US Open: rude fin de saison en perspective pour Nadal

0 115

Après un premier semestre d’autant plus époustouflant qu’il était inattendu, Rafael Nadal est tombé dans une spirale négative jusqu’à son élimination dès les 8es de finale lundi à l’US Open, une déception qui remet en question sa fin de saison.

“Maintenant, je dois rentrer à la maison, je dois m’occuper de choses plus importantes que le tennis”, a déclaré l’Espagnol de 36 ans, dont l’épouse est enceinte. Selon des médias espagnols, elle a été hospitalisée mais, sans démentir, Nadal avait assuré en début de tournoi qu’elle “allait bien”.

“Ensuite, nous prendrons les décisions qu’il faut prendre, en fonction de ce qui arrive dans ma vie personnelle, qui passe avant ma vie professionnelle”, a-t-il ajouté.

“Si tout va bien”, Nadal espère encore jouer à l’automne en Europe où sont notamment programmés le Masters 1000 de Paris, les Finales ATP (ex-Masters de fin d’année) et la phase finale de Coupe Davis.

Si l’US Open se termine sur une note amère, le Majorquin pourrait néanmoins avoir récupéré la place de N.1 mondial, automatiquement cédée par Daniil Medvedev qui n’a pas su défendre son titre américain au-delà des 8es de finale. Toutefois, en quittant New York prématurément, Nadal laisse une chance à son compatriote Carlos Alcaraz et au Norvégien Casper Ruud de s’asseoir sur le trône qu’il était sûr de récupérer s’il était parvenu en finale.

Record majeur

Car après un second semestre 2021 blanc pour cause de douleurs au pied gauche, et un Covid attrapé en décembre, Nadal a écrit une nouvelle page de l’histoire du tennis dès janvier 2022 en s’imposant à l’Open d’Australie (au terme d’une finale de titan contre Medvedev), devenant le premier joueur à remporter 21 titres du Grand Chelem.

Il a même remporté les trois premiers tournois qu’il a joués en 2022. Puis il a atteint la finale du Masters 1000 d’Indian Wells où, diminué par une blessure aux côtes, il s’est incliné.

De retour à la compétition sur terre battue, il s’est montré surhumain à Roland-Garros, où il a eu recours à des injections anesthésiantes pour dominer les insupportables douleurs au pied et remporter le tournoi pour la 14e fois! Et porter le record à 22 titres Majeurs.

De retour à Wimbledon, c’est une déchirure abdominale qui l’a poussé à déclarer forfait avant sa demi-finale.

Physiquement remis, il est revenu à New York pour la première fois depuis son titre en 2019. Pas très convaincant lors des trois premiers tours, il et n’a pas su surmonter l’obstacle Frances Tiafoe en 8es de finale.

“Mon premier enfant”

“J’ai essayé. Je m’étais assez bien entraîné, j’étais content de ma préparation. Peut-être que je manquais un peu de fraîcheur, de rodage, de choses difficiles à expliquer, et de tranquillité”, a-t-il relevé en assurant, comme à son habitude, ne surtout pas chercher d’excuses.

“On peut analyser, trouver des excuses, passer en revue tout ce qui s’est passé ces derniers mois, mais la réalité est assez simple: je n’ai pas bien joué et quand on ne joue pas bien, on ne gagne pas. Je n’ai pas su m’élever au niveau qu’il aurait fallu dans ce tournoi, voilà”, a résumé Nadal.

En manque de compétition, un physique vraisemblablement pas tout à fait à 100% et surtout un engagement psychologique moins intense que d’habitude auront eu raison du parcours de l’Espagnol. Mais pas de quoi ternir la saison du champion, selon son compatriote et ex N.2 mondial Alex Corretja.

“Pour moi, c’est un miracle que Rafa ait gagné en Australie et à Roland-Garros, alors que dire? Il est notre icône, il est le plus bel exemple pour notre sport et, s’il a perdu aujourd’hui (lundi), il faut que Frances (Tiafoe) ait joué à un niveau incroyable parce que lui, il a donné tout ce qu’il avait”, a souligné Corretja, consultant sur Eurosport.

L’intéressé est loin de ces considérations: “je vais terminer l’année avec quelque chose de bien plus important, mon premier enfant.”

 

Avec AFP

Leave A Reply

Your email address will not be published.