Aucun État nigérian n’a l’autorisation de procurer des armes (la Présidence)

Par Timothy Choji, Abuja

0 119

La présidence nigériane a fait valoir qu’elle n’avait autorisé aucun État de la Fédération à acquérir des armes automatiques pour ses forces de sécurité.

Le porte-parole de la présidence, Garba Shehu, a indiqué dans un communiqué que le président Muhammadu Buhari a déclaré à de nombreuses reprises qu’aucun citoyen ou État ne sera autorisé à se procurer des AK 47 ou toute autre arme illégalement.

Selon Shehu : “La présidence souhaite affirmer avec force qu’aucun État, ni Katsina, ni aucun autre État de la fédération, n’a été autorisé à se procurer des armes automatiques pour ses forces de sécurité.

“Sous cette administration, le président a clairement indiqué à plusieurs reprises que personne n’est autorisé à porter illégalement des AK-47 ou toute autre arme automatique et que s’ils possèdent de telles armes, ils doivent les remettre.

“S’ils ne le font pas, les forces de l’ordre ont reçu des directives claires pour s’occuper de ces hors-la-loi.

“Selon la réglementation en vigueur, seul le Bureau du conseiller national pour la sécurité peut délivrer une telle autorisation, après avoir reçu l’aval du président et commandant en chef.

“En l’état actuel des choses, aucune autorisation de ce type n’a été délivrée aux gouvernements des États.”

Le porte parole du président Buhari, Garba Shehu

Il a expliqué spécifiquement le scénario de l’État de Katsina, où beaucoup pensent qu’il a acquis des armes.

“Dans l’État de Katsina souvent cité, le gouverneur, Aminu Bello Masari, a écrit pour expliquer que l’administration a invité le prévôt du Collège de formation de la défense civile de Katsina à former ses vigiles pendant une période de cinq jours ‘à la manipulation et aux opérations des fusils à pompe’, soulignant que les vigiles n’ont pas été formés pour prendre en charge les responsabilités des agences de sécurité du gouvernement fédéral du Nigeria, mais pour les aider.

“La présidence apprécie l’implication active des États dans les questions de sécurité.

“Le président, en particulier, s’est félicité du fait qu’au cours des deux dernières années, des unités de sécurité mandatées par les gouvernements étatiques ont été associées à plusieurs initiatives importantes et que des rapports lui sont parvenus sur des actes de bravoure et de professionnalisme extrêmes.

“Il a toutefois mis en garde contre la politisation de la sécurité”.

Leave A Reply

Your email address will not be published.