Kukah, l’évêque catholique, souffle sa 70e bougie en présence des hommes d’Etat du Nigéria

0 142

L’ancien président nigérian Goodluck Jonathan, M. Tinubu et d’autres hommes d’État ont assisté au 70e anniversaire de l’évêque catholique du diocèse de Sokoto, Mgr Matthew Kukah, à Abuja, mercredi.

Les dirigeants se sont exprimés lors d’un dîner pour célébrer le 70e anniversaire de Kukah.

Selon les propos de M. Jonathan, M. Kukah est un prêtre qui aspirait à la paix et à l’unité du Nigeria et qui était prêt à tout pour assurer l’unité et la justice.

Il a noté que, quel que soit le niveau d’amitié qu’il entretenait avec les dirigeants, Kukah les “critiquait” lorsqu’il estimait qu’ils ne faisaient pas ce qu’il fallait.

Il a également expliqué qu’il n’est pas surprenant que le thème de la conversation se concentre sur ce que les organisateurs ont identifié comme “la grandeur inachevée du Nigeria : Les prochaines étapes”.

“Le Nigeria est en effet un travail en cours”.

“Jusqu’à ce que ce travail soit terminé, des personnes comme l’évêque Kukah, que Dieu a positionné comme la conscience de la nation, continueront d’être là pour tenir constamment le miroir de notre progression sur notre visage national”.

“Au cours des dernières années, depuis que j’ai quitté le gouvernement, j’ai été impliqué dans la promotion de la démocratie, d’élections crédibles et de transitions pacifiques à travers l’Afrique”, a-t-il révélé.

L’ancien président a détaillé que ses voyages et interactions lui ont permis de constater la similarité des expériences et les luttes pour le développement dans de nombreuses régions d’Afrique.

Selon lui, le Nigeria n’est peut-être pas positionné là où tout le monde voudrait qu’il soit, mais il ne faut pas baisser les bras ni perdre espoir en se concentrant uniquement sur les aspects négatifs.

“À en juger par le chemin parcouru depuis l’indépendance en 1960, nous avons peut-être avancé lentement dans notre parcours de nation, mais c’est tout de même un parcours de progrès.”

“Notre grandeur est encore un travail en cours parce que nous n’avons pas été en mesure de déployer adéquatement les ressources humaines et naturelles enviables que Dieu nous a données, pour en tirer pleinement parti.

“C’est une tâche sur laquelle nous continuerons à travailler et à nous améliorer”, a-t-il exhorté.

Jonathan pense aussi que de nombreuses personnes, en particulier les jeunes, étaient de plus en plus désillusionnées par la politique de la nation et sa démocratie.

“Nous devons cependant rester sur la voie démocratique, car c’est le seul moyen pratique de gérer efficacement notre diversité, de nous développer durablement et d’enregistrer des progrès en tant que nation.”

“La tâche qui nous attend tous est de ne pas baisser la garde, de peur que la démocratie que nous chérissons aujourd’hui ne succombe aux menaces et ne recule dans le fascisme demain.”

“Vers cet objectif, nous avons à nouveau une bonne occasion de choisir nos dirigeants au moment où la nation se prépare à se rendre aux urnes l’année prochaine.”

“Choisissons ceux qui nous mèneront vers la destination souhaitée et la terre promise”, a-t-il plaidé.

L’ancien président a exprimé sa joie de voir les jeunes Nigérians participer activement à la politique en 2023.

Il a noté que selon les derniers chiffres de la CENI, la jeunesse constitu la majorité des 96,2 millions d’électeurs inscrits.

“C’est un bon signe. Je demande à tous les jeunes qui se sont inscrits en vue des élections en 2023 de s’efforcer de joindre le geste à la parole en s’assurant qu’ils iront voter le jour du scrutin.”

“Ils doivent, par tous les moyens, résister aux machinations de politiciens sans scrupules qui souhaiteraient les exploiter en les attirant pour commettre des actes de violence ou perturber le processus d’élections libres et équitables.”

“Notre expérience récente de l’intérêt accru des jeunes pour la politique montre à quel point ils sont désireux de participer directement au processus de gouvernance.”

En outre, Jonathan a conclu : “Ils savent maintenant qu’il vaut mieux ne pas prêter leur énergie juvénile à des actes antipatriotiques pendant les élections.”

Leave A Reply

Your email address will not be published.