Le dirigeant nigérian souhaite des liens commerciaux forts entre les nations africaines

Propos recueillis par Timothy Choji, Abuja

0 119

Le président Muhammadu Buhari a déclaré que la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA) sera un succès si les gouvernements africains font preuve d’un niveau d’engagement plus élevé pour s’attaquer à la lenteur de l’intégration physique, à la coopération politique et aux barrières tarifaires qui entravent l’intégration des entreprises.

Dans son discours prononcé lors de la deuxième conférence du Réseau des gouvernements sous-souverains africains (AFSNET) vendredi à Abuja, organisée par AFREXIMBANK en collaboration avec le secrétariat de l’AfCFTA et le Forum des gouverneurs nigérians, le président a décrié le faible niveau des échanges commerciaux entre les pays africains.

“En tant que dirigeants, nous devons tous être préoccupés par le fait que nous ne commerçons pas assez entre nous. C’est une réalité amère que le commerce intrarégional ne représente encore qu’une infime partie du commerce total en Afrique.

“Nous devons comprendre que, pour que ce nouvel élan vers une zone de libre-échange continentale soit couronné de succès, nous devons faire preuve d’un niveau d’engagement plus élevé pour nous attaquer à la lenteur de l’intégration physique due aux fragmentations géographiques et politiques, au rythme de la coopération politique et aux difficiles barrières tarifaires et non tarifaires qui entravent l’intégration commerciale.

“Je suis fermement convaincu qu’avec une action collaborative appropriée, nous serons en mesure d’enregistrer un rythme de transformation beaucoup plus soutenu.

“Grâce au partage des connaissances, à l’innovation et à la créativité, nous serons mieux à même de répondre aux besoins de la population du continent africain, qui compte plus de 1,4 milliard d’habitants”, a indiqué le président, qui a exhorté la Conférence à utiliser le réseau et le soutien fournis par les institutions panafricaines comme plateforme d’échange d’idées, de connaissances et de compétences.

La conférence, a-t-il ajouté, devrait également rechercher et proposer des solutions innovantes pour soutenir la quête commune de l’expansion des opportunités commerciales intra-africaines pour les Africains.

Le dirigeant nigérian a félicité les organisateurs de la conférence pour avoir fait preuve d’une pensée innovante en amenant l’AfCFTA à la base, et a salué le président d’AFREXIMBANK, le professeur Benedict Oramah, et son équipe pour avoir engagé 250 millions de dollars US comme capital de départ pour la création de l’AFSNET.

Commerce intracontinental

Il a reconnu que l’initiative lancée par AFREXIMBANK visait à établir fermement et à approfondir le commerce intracontinental, frontière de développement des investissements pour l’Afrique, facilitant ainsi la réduction de la dépendance du continent vis-à-vis des exportations de matières premières et minimisant les risques liés à la forte dépendance vis-à-vis des chaînes de valeur mondiales.

“Cette opportunité, si elle est correctement exploitée, est une étape importante pour l’Afrique qui commence à se tailler sa propre place dans la chaîne de valeur mondiale, à partir des unités constitutives.

“Cela complétera sans aucun doute des programmes plus larges tels que l’AfCFTA, qui reste l’un des programmes panafricains les plus stratégiques pour assurer un développement inclusif et durable”, a-t-il déclaré.

Le président a également reconnu le soutien du secrétariat de l’AfCFTA et le rôle de son secrétaire général, Wamkele Mene, dans l’organisation de la conférence à Abuja.

Vision de l’UA

Il a souligné le rôle essentiel de la Commission de l’Union africaine dans le développement de l’Afrique et s’est réjoui que cette initiative s’inscrive dans la vision de l’UA de réaliser l’Agenda 2063 – ”L’Afrique que nous voulons”.

Il a donc assuré les participants du soutien et de la coopération totale du gouvernement nigérian dans la mise en œuvre du programme.

Le président Buhari a également félicité le président sortant du Forum des gouverneurs du Nigéria et gouverneur de l’État d’Ekiti, Kayode Fayemi, qui a récemment accédé à la présidence du Forum des régions d’Afrique, pour avoir adopté cette initiative et avoir été à l’avant-garde du partage et de l’exploration des possibilités d’amélioration de la production et des activités de facilitation du commerce avec ses pairs dans la région.

Le président, qui a déclaré à la conférence qu’il en était à son deuxième et dernier mandat, a profité de l’occasion pour réfléchir aux défis que le continent a rencontrés depuis son entrée en fonction en 2015.

“Au total, nous sommes restés particulièrement résilients. Ensemble, nous avons enduré plusieurs défis, de l’effondrement des prix des matières premières à la mi-2014 jusqu’en 2016 et à nouveau en 2020, à la pandémie de COVID-19, à l’aggravation de l’impact du changement climatique, aux sécheresses, à l’insécurité alimentaire et à l’épuisement de nos réserves écologiques, et bien sûr à notre lutte contre l’extrémisme violent et le terrorisme.

“À cet égard, en mai dernier, lors du sommet extraordinaire de l’Union africaine à Malabo, j’ai soutenu la recommandation de la Commission de l’UA de mettre en place une force d’intervention contre le terrorisme sur le continent. En tant que dirigeants, nous devons faire preuve de la volonté politique nécessaire au développement.

“Nous devons renforcer la synergie, améliorer la collecte de renseignements et donner un caractère plus urgent à nos efforts collectifs afin de garantir la paix et la prospérité sur notre continent.

“Par conséquent, nous devons accroître nos efforts dans la lutte contre la cybercriminalité, le blanchiment d’argent, le trafic de drogues et d’armes, la contrebande de personnes et la destruction irréfléchie de notre précieuse faune.

“Nous devons faire tout cela et bien plus encore afin de créer un environnement sûr et productif pour tous”, a-t-il indiqué.

Solutions

Dans des messages séparés, le gouverneur Fayemi, le ministre de l’Industrie, du Commerce et de l’Investissement, Adeniyi Adebayo, et le président et président du conseil d’administration d’Afreximbank, Benedict Oramah, ont salué la nécessité d’une action délibérée pour remédier à la dépendance continue de l’Afrique vis-à-vis des partenaires commerciaux extérieurs, notant que l’AfCFTA fournit la plate-forme pour le faire.

Soulignant l’engagement d’AFREXIMBANK, le professeur Oramah a déclaré que la banque a déboursé plus de 20 milliards de dollars au cours des cinq années précédant 2021 pour soutenir le commerce intra-africain et qu’elle est en passe de doubler ce montant pour atteindre 40 milliards de dollars au cours des cinq prochaines années.

“Nous avons soutenu le secrétariat de l’AfCFTA par le biais d’un financement actuel ; nous avons lancé, en collaboration avec le secrétariat de l’AfCFTA et la Commission de l’UA, le système panafricain de paiement et de règlement (PAPSS) pour soutenir le paiement du commerce intra-africain en devises africaines.

“Une facilité de 3 milliards de dollars pour la compensation et le règlement est disponible pour un fonctionnement du système à l’échelle du continent ; nous avons également lancé le système de garantie de transit collaboratif africain pour permettre aux marchandises de traverser facilement les frontières”, a-t-il précisé.

 

 

Leave A Reply

Your email address will not be published.