Les Maladies non transmissibles sont des tueurs silencieux, prévient le commissaire à la santé d’Anambra

Détails avec Chinwe Onuigbo depuis Awka

0 140

Le commissaire à la santé de l’État d’Anambra, Dr Afam Obidike, a décrit les maladies non transmissibles (MNT) comme étant des tueurs silencieux qui doivent être combattus dans la société.

Dr Obidike a fait cette déclaration lors de la formation de deux jours qui vient de s’achever, organisée par les partenaires AstraZeneca et Healthy Heart Africa à Awka.

La formation a réuni des participants des ministères de la santé et des services de soins de santé primaires des États d’Anambra, d’Imo, d’Enugu et de Delta.

Cette formation de professionnels de la santé sur les maladies non transmissibles est très louable car elle nous aidera à sensibiliser notre population au fait que les maladies non transmissibles ne doivent pas être considérées comme acquises.

Selon Dr Obidike, “il peut vous intéresser de savoir que les maladies non transmissibles telles que les maladies cardiaques, le cancer, les maladies respiratoires chroniques et le diabète sont les principales causes de décès dans le monde, représentant une menace sanitaire mondiale émergente.

“Les décès dus aux maladies non transmissibles (MNT) dépassent désormais tous les décès dus aux maladies transmissibles réunis. Je suis donc très heureux que les participants soient des professionnels de la santé qui contribueront à lutter contre ces maladies tueuses silencieuses dans leurs différents États.

“Les maladies non transmissibles tuent 41 millions de personnes chaque année, soit 71 % de tous les décès dans le monde. Plus de 15 millions de personnes meurent d’une MNT entre 30 et 69 ans, et 85 % de ces décès prématurés surviennent dans les pays à revenu faible ou intermédiaire.

“Les maladies cardiovasculaires sont responsables de la plupart des décès dus aux MNT, soit 17,9 millions de personnes par an, suivies par les cancers (9,3 millions), les maladies respiratoires (4,1 millions) et le diabète (1,5 million).

“Ces quatre groupes de maladies représentent donc plus de 80 % de tous les décès prématurés dus à des maladies non transmissibles (MNT).

“Tous les États participant à cette formation sont touchés par des maladies communes comme le diabète et l’hypertension qui tuent notre population. Si nous ne parvenons pas à les combattre, elles seront dévastatrices pour nous.”

Il a félicité AstraZeneca et Healthy Heart Africa (HHA) pour l’organisation de cette formation qui contribuera à résoudre les problèmes liés aux maladies non transmissibles et a exhorté les participants à contribuer à l’intensification de la formation.

M. Paul Edeh, un participant, a révélé : “Population Services International est une organisation non gouvernementale américaine qui opère dans plus de 60 pays, dont le Nigeria.

“Nous sommes donc impliqués dans de nombreuses interventions sanitaires, comme le planning familial, et nous sommes actuellement les partenaires de mise en œuvre de Healthy Heart Africa, qui est parrainé par AstraZeneca.

“Healthy Heart Africa est un projet financé par AstraZeneca qui porte principalement sur les maladies non transmissibles, en particulier le contrôle de l’hypertension, c’est sur cela que nous travaillons.”

M. Edeh a félicité le commissaire pour ses contributions ainsi que pour avoir sensibilisé les participants aux maladies non transmissibles et à l’importance de données précises.

Il a expliqué que le programme sur les maladies non transmissibles sera étendu à d’autres collectivités locales à l’avenir.

Selon lui, la formation zonale des formateurs s’adresse aux États de la région du Sud-est et permettra d’étendre la formation aux établissements de santé.

Un facilitateur de l’Agence nationale de développement des soins de santé primaires, Dr Kosarachi Aluka, a insisté sur le fait qu’ils avaient formé les participants à la gestion des maladies non transmissibles (MNT) en mettant l’accent sur l’hypertension.

“Je suis très impressionnée par leur contribution et leurs résultats en ce qui concerne cette formation et ils ont participé de manière optimale.

“Les participants ont été formés à l’introduction à l’hypertension, aux causes, aux complications, à la gestion du diagnostic, à la mesure de la pression artérielle, au conseil aux patients, au suivi et à la surveillance des patients et au soutien à l’adhésion.”

Les participants ont salué les organisateurs du programme et les animateurs pour leur travail bien fait.

Leave A Reply

Your email address will not be published.