Le Nigéria apte à revoir le salaire des travailleurs

Détails avec Helen Shok Jok Abuja

0 33

Le gouvernement nigérian affirme qu’il travaille à améliorer les salaires des travailleurs pour faire face aux réalités économiques actuelles.

Le ministre du Travail et de l’Emploi, le Dr Chris Ngige, a fait cette déclaration à Abuja lors de la présentation publique d’un livre par le Congrès du travail du Nigeria, NLC, pour marquer son 40e anniversaire.

M. Ngige a déclaré que le gouvernement était tout à fait conscient que le salaire minimum national de 30 000 N s’était déprécié.

“Oui, l’inflation a augmenté dans le monde entier et elle n’est pas limitée au Nigeria, c’est pourquoi dans de nombreuses juridictions, il y a un ajustement des salaires en ce moment.

“Nous, en tant que gouvernement nigérian, nous ajusterons en fonction de ce qui se passe au niveau des salaires.

“Plus important encore, la loi sur le salaire minimum national de 2019 comporte une clause de révision, que nous avons commencée à l’époque. Je ne sais pas si elle doit avoir lieu l’année prochaine ou en 2024. Mais avant cela, l’ajustement des salaires reflétera ce qui se passe dans l’économie, tout comme le gouvernement a commencé l’ajustement avec l’le Syndicat du personnel académique des universités ASUU “, a-t-il indiqué.

La grève de l’ASUU

Sur la question de savoir pourquoi il a choisi de poursuivre l’ASUU devant le tribunal du travail en raison de la grève prolongée des professeurs, le ministre a expliqué que le gouvernement nigérian n’a pas poursuivi l’ASUU en justice en raison de la grève prolongée du syndicat, comme certaines personnes l’ont prétendu.

Il a déclaré qu’il aurait manqué à ses devoirs s’il n’avait pas porté l’affaire devant le National Industrial Court of Nigeria, NICN, après sept mois de discussions et de négociations prolongées avec le syndicat, qui ont échoué.

Il a rappelé que l’ASUU était au stade de la négociation de la convention collective (CBA) avec ses employeurs, le ministère fédéral de l’éducation, lorsqu’elle s’est mise en grève.

Il a ajouté que le Nigeria est respecté par l’Organisation internationale du travail (OIT) et que “certaines personnes ont dit que le gouvernement fédéral avait porté l’ASUU devant les tribunaux, alors que j’ai renvoyé l’affaire après sept mois de discussions et de négociations prolongées qui ont échoué.

“Certaines personnes disent que l’accord de 2009. L’accord de 2009 a été renégocié en 2013/2014 avec l’administration de l’ancien président Goodluck Jonathan. C’est un anathème d’utiliser l’accord de 2009.

“Ce qui reste, c’est la renégociation de leurs conditions de service, ce qui est leur droit. Cela devrait être fait, mais ils négocient selon le principe de l’offre et de l’acceptation et cela a échoué irrémédiablement au ministère fédéral de l’éducation.

“Cela a donné le coup d’envoi de la section 17 de la loi sur les conflits commerciaux, en vertu de laquelle le ministre du Travail et de l’Emploi, quel qu’il soit, si vous ne transmettez pas selon les prescriptions de la section 17, TDA, 2004, Lois de la Fédération du Nigeria.

“Cela signifie que vous auriez échoué dans votre fonction. Par conséquent, je devais transmettre”, a-t-il déclaré.

Le ministre a également déclaré que la transmission ne signifiait pas que l’affaire ne pouvait pas être réglée à l’amiable.

Il a souligné que l’une ou l’autre des parties impliquées, le ministère fédéral de l’Education et l’ASUU, pouvait s’adresser au NICN pour un règlement à l’amiable.

Il a maintenu que le Nigeria doit être guidé par des lois et que personne ne doit utiliser le conflit pour “harceler qui que ce soit”.

Dans une interview accordée à Voice of Nigeria, l’ancien ministre du Travail et de l’Emploi, Chief Emeka Wogu, a déclaré que l’action entreprise par le ministre en renvoyant l’affaire devant le National Industrial Court of Nigeria était conforme à la loi.

Il a appelé le gouvernement nigérian et l’ASUU à trouver un point de rencontre pour résoudre le conflit dans l’intérêt des étudiants et de la nation.

Il a également insisté sur le fait que l’éducation est le fondement du développement dans toute société et que tout doit être fait pour protéger son caractère sacré.

Leave A Reply

Your email address will not be published.