La conversion de dettes en investissement pour le climat réduira le fardeau de la dette du Nigeria selon VP Osinbajo

Propos recueillis par Cyril Okonkwo

0 178

Une rencontre censée renforcer les liens diplomatiques du Nigéria avec les Etats-Unis d’Amérique, favoriser le plan de transition énergétique et surtout convertir la dette en investissement pour le climat.

Lors de sa visite officielle au pays de l’oncle Sam, le vice-président, Yemi Osinbajo, a réaffirmé que le fait de convertir la dette en investissement pour le climat contribuera à résoudre de nombreux problèmes liés au fardeau de la dette au Nigeria et dans d’autres pays s’il est largement accepté.

A lire aussi: Le Nigéria réaffirme son engagement avec les Etats-Unis sur les questions mondiales

Il a présenté cette idée la semaine dernière aux États-Unis d’Amérique lors de différents forums et événements, notamment à la Maison Blanche.

Lors de ses réunions avec les hauts fonctionnaires du gouvernement américain, juste après son discours au Centre pour le développement mondial (CGD) jeudi, le vice-président a poussé plus loin l’idée de la dette pour le climat, DFC, qu’il avait déjà proposée, publiquement d’abord, au CGD.

L’érudit Osinbajo a expliqué que : “La conversion de la dette en investissement pour le climat est un type d’échange de dette où la dette bilatérale ou multilatérale est annulée par les créanciers en échange d’un engagement du débiteur à utiliser les paiements du service de la dette en cours pour des programmes nationaux d’action climatique.

“En général, le pays ou l’institution créancier accepte d’effacer une partie de la dette, si le pays débiteur verse le paiement du service de la dette évité en monnaie locale dans un compte séquestre ou tout autre fonds transparent et les fonds doivent ensuite être utilisés pour des projets climatiques convenus dans le pays débiteur.”

L’idée, décrite comme une idée neuve à Washington D.C. par de hauts responsables du gouvernement américain, reçoit déjà des critiques positives alors même que le vice-président Osinbajo explique le potentiel d’une annulation significative de la dette pour les pays africains.

“La proposition d’échange dette contre climat serait une intervention très utile et utile car elle réduirait le fardeau de la dette”, tout en faisant progresser les objectifs de la communauté internationale en matière de changement climatique”, a déclaré le porte-parole du vice-président, Laolu Akande, citant Osinbajo dans un communiqué publié dimanche.

D’après Akande, le vice-président a décrit l’idée comme un instrument de financement lié au changement climatique méritant d’être pris en considération au niveau mondial car il s’agit d’une proposition gagnant-gagnant.

A lire aussi: La transition énergétique au coeur de la rencontre du vice-président du Nigéria, Yemi Osinbajo et son homologue américaine, Kamala Harris

Selon M. Akande, M. Osinbajo a également défendu l’idée d’ouvrir le marché du carbone en Afrique afin que les actions des pays africains en matière de changement climatique puissent être vérifiées de manière adéquate par la communauté internationale grâce aux évaluations des institutions de vérification appropriées.

“Nous espérons obtenir le soutien et l’adhésion de la communauté internationale à ces idées, notamment en ce qui concerne le mécanisme de financement du développement et la participation des pays africains au marché international du carbone”, a révélé M. Osinbajo.

Répondant à la proposition “Debt-for-Climate”, l’administrateur de l’USAID a souligné au vice-président que l’idée est “une pensée nouvelle et très excitante”, ajoutant que les États-Unis sont ouverts à cette nouvelle pensée, même si elle nécessite un examen complet de la politique du gouvernement américain.

Selon les experts, dans le cadre du DFC, les débiteurs souverains et les créanciers internationaux renoncent à tout ou partie de la dette extérieure, qui se chiffre souvent en milliards dans un pays comme le Nigeria, en échange d’un engagement du pays à investir, en monnaie nationale, dans des projets spécifiques de transition climatique ou énergétique pendant une période convenue.

Les échanges “dette contre climat” devraient permettre de réduire le niveau d’endettement et de libérer des ressources fiscales à investir dans des projets d’énergie propre au Nigeria et dans d’autres pays signataires du programme, une fois celui-ci accepté par les pays créanciers.

Justifiant la raison d’être d’un tel accord d’échange de dettes, le vice-président a fait valoir que l’engagement en sa faveur “accroîtrait l’espace fiscal pour les investissements liés au climat et réduirait le fardeau de la dette pour les pays en développement participants”.

De même, lors du discours de la JCC, le vice-président a également proposé un ajout significatif aux flux de capitaux conventionnels, tant de sources publiques que privées, vers l’Afrique par le biais d’une plus grande participation au marché mondial de la finance carbone.

“Actuellement, les systèmes de tarification directe du carbone par le biais de taxes sur le carbone ont été largement concentrés dans les pays à revenu élevé et intermédiaire. Cependant, les marchés du carbone peuvent jouer un rôle important en catalysant le déploiement de l’énergie durable en dirigeant les capitaux privés vers l’action climatique, en améliorant la sécurité énergétique mondiale, en fournissant des structures d’incitation diversifiées, en particulier dans les pays en développement, et en donnant une impulsion aux marchés de l’énergie propre lorsque l’économie des prix semble moins convaincante – comme c’est le cas aujourd’hui.”

Il a encouragé les pays développés à soutenir “l’Afrique pour qu’elle devienne un fournisseur mondial de crédits carbone, allant de la biodiversité aux crédits énergétiques”, ce qui constituerait un pas en avant dans l’alignement de la tarification du carbone et des politiques connexes sur la réalisation d’une transition juste.

Lors de son séjour à Washington D.C. la semaine dernière, le vice-président a rencontré son homologue américain, la vice-présidente Kamala Harris à la Maison Blanche, la secrétaire américaine au Trésor, Mme Janet Yellen, et l’administratrice de l’USAID, Samantha Power. Il a également tenu une session interactive avec un groupe de membres nigérians du personnel de la Banque mondiale et du FMI, avant de prendre la parole au Centre for Global Development.

Leave A Reply

Your email address will not be published.