Nigéria: formation des exportateurs sur l’accès aux marchés et les accords commerciaux

précisions de Asma'u Halilu, Kaduna

0 138

Le Conseil nigérian de promotion des exportations (NEPC) a tenu une formation consacrée aux exportateurs sur l’impératif des accords commerciaux pour l’accès au marché dans les relations commerciales internationales.

L’atelier de sensibilisation a été organisé par le Conseil en collaboration avec la Chambre de commerce, d’industrie, de mines et d’agriculture de Kaduna (KADCCIMA).

Lors d’une présentation sur le “Programme de libéralisation du commerce de la CEDEAO”, le coordinateur du bureau intelligent du NEPC de Kaduna, Alhaji Kasim Yahaya, a noté que l’atelier était organisé pour sensibiliser et créer une prise de conscience des avantages commerciaux pour les exportateurs de marchandises, et des énormes bénéfices pour l’économie de l’État.

D’après lui, l’atelier visait également à éclairer les exportateurs sur le défi de l’accès au marché par le biais de plateformes d’accords commerciaux.
Yahaya a également révélé que le Nigéria a conclu des accords commerciaux majeurs dans le cadre de la loi sur la croissance et les opportunités en Afrique (AGOA), qui existe depuis mai 2002 et durera jusqu’à la fin de 2025.

Dans son adresse, il a expliqué que les exportateurs peuvent également s’appuyer sur le programme de libéralisation du commerce de la CEDEAO (ETLS), établi en 1979, et sur les accords de la Zone de libre-échange continentale africaine (Zleca), établie en 2018, pour accéder aux marchés.

“La coopération économique entre les nations est devenue un facteur dominant dans les relations internationales contemporaines, les pays recherchant de plus en plus la prospérité économique à travers des réseaux bilatéraux et multilatéraux.”

“Si la CEDEAO veut être à la hauteur de ses attentes, le schéma de libéralisation du commerce économique doit être mis en œuvre de manière agressive.”

Le coordonnateur a toutefois évoqué que les participants acquerront davantage de connaissances à la fin de l’atelier, notamment dans le domaine des exportations et des accords commerciaux sur le marché international.

Il a réitéré l’engagement du Conseil à créer un marché mondial pour les produits d’exportation non pétroliers nigérians.

Plus tôt, le président de KADCCIMA, Alhaji Sulaiman Aliyu, a précisé que le renforcement des capacités faisait partie des programmes de la chambre de cette année.

Il a mentionné que la chambre a considéré l’exportation non pétrolière comme un changement de jeu dans l’économie de la nation.

“Il s’agit d’un domaine prioritaire de l’administration actuelle visant à diversifier l’économie et éviter que le pétrole ne devienne la principale source de revenus”, a-t-il informé.

Certains producteurs et exportateurs qui se sont exprimés lors de l’atelier ont exhorté le NEPC et d’autres parties prenantes du secteur de l’exportation à créer un environnement propice à la prospérité des exportateurs.

Ils ont demandé au gouvernement de minimiser les coûts d’exportation et de fixer des normes pour cette activité.

Leave A Reply

Your email address will not be published.