La migration au coeur de la conférence régionale à Niamey

Propos recueillis par Rafat Salami/Murtada Nanzif Adekunle depuis Niamey, la capitale nigérienne

0 153

Le gouvernement nigérien avec l’appui de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation (UNESCO) organise du 6 au 8 septembre 2022,  à Niamey, une conférence régionale sur le thème « Médias et les voix de la migration en Afrique de l’Ouest et du Centre ». Cette rencontre a réuni des participants venus de huit pays d’Afrique de l’Ouest et du Centre, à savoir le Cameroun, la Cote d’Ivoire, le Ghana, la Guinée, le Mali, le Nigéria, le Sénégal et le Niger. Ces pays sont les bénéficiaires du projet ”Autoriser les jeunes en Afrique à travers les médias et la communication” menée par l’UNESCO dans le cadre d’un partenariat avec l’Agence italienne pour la coopération au développement.

A lire aussi: La conférence régionale de l’UNESCO sur les migrations s’ouvre en République du Niger

C’est le ministre nigérien de la communication  chargé des relations avec les institutions, M. Mamadou Lawany Dan Dano qui a, au nom du Premier ministre, présidé l’ouverture des travaux en présence la diplomate italienne au Niger, Mme Emilia Gatto, du sous-directeur général de l’UNESCO pour la communication et l’information, M. Jelassi Mohamed Tawfik et du deuxième vice-président du Conseil de ville de Niamey, M. Djibo Hamidou.

La délégation nigériane a également répondu présent à cette rencontre prestigieuse.

Dans son oral d’ouverture, le ministre Mamadou Lawany a maintenu: ‘‘Le Niger constitue un véritable carrefour d’échanges et de rencontres des peuples entre l’Afrique du Nord et l’Afrique sub-saharienne.

”En raison de cette position géographique, il est devenu le théâtre d’intenses mouvements de personnes et de leurs biens. Ce qui favorise l’enrichissement mutuel des valeurs, des expériences et des cultures.

La migration est donc un défi majeur auquel mon pays est confronté. Ce phénomène se présente, comme vous le savez, sous diverses formes : déplacements massifs de populations à l’intérieur des frontières nationales ; migrations transfrontalières dans l’espace sous régional ;  migrations de transit en direction de l’Europe via les pays d’Afrique du Nord ;  migrations de retour des pays d’accueil, ou encore  cas des réfugiés fuyant l’insécurité dans les pays voisins.

Il me plaît de souligner à cet égard que l’’objectif de notre politique nationale en la matière est de contribuer durablement à l’amélioration des conditions de vie des migrants et des communautés hôtes, et d’assurer une gestion efficiente et efficace des questions migratoires,” a souligné le ministre.

Quant à l’ambassadrice italienne au Niger, Mme Emilia Gatto remercié les organisateurs de la présente conférence laquelle signe la conclusion d’un parcours régional entrepris en partenariat avec le Bureau Régional Multisectoriel de l’UNESCO pour l’Afrique de l’Ouest, le Gouvernement du Niger, et bien sûr les instances gouvernementales des huit pays d’intervention du projet « Autonomiser les jeunes en Afrique à travers la communication ».

Dans son adresse, elle a aussi précisé: ”L’engagement de l’Agence Italienne pour la Coopération au Développement et du Ministère des Affaires Étrangères et de la Coopération Internationale de la République d’Italie s’insère dans le cadre des axes stratégiques d’interventions de la politique étrangère italienne dans la région. Compte tenu de l’impact du phénomène de la migration irrégulière, premièrement, mais également de toutes sortes des enjeux migratoires sur la politique interne de notre pays, l’Italie s’engage depuis plusieurs années pour soutenir les institutions étatiques des pays partenaires dans la gestion et la réponse aux enjeux liés à la migration, à travers un approche holistique qui comprend la réponse aux causes profondes de la migration, la gestion des crises humanitaires liées à ces enjeux et l’engagement des jeunes et de la société civile.”

Poursuivant son discours, la responsable italienne à renchéri qu’un autre élément crucial de l’engagement de la Coopération italienne dans le cadre de la réponse aux enjeux migratoires concerne l’implication et le renforcement des capacités des jeunes et de la société civile comme outil de promotion de la cohésion sociale et de lutte contre l’extrémisme et la désinformation.

Les parties prenantes au panel ministériel de la conférence régionale ont réaffirmé leur volonté commune de lutter contre la désinformation et la mésinformation relatives à la migration, dans une déclaration.

La délégation nigériane à la conférence

Cette décision ressort d’une déclaration, dite Déclaration de Niamey, sur les médias et les voix de la migration rendue public, le mardi 06 septembre 2022 à l’issue de leurs travaux.

Ils ont aussi réaffirmé leur volonté de combattre la stigmatisation, la xénophobie, le racisme et les discours de haine et de violence à l’égard des personnes migrantes, conformément au droit international.

Les participants à cette conférence ont également réitéré l’impérieuse nécessité, pour chacun de leurs Etats, de garantir et préserver le droit à l’information, y compris l’information vérifiée sur la migration, à travers l’adoption, le cas échéant, et l’application effective des lois conformes aux standards Internationaux.

Ils ont encouragé, à cet effet, les pays d’Afrique de l’Ouest et du Centre à améliorer la disponibilité et l’accès à l’information relative aux possibilités, risques et opportunités de mobilité humaine dans la région, ainsi que les initiatives de lutte contre la migration irrégulière et de facilitation de la migration régulière menées dans le respect de la dignité humaine, de manière inclusive et favorisant la cohabitation pacifique entre les populations des pays de départ, de transit, ou de destination et les personnes migrantes.

Les participants à la conférence de Niamey ont appelé aussi à promouvoir un débat public inclusif, fondé sur l’analyse des faits et des multiples facettes de la migration, ainsi que des campagnes d’information vérifiées et des initiatives de sensibilisation multilingues sur la migration qui tiennent compte des problématiques liées aux femmes, hommes, jeunes et des besoins des plus vulnérables.

Certains participants à la rencontre

Les parties prenantes ont également demandé aux gouvernements des Etats membres à améliorer la disponibilité et l’accès aux sources d’information relatives aux possibilités, opportunités et risques de la migration dans la région, à renforcer l’appui financier aux médias pour leur permettre notamment d’assurer leur indépendance éditoriale et de produire des contenus diversifiés et de qualité sur la migration et à favoriser un environnement législatif et réglementaire qui reconnait la valeur des médias communautaires et qui soutient leur durabilité à long terme, pour leur permettre de produire des contenus, notamment sur la migration, qui répondent aux besoins des groupes minoritaires et des populations locales.

Deuxième à partir de la droite, M. Sunday Adejoh Baba, directeur de la communication publique et de l’orientation nationale, ministère de l’information.

Pour cela, ils ont les invités à renforcer les capacités des professionnels des médias à produire des contenus de qualité sur la migration et à assurer de l’inclusion du sujet de la migration dans les cursus de formation au journalisme.

Par ailleurs, les participants ont invité les partenaires au développement, engagés dans le domaine de la migration, à contribuer à l’amélioration de la viabilité des médias, en particulier les médias communautaires, pour leur permettre, notamment, de fournir une information vérifiée sur la migration, soutenir les initiatives visant à renforcer la représentation plurielle et inclusive des personnes migrantes ainsi que la diversification des narratifs sur la migration et à renforcer les capacités des médias et des organisations de Fact-Checking de la région pour contrer la désinformation et la mésinformation sur la migration.

Lors d’une session

Ils les ont invités aussi à renforcer la collaboration nationale et transfrontalière entre les médias de la région et d’autres régions concernées, pour favoriser le journalisme collaboratif dans la couverture médiatique de la migration.

Concernant les médias et les organisations de la société civile engagés dans le domaine de la migration, les participants les ont invités à assurer la diversification des narratifs, notamment à travers le traitement du sujet sous divers angles, pour contribuer à la fourniture d’une Information complète sur la migration et à soutenir la production de contenus éditoriaux diversifiés en langues locales sur la migration.

Les participants demandent aux médias et organisations de la société civile à rendre plus Inclusifs les narratifs dans les contenus éditoriaux en rapport avec la migration, en donnant davantage la parole aux jeunes, aux femmes, et aux personnes vivant avec un handicap, ainsi qu’à toutes les parties prenantes, à contribuer à la déconstruction des stéréotypes et autres préjugés dégradant relatifs aux personnes migrantes et à favoriser la compréhension des causes sous-jacentes et profondes de la migration.

De gauche à droite
Peter Ioter
Rafatu salami (VON: Voix du Nigéria)
Chris isiguzo (président de NUJ: Syndicat des journalistes nigérians)
Ladi bala (présidente de NAWOJ: Association nigériane des femmes journalistes)
Stella Jibrin (Conseil national de la presse nigériane)
Josiah Emeriole (NAPTIP: Agence nigériane de lutte contre le traffic de l’homme)

Ils ont, enfin, invité et encouragé l’UNESCO à multiplier les initiatives visant à accompagner ses Etats membres dans le renforcement de la viabilité des médias, maillon important dans la fourniture de l’information vérifiée sur la migration et soutiennent la présente Déclaration comme le résultat majeur de la Conférence régionale « Médias et voix de la migration en Afrique de l’Ouest et du Centre », organisée à Niamey les 6, 7 et 8 Septembre 2022 ;

Les participants à cette conférence de Niamey ont remercié la République du Niger, la République Italienne, et l’UNESCO pour leurs appuis techniques et financiers pour l’organisation de la Conférence régionale « Médias et voix de la migration en Afrique de l’Ouest et du Centre ».

Leave A Reply

Your email address will not be published.