Convertir la dette en investissement pour le climat, telle était la proposition du vice-président du Nigeria

Le point avec de Cyril Okonkwo depuis Washington D.C

0 177

Le vice-président nigérian, le professeur Yemi Osinbajo, propose un échange dette pour l’investissement dans le climat (DFC) dans un appel qui peut à la fois faire progresser de manière significative les objectifs mondiaux d’émissions nettes zéro, faciliter l’accès à l’énergie et le développement des pays africains.

Le porte-parole du vice-président, Laolu Akande, a fait cette déclaration dans un communiqué ce vendredi, notant que le professeur Osinbajo a fait cette proposition jeudi lors d’une conférence sur la transition énergétique juste et équitable pour l’Afrique au Centre pour le développement mondial à Washington DC, aux États-Unis.

Expliquant le concept de DFC, le Prof. Osinbajo a révélé que “la dette pour les échanges climatiques est un type d’échange de dette, où la dette bilatérale ou multilatérale est annulée par les créanciers en échange d’un engagement du débiteur à utiliser les paiements du service de la dette en cours pour les programmes nationaux d’action climatique.”

Il ajoute : “Généralement, le pays ou l’institution créancier accepte d’effacer une partie de la dette, si le pays débiteur verse le paiement du service de la dette évité en monnaie locale dans un compte séquestre ou tout autre fonds transparent et les fonds doivent ensuite être utilisés pour des projets climatiques convenus dans le pays débiteur.”

Justifiant la raison d’être d’un tel accord d’échange de dettes, le vice-président a fait valoir que l’engagement en faveur de celui-ci “augmenterait l’espace fiscal pour les investissements liés au climat et réduirait le fardeau de la dette pour les pays en développement participants”.

“Pour le créancier, l’échange peut être considéré comme une composante de ses contributions déterminées au niveau national (NDC)”.

“Il y a bien sûr d’importantes mesures politiques nécessaires pour rendre cela acceptable et durable.”

Marché mondial du carbone

Le vice-président a également proposé une plus grande participation des pays africains au marché mondial du carbone tout en explorant les options de financement de la transition énergétique.

Selon lui, il est nécessaire d’adopter une approche globale en travaillant conjointement à la réalisation d’objectifs communs, y compris les opportunités de marché et environnementales présentées par le financement d’actifs énergétiques propres sur les marchés énergétiques en croissance.

“Outre les flux de capitaux classiques provenant de sources publiques et privées, il est également essentiel que l’Afrique puisse participer plus pleinement au marché mondial de la finance carbone.

“Actuellement, les systèmes de tarification directe du carbone par le biais de taxes sur le carbone ont été largement concentrés dans les pays à revenu élevé et intermédiaire.

“Pourtant, les marchés du carbone peuvent jouer un rôle important en catalysant le déploiement de l’énergie durable en orientant les capitaux privés vers l’action climatique, en améliorant la sécurité énergétique mondiale, en fournissant des structures d’incitation diversifiées, en particulier dans les pays en développement, et en donnant un élan aux marchés de l’énergie propre lorsque l’économie des prix semble moins convaincante – comme c’est le cas aujourd’hui.”

Il a enjoint les pays développés à aider l’Afrique à devenir un fournisseur mondial de crédits carbone, allant de la biodiversité aux crédits énergétiques.

Cela constituerait un pas en avant, selon lui, dans l’alignement de la tarification du carbone et des politiques connexes sur la réalisation d’une transition juste.

Notant que la plupart des pays en développement sont confrontés, sur la question de la transition juste, à deux crises existentielles : la crise climatique et l’extrême pauvreté, le vice-président a attesté que l’implication claire de cette réalité est que les plans et les engagements en faveur de la neutralité carbone doivent inclure des plans clairs sur l’accès à l’énergie si nous voulons lutter contre la pauvreté.

“Il s’agit de l’accès à l’énergie à des fins de consommation et de production, dans les secteurs de l’électricité, du chauffage, de la cuisson et d’autres utilisations finales.

“Près de 90 millions de personnes en Asie et en Afrique qui avaient auparavant accès à l’électricité n’ont plus les moyens de payer leurs besoins énergétiques de base.

“Les pressions inflationnistes causées par la pandémie de COVID-19 et d’autres tendances macroéconomiques ont été exacerbées par la guerre en cours en Ukraine.

“Les pays du monde entier ont été frappés par des prix records sur toutes les formes d’énergie. Les prix de l’électricité battent des records dans le monde entier, en particulier dans les pays ou les marchés où le gaz naturel joue un rôle clé dans le mix énergétique.

“Dans une telle réalité mondiale, limiter le financement des projets gaziers pour un usage domestique poserait un sérieux problème au rythme du développement économique, à la fourniture d’un accès à l’électricité et de solutions de cuisson propres, ainsi qu’à l’augmentation et à l’intégration des énergies renouvelables dans le bouquet énergétique.”

S’exprimant sur l’initiative du Nigéria pour combattre la crise actuelle, le vice-président a révélé que le plan de transition énergétique du pays “a été conçu pour s’attaquer à la double crise de la pauvreté énergétique et du changement climatique et pour atteindre l’objectif de développement durable n° 7 d’ici 2030 et l’objectif net zéro d’ici 2060, tout en se concentrant sur la fourniture d’énergie pour le développement, l’industrialisation et la croissance économique”.

“Nous avons ancré le plan sur des objectifs clés, notamment sortir 100 millions de personnes de la pauvreté en une décennie, stimuler la croissance économique, apporter des services énergétiques modernes à l’ensemble de la population et gérer les pertes d’emplois à long terme attendues dans le secteur pétrolier en raison de la décarbonisation mondiale.”

Il a également souligné le rôle que le gaz naturel “doit jouer à court et moyen terme pour faciliter la mise en place d’une capacité énergétique de base et combler le déficit national en matière de cuisson propre sous la forme de GPL”.

Le vice-président a identifié certains doubles standards évidents dans la réponse à la crise énergétique actuelle par de nombreux pays du Nord.

Leave A Reply

Your email address will not be published.