Sur le long chemin de la construction d’une centrale solaire de 2,5 MW à l’Académie de défense du Nigéria

Précisions de Golfa Francis

0 87

Le gouvernement nigérian a annoncé qu’il va procéder à la construction d’une centrale solaire hybride de 2,5 mégawatts à l’académie de défense nigériane(NDA), dans l’État de Kaduna, au Nord-ouest du Nigeria, afin de renforcer la sécurité de l’académie.

Le ministre de l’électricité, Abubakar Aliyu a fait cette déclaration lors du 40e Forum national sur l’énergie solaire (NACEF 2022), qui s’est tenu au JK Garba Hall, NDA, dans l’État de Kaduna.

Le ministre était représenté par le ministre d’État à l’énergie, Goddy Jedy-Agba, lors de cet événement organisé par la Société d’énergie solaire du Nigeria (SESN) en collaboration avec l’agence d’électrification rurale (REA) et la Commission nationale de l’énergie (NEC).

Le ministre, ainsi que le Commandant de la NDA, le Général de division Ibrahim Manu Yusuf, le Directeur Général de REA, Engr. Ahmad Salihijo Ahmad, deux Directeurs Exécutifs de REA, Dr. Sanusi Ohiare, Engr. Barka Sajou, entre autres, ont reçu le prix de membre honorifique de SESN lors de l’événement.

Aliyu, tout en félicitant les organisateurs de l’événement, a révélé que le thème “Le rôle des technologies de l’énergie verte dans la sécurité nationale, la production d’électricité et la stabilité économique”, était opportun et nécessaire.

Il a noté qu’une énergie fiable et durable était essentielle dans la lutte contre l’insécurité dans le pays.

“Des réunions de cette nature, avec des discussions approfondies et solides, aboutiront toujours à des résultats souhaitables qui peuvent faire progresser la pénétration de l’énergie solaire au Nigeria”, a intimé le ministre.

“Les pays du monde entier explorent diversement les moyens de remplir leurs engagements spécifiques et leurs contributions déterminées au niveau national (CDN) conformément à l’accord de Paris sur le changement climatique et à l’accord de la COP26 à Glasgow. Le Nigeria n’est pas négligé dans ce contexte”, a-t-il ajouté.

Selon lui, pour réaliser l’engagement du Nigeria à la COP26, l’administration du président Muhammadu Buhari met en œuvre différentes initiatives visant à atteindre au moins 30 000 MW de production d’ici 2030, dont 30 % provenant de sources d’énergie renouvelables.

“L’administration Buhari est pleinement engagée dans la campagne mondiale de décarbonisation. Pour démontrer cet engagement, le gouvernement a entamé des discussions avec certains développeurs de projets solaires IPP qui prévoient de déployer des mini-réseaux solaires à travers le pays. Dix gouvernements d’État ont mis en place des projets solaires dans leurs États, qui fourniront 100 MW chacun, contribuant ainsi à la structure hors réseau à hauteur de 1000 MW”, a-t-il précisé.

Hadiza Sabuwa Balarabe, vice-gouverneur de l’État de Kaduna, qui s’est également exprimée lors du forum, a martelé qu’elle était enthousiasmée par le programme car elle pense que les résultats et les suggestions renforceront les efforts du gouvernement pour débarrasser le pays des insurgés.

Entretemps, le Commandant de l’Académie, le Général Yusuf, dans son discours de bienvenue, a tempéré que l’institution était ravie du thème du forum car il aborde les défis contemporains en matière de sécurité auxquels le pays est confronté.

“Il y a encore beaucoup à faire pour améliorer l’accès aux sources d’énergie verte. En tant qu’institution, nous avons consacré beaucoup de ressources pour améliorer les connaissances sur la question et suivre le développement mondial des sources d’énergie renouvelables, car l’énergie est une composante essentielle de la sécurité nationale”, a informé M. Yusuf.

Le directeur général de REA, Engr. Salihijo Ahmad, a souligné lors de son discours d’ouverture que, ces dernières années, il y a eu une amélioration significative dans le domaine des énergies renouvelables dans le pays grâce à différentes initiatives du gouvernement.

“Le gouvernement fédéral mène délibérément des politiques qui visent à attirer la participation du secteur privé, à encourager les investissements dans ce domaine et, en fin de compte, à augmenter l’impact socio-économique de l’électrification hors réseau dans tout le pays. Ceci est conforme aux politiques et aux plans sociaux et économiques du gouvernement fédéral”, a-t-il ajouté.

Tout en assurant la NASEF du soutien et de la collaboration continus de son agence, il a demandé aux participants, en tant que parties prenantes actives dans l’espace, de poursuivre sur cette lancée en jouant leur rôle dans différents domaines.

“Dans ce parcours menant vers la fin de la pauvreté énergétique au Nigeria, les stratégies et les feuilles de route ne peuvent pas être conçues en silos mais doivent être mises en œuvre comme des efforts adaptés et délibérés pour résoudre les défis énergétiques de la nation”, a souligné Eng. Salihijo a souligné.

Leave A Reply

Your email address will not be published.