Nigéria: le Conseil des ministres approuve la politique régissant des règlements financiers

Propos recueillis par Timothy Choji à Abuja

0 165

Le Conseil exécutif fédéral du Nigeria a procédé à l’approbation d’une politique nationale sur l’application des règlements financiers dans les agences gouvernementales.

Le ministre des travaux publics et de l’urbanisme, Babatunde Fashola, l’a révélé en informant les correspondants de la State House des décisions prises lors de la réunion du Conseil ce mercredi.

Selon M. Fashola, la politique contribuera également à l’évaluation de la durée de vie et à la liquidation des actifs du gouvernement.

M. Babatunde Fashola; ministre nigérian des travaux et de l’urbanisme

“Le ministère des Travaux publics et du Logement a présenté un mémorandum de politique. L’objectif du mémorandum de politique était d’obtenir une meilleure application des règlements financiers du gouvernement, en particulier les règlements révisés de 2009 en ce qui concerne le processus d’évaluation des usines, des équipements, des terrains, des biens et des machines, ainsi que la façon dont les écoles se débarrassent de leurs biens lorsqu’ils atteignent la fin de leur vie.

“Cette politique est fondée sur le contexte de l’ordre exécutif 11 qui encourage la maintenance, en tant que politique gouvernementale consciente. Et nous pensons qu’en raison de cela, les actifs du gouvernement devraient durer plus longtemps que le cycle de vie habituellement prescrit dans les règlements financiers existants, comme quatre ans et neuf ans pour d’autres catégories de machines.

“L’autre contexte derrière cette politique était également d’aider le gouvernement à gérer les dépenses face aux défis des recettes sur certains postes de gouvernance, sur lesquels le gouvernement peut dépenser moins si, à la suite de politiques, le gouvernement prend certaines mesures. Par exemple, si vous ralentissez la politique d’amortissement des véhicules, votre taux de remplacement ralentira également.

“Nous proposons donc au Conseil d’adopter des politiques visant à faire passer le seuil de dépréciation de quatre à six ans pour les véhicules. Et nous proposons également un pourcentage stratégique de dépréciation par an pour les différentes catégories de véhicules, pour les véhicules de moins de deux litres et ceux de plus de deux litres. Et nous avons également proposé que les installations et les machines soient désormais amorties sur une période allant jusqu’à 10 ans au lieu de ce qui existe actuellement dans les règlements financiers.”

Le ministre a ajouté que les chefs d’agences gouvernementales doivent également être accompagnés lors de l’achat ou de la cession de biens, afin de s’assurer que les procédures établies soient correctement suivies.

“Nous proposons également que les ministères, les départements et les agences, les responsables du ministère en tant qu’agents comptables et les ministres signent désormais les demandes d’évaluation des propriétés, en particulier lorsque les agences essaient d’acheter des propriétés.

“Enfin, nous proposons également que le gouvernement approuve la vente de deux propriétés, aux taux de 2001, qui étaient de 18 et 20 millions à l’époque, ce sont les valeurs du marché de ces propriétés, mais elles ont été vendues à 5 millions et 2 millions en 2001. Nous avons donc dit que le gouvernement devrait approuver que l’acheteur paie le taux du marché libre à ce moment-là afin de consommer la transaction.

“Il s’agissait de propriétés vendues à la suite des poursuites engagées par la NDLEA pour des stupéfiants, il s’agissait donc de produits de la drogue, mais le processus d’évaluation a suivi la loi NDLEA au lieu du règlement financier. Donc, essentiellement, ces propositions de politique ont été approuvées par le Conseil”, a conclu Fashola.

Leave A Reply

Your email address will not be published.