Le président Buhari inaugure le comité de l’économie nationale

Détails avec Timothy Choji, Abuja

0 55

Le Président Muhammadu Buhari a déclaré que malgré les perturbations de l’économie mondiale et les troubles internes, l’économie nigériane a continué à être résiliente et maintient une trajectoire ascendante.

Prenant la parole vendredi lors de l’inauguration du Comité présidentiel sur l’économie nationale, le Président Buhari a déclaré que la pandémie COVID-19, la guerre en Ukraine et la perte d’importants volumes de pétrole ont eu des impacts négatifs sur l’économie nigériane.

“En commençant par le COVID-19 et maintenant le conflit en Ukraine, les trois dernières années ont été turbulentes pour l’économie mondiale. L’interdépendance mondiale est devenue plus évidente, car nous avons dû faire face à la volatilité, à l’incertitude, à la complexité et à l’ambiguïté.

“Au cours de cette période, les défis auxquels le monde a été confronté ont été nombreux, notamment : (i) les fermetures pendant que le COVID-19 faisait rage ; (ii) les perturbations des chaînes d’approvisionnement dans le monde entier ; et (iii) les fortes fluctuations des prix.

“Au moment même où le monde commençait à se remettre du coronavirus, le conflit dans la région de la mer Noire entre l’Ukraine et la Russie a aggravé les difficultés déjà rencontrées et a créé des problèmes supplémentaires auxquels les responsables politiques doivent répondre.

“Notre économie continue de croître malgré les effets négatifs de la hausse des taux d’intérêt, de l’appréciation du dollar américain et de l’augmentation de l’inflation dans le monde”, a-t-il indiqué.

Le président a toutefois noté que certains des problèmes pouvaient être résolus en interne, ce qui rendait opportune la constitution d’experts économiques chevronnés :

“Il est toutefois important de noter que certains des problèmes que nous devons résoudre nous sont propres. Par exemple, le déclin de notre production de pétrole brut. On estime que le mois dernier, août 2022, nous avons produit moins de 1 million de barils. La chute de la production est essentiellement due à un sabotage économique.

“Avec le prix élevé du pétrole sur les marchés mondiaux, le fait de produire à environ la moitié de notre quota OPEP nous a privés de revenus et de devises étrangères dont nous avions tant besoin. Le gouvernement travaille sans relâche pour inverser cette situation”, a-t-il ajouté.

Le Comité présidentiel sur l’économie est présidé par le président Muhammadu Buhari et compte parmi ses membres le vice-président, le professeur Yemi Osinbajo, le Dr Kayode Fayemi, président du Forum des gouverneurs du Nigeria, Mme Zainab Ahmed, ministre des finances, du budget et de la planification nationale, Niyi Adebayo, ministre de l’industrie, du commerce et de l’investissement, et Chief Timipre Sylva, ministre d’État au pétrole.

Les autres membres sont M. Boss Mustapha, secrétaire du gouvernement de la Fédération ; le professeur Ibrahim Gambari, chef de cabinet du président ; M. Godwin Emefiele, gouverneur de la Banque centrale du Nigeria et le Dr Mohammed Sagagi, vice-président du Conseil consultatif économique présidentiel.

Le conseiller économique principal du président, le Dr. Doyin Salami, est membre/secrétaire du comité.

Le bien-être des citoyens

Le président Buhari a toutefois assuré aux Nigérians que malgré ces contretemps, qui ont nécessité des emprunts auprès de sources financières, l’administration actuelle reste attachée au bien-être des citoyens, notamment à la mise en œuvre des programmes d’investissement social.

Selon lui, “si l’inquiétude des citoyens concernant les emprunts est bien comprise, notre recours à l’emprunt doit également être apprécié dans le contexte des ressources nécessaires pour répondre aux besoins de nos citoyens en matière d’infrastructures, de santé et autres besoins socio-économiques.

“L’un des principaux objectifs de cette administration est de poursuivre ses programmes de protection sociale. Ces programmes apportent un soutien aux plus vulnérables de nos citoyens.”

Le dirigeant nigérian a souligné la nécessité d’intensifier la mobilisation et l’utilisation des ressources dans le pays, car davantage pourrait être réalisé dans cette direction.

“Cette administration n’ignore pas non plus les débats sur la mobilisation et l’utilisation des ressources. En ce qui concerne la mobilisation des ressources, notre performance en tant que nation continue d’être une source de préoccupation.

“Les recettes fiscales représentent environ 8 % de notre production. Cela se compare très mal avec les pays par rapport auxquels nous nous mesurons qui atteignent 15-25 pour cent. En l’absence de recettes, notre capacité à fournir les services les plus élémentaires est limitée”, a-t-il ajouté.

Subventionnement des carburants

Le président Buhari a déclaré que, bien qu’il comprenne les inquiétudes suscitées par les énormes dépenses liées à la subvention des carburants, il convient de trouver un juste équilibre pour ne pas faire fuir les investisseurs :

“En ce qui concerne les dépenses, notre objectif reste de veiller à ce que les dépenses soient efficaces et axées sur les résultats. À cet égard, le débat sur les subventions aux carburants est bien noté. Toutefois, un juste équilibre doit être trouvé pour garantir que, tout en protégeant nos citoyens, nous ne laissons pas de place aux inefficacités et aux fuites.

“Il est également important de veiller à ce que notre environnement national d’investissement soit tel que les investisseurs privés locaux et internationaux puissent être attirés et retenus. Relever durablement le défi de la prévisibilité et de la cohérence des politiques est un élément important à cet égard”, a ajouté le président.

 

Leave A Reply

Your email address will not be published.