Kenya : le président Ruto fait le pari de la transition énergétique

0 251

Le président nouvellement élu du Kenya, William Ruto, a déclaré que le changement climatique sera au cœur du programme du gouvernement et a fait une promesse ambitieuse d’augmenter les énergies propres et d’éliminer progressivement les combustibles fossiles pour l’électricité d’ici 2030.

“Dans notre pays, les femmes et les hommes, les jeunes, les agriculteurs, les travailleurs et les communautés locales subissent les conséquences de l’urgence climatique”, a déclaré le président Ruto lors de son discours d’investiture mardi au Moi International Sports Complex de Nairobi.

“Nous devons agir de toute urgence pour maintenir le niveau de réchauffement de la planète en dessous de 1,5°C, aider ceux qui en ont besoin et mettre fin à la dépendance aux combustibles fossiles”, a-t-il ajouté, faisant écho aux appels du secrétaire général des Nations unies à réduire la dépendance du monde au charbon, au pétrole et au gaz.

S’inspirant des engagements révisés du pays en matière de changement climatique soumis aux Nations unies, connus sous le nom de contributions déterminées au niveau national, le président Ruto a promis que le pays effectuerait une transition complète et juste vers une électricité produite exclusivement par l’énergie solaireéolienne et géothermique d’ici 2030, qui garantirait que toutes les communautés bénéficient de cette évolution.

“Le Kenya s’est engagé dans une transition vers une énergie propre qui soutiendra les emplois, les économies locales et l’industrialisation durable”, a déclaré William Ruto. “Nous appelons tous les États africains à nous rejoindre dans cette aventure. L’Afrique peut être le leader mondial. Nous avons un immense potentiel en matière d’énergie renouvelable. La réduction des coûts des technologies d’énergie renouvelable en fait la source d’énergie la plus viable.”

Hydroélectricité

Selon Evans Mukolwe, ancien directeur du département météorologique du Kenya, cette initiative, bien que bienvenue, pourrait avoir un délai trop court étant donné que la sécheresse dévastatrice qui sévit actuellement en Afrique nuit gravement à l’hydroélectricité. Il a ajouté qu’à moins que des efforts délibérés ne soient faits pour augmenter l’énergie géothermique et solaire, le nouvel objectif du président pourrait être difficile à atteindre.

William Ruto, qui a remporté les élections présidentielles d’août, a prêté serment mardi en tant que cinquième président du Kenya. Il succède au président Uhuru Kenyatta, qui s’est retiré après avoir atteint la limite constitutionnelle de deux mandats.

Changement climatique

Le président Ruto reprendra également le poste d’Uhuru Kenyatta en tant que président du Comité des chefs d’État africains sur le changement climatique, qui est la plus haute instance décisionnelle du continent sur les questions climatiques.

Lors de la prochaine conférence des Nations unies sur le climat qui se tiendra à Charm el Cheikh, en Égypte, en novembre prochain, William Ruto a déclaré qu’il dirigerait le continent dans la négociation de l’apport de fonds et de technologies au continent pour aider les nations à faire face aux effets du changement climatique.

 

Avec AFP/ Africanews

Leave A Reply

Your email address will not be published.