Royaume-Uni : l’expulsion de migrants au Rwanda attaquée en justice

0 125

Le projet controversé du gouvernement britannique qui propose de renvoyer des demandeurs d’asile rwandais vers leur pays d’origine fait l’objet d’une contestation judiciaire devant la Haute Cour.

La justice britannique a examiné lundi les recours de groupes de défense des droits des immigrants comme Care4Calais et Detention Action ainsi que le syndicat de l’Union des services publics et commerciaux, qui représente le personnel des frontières qui devra faire appliquer la politique.

Les plaignants qui estiment que cette politique est à la fois illégale et immorale, ont intenté une série de procès qui ont contraint le gouvernement du Premier ministre Boris Johnson à annuler le premier vol d’expulsion prévu vers le Rwanda le 14 juin.

Le chef du gouvernement sortant doit quitter ses fonctions mardi, mais son successeur, Liz Truss, l’actuel ministre des affaires étrangères, a soutenu cette politique, qui vise à dissuader les demandeurs d’asile potentiels de traverser la Manche clandestinement.

Mais les opposants à cette politique affirment qu’elle n’empêchera pas les migrants de risquer leur vie dans les traversées dangereuses de la Manche ajoutant que les plans du gouvernement sont fondés sur l’hypothèse erronée que le Rwanda est une destination sûre.

En avril, le gouvernement britannique a annoncé un accord avec le Rwanda en vertu duquel les personnes entrant illégalement en Grande-Bretagne seraient expulsées vers cette nation d’Afrique de l’Est, où elles seraient autorisées à demander l’asile.

L’accord stipule que les personnes entrant illégalement en Grande Bretagne seraient expulsées vers le Rwanda où elles seraient autorisées à demander l’asile. En échange de leur accueil, le Rwanda recevrait des millions de livres (dollars) d’aide au développement.

Après l’annulation du premier vol d’expulsion, la ministre de l’intérieur Priti Patel a déclaré que le gouvernement avait l’intention de poursuivre sa politique à l’égard du Rwanda et que les vols avaient simplement été suspendus pendant l’examen des demandes individuelles.

 

Avec AFP/ Africanews

Leave A Reply

Your email address will not be published.