Quand la réalisation des projets éducatifs est une arme

Précisions de Temitope Mustapha, Abuja

0 50

Le gouverneur de l’État d’Anambra, dans le Sud-est du Nigeria, le professeur Charles Soludo, a appelé à un partenariat stratégique avec le Fonds fiduciaire pour l’éducation tertiaire (TETFund), pour la réalisation de projets d’intervention dans les établissements d’enseignement supérieur de l’État.

Le professeur Soludo, qui a fait cet appel lors d’une visite de courtoisie au secrétaire exécutif du TETFund, M. Sonny Echono, mardi à Abuja, a noté qu’une telle collaboration faciliterait l’impact des investissements dans l’État.

“Nous voulons un partenariat qui facilitera l’inter-agence, l’inter-gouvernemental entre le fédéral et les États pour ainsi dire.

“Au bout du compte, nous avons un seul pays, une seule économie, et les besoins en main-d’œuvre ne concernent que cette seule économie nationale. Le système est aussi fort que son maillon le plus faible et je suis donc sûr que ce TETFUND émerge comme un fonds d’intervention très critique dans notre système éducatif et qu’il intervient non seulement dans le cadre des institutions fédérales, mais aussi dans celui des institutions publiques.

“L’éducation, nous le savons, est en concurrence – le fédéral et l’État travaillent ensemble.”

Le gouverneur Soludo, qui a évité de mentionner les domaines intéressés par le partenariat avec TETfund, a insisté sur la place de la mesure de l’impact en disant qu’elle est très importante.

“J’aimerais que nous travaillions ensemble dans un grand nombre de domaines qui nous intéressent et dans quelques années, nous pourrons dire qu’avec le partenariat avec TETFund, nous avons été en mesure de livrer ABCD, que voici les impacts.”

S’exprimant par ailleurs, M. Soludo a félicité le TETFund pour ses divers projets d’intervention à travers le pays, ajoutant que les trois institutions tertiaires publiques de l’État, à savoir l’Université Chukwuemeka Odumegwu Ojukwu, l’École polytechnique d’Anambra, Mgbakwu et le Collège d’éducation, Nsugbe, sont impatientes d’accueillir davantage de projets d’intervention du Fonds.

Le gouverneur a toutefois exprimé son inquiétude quant au nombre croissant d’institutions tertiaires dans le pays, affirmant que le gouvernement pourrait avoir des difficultés à les financer de manière adéquate à l’avenir.

“Nous ne posons pas ces questions, mais à un moment donné, nous allons nous demander si ou comment le gouvernement sera en mesure de financer ou de financer adéquatement le nombre ou la pléthore d’institutions ou le mécanisme de notre prestation, en particulier avec le système de briques et de mortier que nous avons, il y aura des questions.

“Mais en attendant, avant d’en arriver là, le TETFund a comblé les lacunes en termes d’infrastructures dans nos établissements d’enseignement supérieur. Lorsque vous allez d’un établissement supérieur à l’autre, (vous les voyez) vous avez une façon de les marquer – les projets.”

Le gouverneur a révélé : “Même si le gouvernement fédéral consacre la totalité de son budget d’investissement à l’éducation, cela ne suffira pas à résoudre tous les problèmes.”

En réponse, le secrétaire exécutif du TETFund, M. Echono, a insisté sur le fait que le Fonds a continué à faire beaucoup à la fois dans l’infrastructure et le développement du contenu académique.

“A Anambra, vous verrez beaucoup de notre présence, mais j’admets qu’au niveau des institutions publiques, nous devons faire plus.

“Au cours des 11 dernières années, 35 000 universitaires ont été formés à la maîtrise et au doctorat, nous avons également fait beaucoup pour la composante recherche de notre intervention….., nous travaillons également sur l’employabilité de nos diplômés en reliant nos institutions aux industries”, a évoqué Echono.

Leave A Reply

Your email address will not be published.