Ariwoola est dorénavant Président de la Cour suprême du Nigeria

0 160

Le Sénat a confirmé la nomination du juge Olukayode Ariwoola au poste de Président de la Cour suprême du Nigeria (CJN).

Cette confirmation fait suite à son examen en séance plénière à Abuja, la capitale du pays, ce mercredi 21 septembre 2022.

Ariwoola, tout en répondant aux questions avant sa confirmation, a déclaré que le défi majeur du système judiciaire était le financement inadéquat de ses opérations.

Le système judiciaire, a-t-il ajouté, devait être financé, notant que les juges ne devaient pas être considérés comme des mendiants.

Ariwoola a exhorté le sénat à toujours approuver rapidement les budgets du pouvoir judiciaire afin de lui permettre de s’acquitter de ses fonctions.

Concernant l’allégation selon laquelle certains juges ont adressé une pétition contre le CJN sortant, Ariwoola a réagi qu’il n’y avait pas de pétition de cette nature.

Selon lui, ce qui a été divulgué aux médias est une lettre de plaintes de 14 juges sur des questions relatives au fonctionnement de l’appareil judiciaire et au bien-être des fonctionnaires de justice.

“Nous sommes quatorze à avoir rédigé et remis en mains propres à notre frère, l’ancien CJN, et nous ne savons pas comment cette lettre est parvenue à la presse, nous n’avions aucun problème avec notre numéro un.

“Il n’y a pas eu de pétition contre le CJN, nous n’avons pas protesté, nous avons seulement mis nos plaintes sur papier à notre frère.”

Il a toutefois ajouté que son désir le plus cher était d’introduire la technologie dans le fonctionnement du système judiciaire de la nation.

Le nouveau jue en chef a également expliqué que des mécanismes ont été mis en place pour modifier les règles et les procédures des tribunaux afin d’assurer un meilleur fonctionnement de leurs processus.

Il a ainsi insisté sur le fait qu’il était nécessaire de nommer davantage de juges pour faciliter le traitement rapide des affaires, tout en préconisant que les jugements définitifs sur certaines affaires soient rendus par les cours d’appel.

Certaines de ces questions, a-t-il rappelé Ariwoola, sont des questions constitutionnelles qui nécessitent des amendements à la constitution.

Il a demandé à l’Assemblée nationale de contribuer à la modification des lois sur ces questions.

Concernant les questions relatives à la nomination des juges, il a souligné que la constitution est claire sur le mode de nomination.

Selon lui, le Conseil national de la magistrature (NJC) joue un rôle clé en recommandant des agents qualifiés et méritants à nommer.

Leave A Reply

Your email address will not be published.