Stratégies du gouvernement nigérian sur des remèdes évitables

0 167

Selon le gouvernement nigérian, des stratégies ont été mises en place pour réduire de 50 % les dommages graves évitables liés aux médicaments au cours des cinq prochaines années.

Déclaration faite par le ministre de la Santé, le Dr Osagie Ehanire, à Abuja lundi lors d’une conférence de presse pour commémorer la Journée mondiale de la sécurité des patients 2022.

M. Ehanire, représenté par Mme Adebimpe Adebiyi, directrice des services hospitaliers du ministère de la Santé, a noté que cette journée est célébrée le 17 septembre de l’année.

“Chacun d’entre nous a, à un moment ou à un autre, utilisé des médicaments pour traiter des maladies.

“On ne saurait trop insister sur les bienfaits des médicaments et des drogues”.

Cependant, les médicaments peuvent parfois causer de graves dommages s’ils ne sont pas utilisés correctement, soit en raison d’une mauvaise communication entre le patient et le prestataire de soins.

Parmi d’autres challenges, citons les erreurs de prescription, le mauvais suivi des patients sous traitement, la mauvaise utilisation des antibiotiques qui peut entraîner une résistance antimicrobienne, la confusion dans la délivrance des médicaments qui se ressemblent ou ont des sonorités similaires.

D’après M. Ehanire, le fait de réduire des risques serait obtenue en apportant des améliorations à chaque étape du processus de médication, notamment la prescription, la délivrance, l’administration, le suivi et l’utilisation.

Selon lui, la sous-déclaration des erreurs de médication est également un problème.

“Une étude menée par Ogunleye et al sur les erreurs de médication parmi les professionnels de la santé dans 10 hôpitaux tertiaires du pays montre que 35,5 % des 2386 professionnels qui ont participé à cette étude ont signalé des erreurs de médication.

“Alors que 33,4 % ne pensaient pas qu’il était nécessaire de le faire”, a-t-il révélé.

Ehanire a ajouté que les erreurs ne se limitaient pas aux seuls services médicaux ou chirurgicaux, certaines erreurs avaient également été enregistrées dans certains laboratoires.

Le Nigeria travaille déjà à l’élaboration de sa politique et de sa stratégie nationales en matière de sécurité des patients et de qualité des soins.

Le ministre a ajouté : “Nous espérons qu’elle sera achevée et lancée cette année afin qu’elle puisse être déployée dans tous nos établissements de santé, à tous les niveaux de soins.”

Selon lui, la politique est axée sur l’amélioration de la sécurité des médicaments, de la sécurité chirurgicale et de la sécurité de toutes les procédures médicales, entre autres.

“La sensibilisation et les capacités sont en cours dans nos établissements de santé tertiaires fédéraux sous la forme de formations sur la sécurité des médicaments, le contrôle de la prévention des infections et d’autres aspects de la sécurité des patients.”

Dr Walter Mulombo, représentant de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) au Nigeria, a précisé que les erreurs de médication étaient le plus souvent dues à des faiblesses dans les systèmes de médication et qu’elles étaient aggravées par le manque de personnel de santé bien formé.

Les autres problèmes sont les mauvaises conditions de travail et d’environnement pour la prestation de soins de santé de qualité.

Représenté par le représentant adjoint de l’OMS dans le pays, Dr Alex Chimbaru, il a déclaré que le droit des patients à une médication sans préjudice pouvait être compromis par des pratiques inappropriées de prescription, de transcription, de délivrance, d’administration et de contrôle.

“Les estimations mondiales montrent que les erreurs de médication contribuent à plus de trois millions de décès chaque année, une situation qui a été exacerbée par des systèmes de santé débordés pendant la pandémie de COVID-19.

“Environ un cas sur quatre d’erreur de médication évitable est cliniquement grave ou met la vie en danger.

“Bien que les données concernant le continent africain soient limitées, il est généralement admis que l’ampleur des pratiques médicamenteuses dangereuses est élevée.

“Parmi les pays à revenu faible ou intermédiaire, la Région africaine a la plus forte prévalence de médicaments de qualité inférieure et de contrefaçon (18,7 %)”, a-t-il tancé.

D’après les explications de M. Mulombo, l’OMS s’était associée à la NAFDAC pour mener des études sur les produits médicaux de qualité inférieure et falsifiés (SF), une activité prioritaire du mécanisme des États membres de l’OMS.

Mulombo a enfin conclu qu’il s’agissait de renforcer la communication sur les risques liés aux SF grâce à des informations précieuses sur les attitudes et les comportements en matière d’accès aux médicaments.

Leave A Reply

Your email address will not be published.