l’État du Kwara: 11,9 milliards de naira détournés au Trésor public entre 2011 et 2019 selon l’audit médico-légal

Narration de Tunde Akanbi, Ilorin

0 143

Au moins 11,9 milliards de naira de fonds publics ont été détournés du trésor de l’État de Kwara, dans le Nord-centre du Nigeria, entre 2011 et 2019, sans aucun lien légal avec un projet ou un programme, a révélé le rapport d’audit médico-légal, y compris d’autres malversations au cours de la période.

L’audit a également montré que des retraits en espèces de 2 milliards de naira sans lien avec un projet ou une dépense officielle ont été effectués en huit jours en février 2019, à un mois à peine des élections générales.

S’exprimant lors de la présentation du rapport au gouverneur AbdulRahman AbdulRazaq, un partenaire du SSAC et des professionnels, Anthony Iniomoh, a révélé que le rapport est en deux volumes couvrant les recettes générées en interne ; les recettes en capital ; les prêts internes et externes ; les dépenses récurrentes / frais généraux ; les coûts de personnel (salaires et traitements) ; les dépenses en capital ; les actifs cédés ; le service des recettes internes de l’État de Kwara ; le fonds d’infrastructure de Kwara (IFK) ; Harmony Holdings Limited ; entre autres.

“Quelques points saillants de nos conclusions peuvent être nécessaires pour le compte rendu. Notre audit médico-légal a révélé un vol colossal de N11, 981 268 709 que nous avons recommandé de récupérer dans les caisses publiques.

“De même, nous avons recommandé au gouvernement de l’État de poursuivre certains agents et entreprises et de réclamer des dommages exemplaires pour des transactions d’un montant total de 6 023 358 444 N, parmi d’autres conclusions importantes”, a divulgué M. Inumoh lors de la présentation du rapport.

“Cela est particulièrement vrai dans le cas des entreprises qui, selon nos observations, ont reçu des fonds publics considérables sans aucune preuve de travail effectué. Dans un cas, les dossiers montrent qu’une entreprise qui a été constituée en société auprès de la Commission des affaires commerciales le 14 juin 2016 a été payée par le gouvernement de l’État pour un contrat qu’elle a prétendument exécuté pour l’État en avril de la même année. Il est devenu évident qu’il s’agissait d’une tentative préconçue de frauder l’État.

“Il y a eu un cas d’agent public payé à deux endroits différents pendant des années, ce qui constitue une violation manifeste de la loi. D’autres infractions résultant d’un conflit d’intérêt évident et d’une violation de la procédure régulière ont également été mises en lumière pour que le gouvernement élabore de nouveaux instruments politiques afin d’éviter de telles situations à l’avenir.

“Il y a également eu un retrait d’espèces en 8 jours de 2,06 milliards de Naira en février 2019, qui présentait un intérêt pour l’audit. Cependant, aucun document n’a été mis à disposition pour valider l’objectif pour lequel l’argent a été retiré. Il y a également eu plusieurs autres retraits d’espèces au sein de l’État au cours de la période, s’élevant à des milliards de Naira, que nous n’avons pas pu valider.

“Ces cas, ainsi que d’autres, ont été recommandés pour être soumis à une commission d’enquête administrative. En outre, l’audit a révélé que des prêts ont été obtenus par le gouvernement de l’État du Kwara au cours de la période examinée.

“Les éléments de ces prêts n’ont pas pu être validés. Surtout, les comptes bancaires auxquels ces prêts ont été versés et à quoi ils ont servi n’ont pu être établis ou validés.”

De gauche à droite : Mallam Abdulganiyu Sanni, comptable général de l’État, Olasumbo Oyeyemi Florence, commissaire aux finances, Bamidele Sobiye, Anthony Iniomoh, chef du SSAC Advisory and Professionals Services, AbdulRahman AbdulRazaq, gouverneur de l’État du Kwara, Tijani Dako, Mamman Saba jibril, secrétaire du gouvernement de l’État, Barr. Sulyman Ibrahim Senior ; et le secrétaire permanent du ministère des Finances, Alhaji Folorusho Abdulrazaq, lors de la présentation du rapport du SSAC Advisory and Professionals Services au gouverneur, à Government House, Ilorin, jeudi.

Poursuites judiciaires

Le rapport suggère au gouvernement de poursuivre certains individus et entreprises inculpés dans le rapport en deux volumes, tandis que d’autres questions doivent être soumises à la commission d’enquête administrative pour que certains individus expliquent leur rôle dans les nombreuses infractions.

Le gouverneur AbdulRazaq, pour sa part, a précisé que les révélations étaient vraiment troublantes, mais guère surprenantes, compte tenu de l’évolution des événements au cours de ces années.

“Nous vous remercions pour ce travail solide. Il confirme ce que nous disions depuis le début”, a-t-il ajouté.

“Nous avons également constaté que cela a pris un peu de temps et je sais qu’il y a eu certains efforts délibérés pour entraver votre travail. C’est la raison pour laquelle cela a pris un certain temps, car vous avez formulé certaines plaintes à ce sujet et nous avons essayé de pousser ceux qui étaient censés ouvrir les portes à vous faciliter la tâche.

“Votre rapport, comme d’autres, nous aidera à orienter régulièrement l’État dans la bonne direction pour renforcer la transparence et la responsabilité. Nous examinerons le rapport dans son intégralité et nous nous pencherons sur vos recommandations.

“Avec certaines choses que vous avez dites, c’est époustouflant, en particulier le retrait d’argent de plus de 2 milliards de naira par mois jusqu’à l’élection et toutes sortes d’infractions qui ont eu lieu. Certainement, nous allons progresser à partir de là et faire le nécessaire.”

Mamma Saba Jubril, secrétaire du gouverneur de l’État ; le procureur général et commissaire à la justice, Senior Ibrahim Suleiman ; la commissaire aux finances, Florence Olasumbo Oyeyemi ; le comptable général de l’État, AbdulGaniyu Sani ; le secrétaire permanent du ministère des finances, Abdulrazaq Folorunsho.

Les autres membres du cabinet d’audit sont Tijani Dako et Bamidele Sobiye.

 

Leave A Reply

Your email address will not be published.