Grogne sociale : le gouvernement nigérian sollicite l’intervention du tribunal de travail

Par Helen Shok Jok à Abuja

0 129

Le gouvernement nigérian souhaite que le tribunal industriel national impose au Syndicat du personnel académique des universités (ASUU) de reprendre le travail.

Dans une déclaration signée par le responsable de la presse et des relations publiques du ministère du Travail et de l’Emploi, M. Olajide Oshundun, le gouvernement fédéral a renvoyé la grève prolongée de l’ASUU devant le tribunal national de l’industrie du Nigeria (NICN) pour qu’il se prononce sur ce dossier.

Cette action, selon la déclaration, fait suite à l’échec du dialogue entre le syndicat et le ministère de l’éducation.

A lire aussi: les professeurs universitaires du Nigéria durcissent le ton; déclarent une grève d’une durée indéterminée

L’acte de saisine adressé au greffier du NICN est daté du 8 septembre 2022 et signé par le ministre du Travail et de l’Emploi, Chris Ngige.

“Dans l’affaire qui doit être mentionnée avant 9 heures le lundi 12 septembre 2022, le gouvernement fédéral a demandé au NICN d’enquêter sur la légalité ou non de la grève prolongée menée par les dirigeants et les membres d’ASUU, qui s’est poursuivie même après l’appréhension du ministre du Travail et de l’Emploi.”

Le ministre a demandé à la cour d’interpréter dans son intégralité les dispositions de la section 18 LFN 2004, notamment en ce qui concerne l’arrêt de la grève une fois qu’un conflit commercial a été appréhendé par le ministre du Travail et de l’Emploi et que la conciliation est en cours.

D’autres demandes incluent “Interpréter les dispositions de la section 43 de la loi sur les différends commerciaux, Cap T8. LFN 2004, intitulée “Special Provision with Respect to payment of wages during Strikes and Lock-outs” (disposition spéciale relative au paiement des salaires pendant les grèves et les lock-out), qui traite spécifiquement des droits des employés/travailleurs pendant la période de grève ou de lock-out”.

Le gouvernement nigérian souhaite que le tribunal détermine si ASUU ou tout autre syndicat qui se lance dans une grève a le droit de recevoir des salaires.

“Déterminer si les membres d’ASUU ont droit à des émoluments ou à des “indemnités de grève” pendant leur période de grève, qui a débuté le 14 février 2022, compte tenu de notre droit national tel que prévu à l’article 43 de la TDA et des principes internationaux du travail sur le droit de grève ainsi que des décisions du Comité de la liberté syndicale de l’OIT sur le sujet.

“Déterminer si ASUU a le droit de se mettre en grève pour des différends, comme c’est le cas ici, en obligeant le gouvernement fédéral à utiliser sa propre solution de transparence et de responsabilité des universités (UTAS) pour le paiement des salaires de ses membres, contrairement au système intégré de paie et d’information du personnel (IPPIS) universellement utilisé par le gouvernement fédéral dans la nation pour le paiement des salaires de tous ses employés dans le service public du gouvernement fédéral dont les travailleurs universitaires, y compris les membres d’ASUU, font partie, ou même lorsque le gouvernement, via NITDA, a soumis ASUU et son homologue, le logiciel Universities Peculiar Personnel Payroll Systems (UPPPS) à un test d’intégrité (test de vulnérabilité et de stress) et qu’ils ont échoué. “

Le gouvernement a en outre demandé au tribunal de déterminer le degré de satisfaction des demandes d’ASUU depuis le protocole d’action (MOA) de 2020 que le syndicat a signé avec le gouvernement.

Les demandes comprennent le financement de la revitalisation des universités publiques conformément à l’accord de 2009, le paiement des allocations académiques acquises (EAA), la prolifération des universités d’État, la constitution de comités de visite et la publication d’un livre blanc sur le rapport des comités de visite.

D’autres demandes sont la reconstitution de l’équipe de renégociation du gouvernement pour la renégociation de l’accord de 2009, qui a été renégocié en 2013/2014 et qui doit être renégocié en 2018/2019, et la migration des membres d’ASUU de l’IPPIS vers son propre UTAS, qui est actuellement testé au NITDA.

Compte tenu de ces éléments, le gouvernement fédéral a demandé une ordonnance de la Cour pour que les membres d’ASUU reprennent le travail dans leurs différentes universités pendant que les questions en litige sont traitées par le NICN, conformément aux dispositions de la section 18 (I) (b) de la TDA Cap T8. LFN 2004.

Rappelons que le syndicat du personnnel des universités nigérianes est en grève depuis février 2022.

Plusieurs réunions ont également eu lieu entre les conférenciers et le gouvernement pour résoudre l’impasse, mais en vain.

Leave A Reply

Your email address will not be published.