Des femmes leaders dans le domaine des TIC prônent l’égalité des sexes

Details avec Na'ankwat Dariem, Abuja

0 395

Le secteur des technologies de l’information et des communications (TIC) est traditionnellement dominé par les hommes, les femmes ne représentant qu’environ 17% de la main-d’œuvre technologique dans le monde.

Bien que le secteur soit en croissance constante et qu’il connaisse d’importantes pénuries de compétences, l’écart entre les sexes ne se comble que très lentement.

C’est pourquoi, un jour après l’élection de la première femme au poste de secrétaire général de l’Union internationale des télécommunications (UIT), les femmes présentes à la Conférence de plénipotentiaires de l’organisation (PP-22) se sont réunies pour un petit-déjeuner de mise en réseau et un panel de haut niveau.

Le petit-déjeuner des femmes était organisé conjointement par l’UIT, le pays hôte, la Roumanie, et l’Australie, qui a fourni un soutien financier et une formation à 100 femmes déléguées pour qu’elles puissent assumer des rôles de direction à la PP-22.

Une nouvelle ère

Le Secrétaire général de l’UIT, Houlin Zhao, a félicité les délégués présents au petit-déjeuner et a souligné le “merveilleux résultat” de l’élection de Doreen Bogdan-Martin en tant que prochaine Secrétaire générale de l’organisation vieille de 157 ans.

Au cours des 75 dernières années, l’UIT a suivi l’évolution du paysage en tant qu’agence spécialisée des Nations Unies pour les technologies de l’information et de la communication (TIC).

Félicitant les femmes, Mme Zhao a déclaré ;

“Nous entrons maintenant dans une nouvelle ère, et vous êtes un bon exemple de la manière dont les femmes peuvent montrer leur talent et leur contribution au développement des TIC et aux activités de l’UIT. Sans votre participation active à nos réunions, ou vos efforts pour améliorer l’équilibre entre les sexes, nous ne pourrions pas être ici aujourd’hui.”

La Secrétaire générale élue, Doreen Bogdan-Martin, a déclaré : “Vous regarder tous me remplit d’espoir – il y a tant de femmes compétentes ici, mais la participation des femmes à la PP-22 n’est encore que de 33%, nous devons faire mieux,” a déclaré Mme Bogdan-Martin, faisant écho à l’observation du PDG d’Apple, Tim Cook, selon laquelle “il n’y a pas de bonnes excuses pour ne pas avoir plus de femmes dans la technologie. Nous devons faire plus”.

Elle a encouragé les déléguées à poursuivre sur la lancée de ces dernières années, avec un nombre croissant de filles et de femmes s’intéressant aux carrières technologiques traditionnellement dominées par les hommes, ainsi qu’aux processus politiques associés.

Mme Bogdan-Martin a déclaré : “J’espère que nous pouvons compter sur chacune d’entre vous pour passer à l’action : encadrer d’autres femmes, les soutenir. Le vrai travail commence maintenant.

“Visons, lors du prochain Plenipot, à avoir 50 % ou plus de femmes dirigeantes.”

La présidente du PP-22, Sabin Sărmaș, qui dirige également la commission parlementaire roumaine pour les technologies, a félicité la secrétaire générale élue pour sa victoire historique.

Sărmaș a déclaré : “Vous êtes la preuve vivante que les femmes appartiennent et méritent d’être à la table des TIC.”

Lutter pour l’égalité

Alors que le petit-déjeuner se poursuivait, des représentantes de haut niveau de six régions du monde ont partagé des initiatives nationales visant à combler le fossé numérique entre les sexes.

La ministre ghanéenne des communications et de la numérisation, Ursula Owusu- Ekuful, a déclaré que le fait de franchir la “barrière psychologique” de plus de 30 % de femmes parmi les délégués était une grande réussite. “

Elle a affirmé que “nous ne pouvons pas descendre en dessous de ce chiffre. Nous pouvons le dépasser. J’attends avec impatience le prochain Plenipot, où nous atteindrons 50 pour cent et plus au niveau national.”

Owusu- Ekuful a déclaré : “Notre objectif est de réduire la fracture entre les sexes en mettant en œuvre des programmes concrets pour s’assurer que nous avons plus de femmes à la table sur la base du mérite, et non d’une manière condescendante juste pour faire les chiffres.”

La commissaire de la Commission irakienne de la communication et des médias (CMC), Ava Nadir, qui dirige les initiatives sur l’autonomisation des femmes et l’inclusion numérique, a déclaré ;

“Nous rédigeons une politique pour soutenir la protection des femmes et des enfants en ligne contre la cyberintimidation, et les différentes menaces qui accompagnent le privilège de la connectivité.”

Olga Tumuruc, directrice de l’agence moldave pour la gouvernance électronique, a décrit les progrès constants mais progressifs réalisés par les femmes au sein du gouvernement et dans l’industrie.

“Il y a cinq ans, les femmes étaient peu nombreuses et n’étaient pas impliquées dans les TIC mais dans le travail administratif. Aujourd’hui, nous sommes plus de la moitié, et beaucoup d’entre elles dirigent et gèrent des projets complexes et difficiles qui changent véritablement la donne au niveau national.”

La présidente de l’agence nationale des communications de la République kirghize, Abdullaeva Sadykbaevna, a déclaré : “Mon pays est attentif à la croissance inclusive.

“Notre stratégie de développement durable jusqu’en 2026 porte sur la nécessité d’assurer l’amélioration économique des femmes, en augmentant leur représentation au niveau des décideurs.”

Jocelle Batapa-Sigue, sous-secrétaire du département des technologies de l’information et des communications (DICT) des Philippines, a expliqué pourquoi elle défend les initiatives de création d’emplois.

“Aujourd’hui, je suis fière que les cinq millions de freelances en ligne [du pays], qui font partie d’une économie robuste et en croissance constante, soient composés à 60 % de travailleuses du numérique”, a-t-elle déclaré, ajoutant que son gouvernement mène des projets “visant à améliorer les compétences de notre population féminine, notamment dans les technologies émergentes.”

La présidente de l’Unité de régulation des services de communication de l’Uruguay (URSEC), Mercedes Aramendia, a laissé entendre que le point de basculement vers l’égalité des sexes était proche.

Elle a déclaré : “Nous vivons un moment historique – tout change très vite.

“Nous devons remercier Doreen [Bogdan-Martin] et toutes les femmes qui nous ont précédées pour tout le travail accompli auparavant. Maintenant, nous sommes là. Tout le travail que nous faisons aidera celles qui viendront plus tard.”

L’une des modératrices du panel, Lisa Gittos, première secrétaire à la mission permanente de l’Australie auprès des Nations unies, a fait écho à ces sentiments, encourageant les délégués à emporter la conversation avec eux alors qu’ils se dirigent vers une autre journée de discussions plénières.

“L’égalité des sexes ne se résume pas à un petit-déjeuner”, a-t-elle conclu. “Il s’agit de chaque décision que vous prenez dans vos négociations”, a-t-elle ajouté.

 

 

Leave A Reply

Your email address will not be published.