Vers l’investissement dans les secteurs agricole et industriel du Nigeria

0 167

La République populaire de Chine a fait valoir qu’elle s’associait aux autorités compétentes pour réorganiser les secteurs agricole et industriel du Nigeria, en donnant la priorité aux domaines d’investissement.

L’ambassadeur de Chine au Nigéria, M. Cui Jiachun, a fait cette déclaration à l’issue du dialogue commercial Chine-Nigéria avec des responsables de niveau ministériel et des représentants de partis politiques du Nigéria et de la Chine, qui s’est tenu à Abuja sur le thème “Rechercher une coopération et un développement communs par le biais d’échanges entre partis”.

Dans son allocution, M. Jiachun a indiqué que le partenariat débuterait avec le gouvernement de l’État de Kano dans le domaine du commerce et de l’investissement et qu’il viserait à renforcer les liens avec le Nigeria à tous les niveaux de gouvernement.

Ses mots : “Je pense que nous pouvons donner la priorité à certains domaines, par exemple la province du Fujian et l’État de Kano, ils peuvent travailler ensemble du niveau de l’État aux autres niveaux. Je pense que c’est une façon très innovante d’accélérer le développement. “La Chine reproduira ce programme dans tous les autres États du Nigeria”.

Pour sa part, le gouverneur de l’État de Kano, Abdullahi Ganduje, a révélé que l’État est un État agricole du Nigeria, produisant beaucoup de céréales.

Selon lui, Kano possède le plus grand marché céréalier d’Afrique de l’Ouest, soulignant que de nombreux Chinois ont des activités commerciales sur les marchés de l’État.

S’exprimant sur l’intérêt de l’État en matière d’investissement, il a tempéré : “Vous pouvez constater que nous avons besoin de beaucoup de transformation afin de convertir ces céréales en produits finis. Nous avons besoin d’une collaboration en termes de machines et de main-d’œuvre pour la production. Un autre domaine est celui des cuirs et peaux. C’est à Kano que l’on trouve le plus grand nombre de produits finis en matière de cuirs et de peaux, car nous en recevons beaucoup du Niger et du Tchad, et nous avons donc un certain nombre de tanneries. Mais nous exportons les cuirs et les peaux au lieu de les transformer en produits finis. Nous avons donc besoin d’une collaboration avec la province de Fujian pour transformer les peaux en produits finis destinés à l’exportation et à la consommation”, a ajouté M. Ganduje.

En outre, l’établissement de l’élevage, en particulier la production d’herbes pour le bétail, selon le gouverneur, est aussi un autre domaine important dans lequel l’État cherche à collaborer.

Ce développement, a-t-il expliqué, permettrait de réduire la migration des bergers d’un État à l’autre et de résoudre les crises entre agriculteurs et éleveurs. “Nous discutons avec eux sur la façon de produire des herbes qui sont bonnes pour le bétail afin que nous puissions domestiquer nos bergers et les mettre en un seul endroit pour réduire les mouvements d’un endroit à l’autre.”

En outre, Ganduje a informé qu’une partie de l’accord était de relancer l’industrie textile dans l’État, appelant à plus d’investissements étrangers dans le secteur.

Leave A Reply

Your email address will not be published.