formes de corruption dans le secteur de l’éducation. Je suis conscient que les étudiants de nos universités, par exemple, utilisent différentes terminologies pour décrire les différentes formes de corruption dont ils sont victimes sur nos campus.

“Il y a le triage ou l’échange d’argent pour des notes, le sexe pour des notes, le sexe pour des modifications de notes, les irrégularités dans les examens, etc. Le harcèlement sexuel a pris une proportion alarmante.

“D’autres formes de corruption incluent le gonflement des salaires ou les travailleurs fictifs, les professeurs qui travaillent à plein temps dans plus d’un établissement universitaire, y compris dans des établissements privés, les professeurs qui rédigent des travaux de séminaire, des projets et des mémoires pour les étudiants pour avoir de rémunération, et le racket à l’admission, pour ne mentionner que les pratiques de corruption les plus flagrantes.

“Je suis heureux de constater que l’ICPC enquête et poursuit le harcèlement sexuel en tant qu’abus de pouvoir dans nos établissements d’enseignement. Je les approuve et les encourage à poursuivre dans cette voie”, a-t-il ajouté.

Effort soutenu

Le président Buhari a informé la séance que le Nigéria continuerait à construire le secteur de l’éducation conformément à l’un des programmes des objectifs de développement durable, à savoir “des systèmes éducatifs qui encouragent des citoyens du monde éthiques et socialement responsables”.

“Il y a environ deux semaines, j’ai participé à la 77e Assemblée générale des Nations unies, à New York. L’un des événements clés était la journée des dirigeants du Sommet de la transformation de l’éducation, intitulée : Transformer l’éducation pour transformer le monde : Apprendre à vivre ensemble de manière durable.

“Le Nigeria s’est joint à d’autres pays pour s’engager “en faveur de la vision de l’éducation pour le développement durable et des objectifs du partenariat pour l’écologisation de l’éducation” et pour construire “des systèmes d’éducation qui favorisent l’émergence de citoyens du monde éthiques et socialement responsables” lesquels contribuent activement aux objectifs de développement durable. C’est une vision à laquelle nous continuerons d’aspirer et de construire”, a-t-il rappelé.

Le président Buhari a exhorté le monde universitaire à envisager d’autres moyens de générer des fonds pour les citadelles de l’apprentissage en ligne avec la pratique mondiale, car le gouvernement ne peut pas le faire seul.

Il a continué : “Je crois que le rôle du gouvernement dans l’éducation est de garantir l’accès et d’établir des critères minimaux pour une éducation de qualité. En raison de la diminution des ressources, le gouvernement ne peut pas supporter seul le coût du financement de l’éducation.

“Je demande à nos universitaires d’attirer des dotations, des subventions de recherche et autres pour les universités, les écoles polytechniques et les collèges d’enseignement, à l’instar de ce qui se fait dans d’autres pays”, a-t-il plaidé.

De même, le président Buhari a appelé les syndicats d’universités à exiger la responsabilité dans l’administration des établissements publics d’enseignement supérieur, notamment en ce qui concerne leurs dépenses.

Il a insisté : “La corruption dans les dépenses des recettes générées en interne par les établissements d’enseignement supérieur est une question qui, étrangement, n’a pas retenu l’attention des parties prenantes de l’enseignement supérieur, y compris les syndicats.

“Je demande aux parties prenantes d’exiger la responsabilité dans l’administration des institutions académiques et aux syndicats de s’interroger sur l’augmentation des dépenses de personnel et des dépenses récurrentes de leurs institutions. J’implore également les syndicats de travailler avec le gouvernement pour mettre des visages et des identités sur les listes de paie”, a conseillé le Président.

Le président de l’ICPC, le professeur. Bolaji Owasanoye, a noté que la corruption se manifeste de différentes manières à divers niveaux de l’éducation, et que l’ICPC ne se reposera pas sur ses lauriers tant que ces institutions ne seront pas libérées de la corruption.

Selon lui : “La corruption dans l’éducation se manifeste de différentes manières, telles que le recrutement de personnes non qualifiées ou inaptes à enseigner aux niveaux primaire, secondaire ou supérieur, le racket à l’admission, les mauvaises pratiques d’examen, le détournement de revenus pour et au sein du secteur, le fonctionnement d’institutions universitaires illégales, en particulier au niveau supérieur, l’abus de pouvoir et les règles de passation de marchés par la direction et les Conseils d’administration des institutions universitaires ou réglementaires, etc.

“En réponse à la récente épidémie de harcèlement sexuel dans le secteur de l’éducation, l’ICPC a constitué une équipe spéciale chargée d’enquêter et de poursuivre le harcèlement sexuel dans les institutions secondaires et tertiaires. En collaboration avec la société civile, nous sommes en train d’introduire un modèle de politique sur le harcèlement sexuel à l’intention des institutions universitaires. Nous avons également obtenu quelques condamnations importantes, notamment celle d’un professeur”, a-t-il révélé.

Il a ajouté que les unités de lutte contre la corruption de ces institutions ont été récemment renforcées, afin de stimuler la lutte.

“À cet égard, nous renforçons l’unité de surveillance de la transparence et de la lutte contre la corruption (ACTU) dans les MDA. Pour le secteur de l’éducation, nous avons collaboré avec d’autres institutions, notamment le NUC et le NBTE, et plus récemment avec le JAMB, notre hôte conjoint pour cet événement. Avec JAMB et le DSS, nous avons mené l’année dernière une série d’opérations d’infiltration à travers le pays sur la corruption dans les processus d’admission à l’université, ce qui a permis de démanteler des syndicats et d’arrêter leurs dirigeants responsables de la compromission de l’IJMB et de la JUPEB.

“Comme on le sait maintenant, l’ICPC a intensifié son contrôle des coûts de personnel et d’investissement des MDA, ce qui a permis de limiter de manière proactive les excédents ou les doublons dans le budget. Pas plus tard que la semaine dernière, la Commission, en collaboration avec le Bureau du budget et les parties prenantes, a rencontré certains MDA au sujet des excédents récurrents de leur masse salariale afin de déterminer des mesures proactives pour améliorer le processus budgétaire”, a-t-il intimé.

Le secrétaire du gouvernement de la Fédération, Boss Mustapha, dont le bureau a collaboré avec l’ICPC pour organiser le sommet, a également souligné l’importance d’apprivoiser la corruption afin de récolter davantage de fonds à des fins de développement.

Il a remercié l’ICPC de mener la campagne contre les tendances à la corruption à tous les niveaux de l’enseignement, conformément à la détermination du président Buhari à éradiquer cette menace de la société.

L’ancien président de la Commission électorale indépendante du Nigéria, le professeur Attahiru Jega, a prononcé le discours principal et a remercié l’ICPC pour sa détermination à lutter contre la corruption au Nigéria.

Le professeur Jega a exhorté tous les Nigérians à se joindre à la lutte contre la corruption, afin de corriger la perception mondiale négative du pays.

Dans son message de bonne volonté, le ministre de l’éducation, Adamu Adamu, a appelé la nouvelle administration nigériane à poursuivre la lutte contre la corruption, qui a été relancée par l’administration dirigée par Muhammadu Buhari.

Leave A Reply

Your email address will not be published.