Foot européen : Naples et le Real performent, le Bayern et la Juventus hors sujet

0 105

Le week-end a été agité sur les terrains de foot européens : le PSG est seul en tête de la Ligue 1 après sa victoire contre l’OL (0-1), le Real a remporté le derby de Madrid sur le terrain de l’Atlético (1-2) et Naples a frappé un grand coup sur le terrain de l’AC Milan (1-2). Le Bayern Munich et la Juventus, quant à eux, n’avancent plus après avoir tous deux perdu.

Le PSG seul en tête du championnat

Les Parisiens ont enchaîné, dimanche 18 septembre, une quatrième victoire de suite en Ligue 1 en dominant l’Olympique Lyonnais (6e) chez eux (0-1) sur un but de Lionel Messi après un service de Neymar (5e). La connexion flamboyante entre les deux joueurs depuis le début de saison suffit au bonheur du PSG, seul en tête du championnat alors que débute la trêve internationale.

Les Parisiens comptent deux points d’avance sur l’Olympique de Marseille (2e), freiné par Rennes dimanche au Vélodrome (1-1), et trois points sur Lorient (3e), vainqueur vendredi à Auxerre (1-3). Les Merlus, qui ont lutté pour le maintien la saison dernière, impressionnent avec six victoires en huit journées de championnat. Le RC Lens (4e, 18 points), qui a fait match nul contre le FC Nantes (0-0), les suit d’un point et l’AS Monaco (5e, 14 points) reste en embuscade, forte de son net succès à Reims (0-3).

Le Real Madrid vainqueur du derby contre l’Atlético

Le Real Madrid a été en fête au Metropolitano. Les Merengues ont remporté dimanche le derby de la capitale espagnole contre l’Atlético Madrid (1-2) grâce à deux buts de Rodrygo (18e) et Valverde (36e) malgré la réduction du score d’Hermoso (82e) pour la 6e journée de Liga. Ils reprennent ainsi la tête au classement devant le FC Barcelone, vainqueur d’Elche (3-0) samedi.

Grâce à ce succès sur la pelouse de son voisin madrilène, le Real poursuit son parcours sans faute depuis le début de saison, avec neuf succès de rang toutes compétitions confondues. Les champions d’Espagne et d’Europe en titre enregistrent par la même occasion, leur meilleure entame de championnat depuis la saison 1987-1988.

À noter aussi qu’avant et pendant ce match, des supporters de l’Atlético Madrid ont proféré des insultes racistes à l’encontre de Vinicius Jr, l’attaquant de la Maison Blanche. Il y a une semaine, le Brésilien de 22 ans avait eu une altercation avec des joueurs de Majorque après avoir célébré son but par une danse.

Par ailleurs, le Betis Séville (3e) et la Real Sociedad (8e) – deux candidats aux places européennes – se sont respectivement imposés (2-1) contre Gérone et l’Espanyol Barcelone. Le choc des tacticiens entre Unai Emery et Julen Lopetegui n’a, quant à lui, pas trouvé de vainqueur : Villarreal et le Séville FC se sont contentés d’un nul (1-1).

L’Union Berlin reste en tête, le Bayern ne gagne plus

L’Union Berlin s’est imposé dimanche après-midi à domicile contre Wolfsburg (2-0) grâce à son duo offensif Siebatcheu-Becker, et continue son début de saison de rêve en tête de la Bundesliga avec un cinquième succès en sept journées. L’équipe d’Urs Fischer est la dernière invaincue dans le championnat d’Allemagne (cinq victoires et deux matches nuls). Avec 17 points, elle devance de deux points le Borussia Dortmund (2e) qui a remporté le prestigieux “Revierderby” contre Schalke.

Le Bayern Munich (5e, 12 points) n’arrive plus, quant à lui, à avancer en championnat. Le club bavarois s’est incliné samedi après-midi à Augsbourg (1-0) et n’arrive pas à se sortir de la mauvaise passe dans laquelle il se trouve en Bundesliga depuis plusieurs journées. Après trois matches nuls consécutifs contre Mönchengladbach (1-1), l’Union Berlin (1-1) et Stuttgart (2-2), voici une défaite qui fait tache pour les hommes de Julian Nagelsmann, l’ombre d’eux-mêmes en championnat alors que tout se passe parfaitement en Ligue des champions avec des succès à Milan contre l’Inter (0-2) et à domicile contre le FC Barcelone (2-0).

Enfin, Fribourg n’a pu faire mieux qu’un match nul à Hoffenheim (0-0) en clôture de la 7e journée de Bundesliga et reste bloqué à la troisième place derrière les Berlinois et le BVB. Hoffenheim en profite pour passer à la 4e place avec 13 points.

Arsenal forte tête, City et Tottenham en embuscade

Début de saison canon pour les Gunners. Arsenal a repris sa marche en avant dimanche en allant gagner facilement sur le terrain de Brentford (0-3) avec notamment un but de la tête de son défenseur français William Saliba. Avec 18 points, les Gunners sont talonnés par Manchester City (2e) et Tottenham (3e). Les Citizens et les Spurs en sont à 17 points en sept journées après leur succès respectif contre Wolverhampton (0-3) et contre Leicester (6-2).

Si Newcastle savait qu’il serait sans doute un peu tôt pour se mêler à la lutte pour la Ligue des Champions dès cette année, il n’arrive même pas à s’extraire du ventre mou. Samedi, les Magpies ont perdu deux nouveaux points à domicile contre Bournemouth (1-1). Conséquence de ce cinquième nul de la saison en sept rencontres, Newcastle (10e) compte le même nombre de points que son adversaire du week-end nouvellement promu en Premier League (12e avec 8 points).

Enfin, trois matches de la 8e journée ont été reportés à une date ultérieure en raison des événements liés aux funérailles de la reine Elizabeth II : Brighton-Crystal Palace, Chelsea-Liverpool et Manchester United-Leeds.

Naples marque les esprits, la Juve s’incline chez un promu

Deux clubs sont en tête de la Serie A à l’issue de la 7e journée : Naples et l’Atalanta Bergame. Les Napolitains ont marqué les esprits en faisant chuter l’AC Milan (1-2) à San Siro, pour la première fois depuis janvier dernier en championnat – soit la fin d’une série de 22 matches sans défaite. Matteo Politano a mis les siens sur le bon chemin (55e) avant qu’Olivier Giroud – affûté avant de retrouver les Bleus – n’égalise (69e). Mais Simeone a finalement donné la victoire à Naples (78e). Le joueur ne s’emballe pas pour autant, et il s’est bien gardé de parler de lutte pour le titre après le match : “On ne pense qu’à grandir jour après jour”.

Un seul tir cadré et une défense solide ont suffi à l’Atalanta, moins flamboyante mais plus solide, pour aller conquérir une précieuse victoire sur le terrain de la Roma (0-1), au grand dam de José Mourinho, exclu pour avoir réclamé avec trop de véhémence un penalty. La “Dea” s’est imposée grâce à une frappe précise de Scalvini (35e). Les Giallorossi, privés à la dernière minute de Paulo Dybala, ont eux collectionné les occasions pour égaliser, mais en vain.

La Juve fait, quant à elle, pâle figure après sept journées de championnat (quatre nuls et une défaite) : la Vieille Dame s’est inclinée à Monza (1-0), qui était lanterne rouge avant le match. S’il se disait “amusé” samedi par l’hypothèse de son limogeage, Massimiliano Allegri, en tribunes car suspendu, est plus que jamais dans la tourmente après ce début de saison encore pire que celui très moyen de la saison dernière. Angel Di Maria a incarné la fébrilité actuelle des Bianconeri, exclu pour un coup de coude d’agacement (40e). À dix, les Bianconeri ont craqué sur un but de Gytkjaer (74e) et sont venus faire amende honorable devant leurs tifosi dépités. “Les supporters ne sont pas contents, mais nous non plus”, a commenté Marco Landucci, l’adjoint d’Allegri.

 

Avec AFP

 

Leave A Reply

Your email address will not be published.