Crise au sein du parti d’opposition : le tribunal demande le rejet de la plainte de Wike contre Atiku

Propos recueillis par Salihu Ali, Abuja

0 54

Le Parti démocratique du Peuple (PDP), son candidat à la présidentielle, Atiku Abubakar, et le gouverneur de l’État de Sokoto, Aminu Waziri Tambuwal, ont demandé à la Haute Cour fédérale d’Abuja de rejeter une action en justice intentée par le gouverneur de l’État de Rivers, Nyesom Wike, qui conteste la dernière élection primaire du parti.

Atiku, PDP et Tambuwal ont informé la Cour que le procès de Wike est frivole, sans fondement, injustifié et inconnu de la loi.

Dans leur objection conjointe au procès, les trois défendeurs ont fondé leurs objections sur quatre motifs.

Une partie des objections déposées en leur nom par un avocat principal du Nigéria, M. Ayo Kunle Ajibade, stipule que le procès tel qu’il a été déposé est inconnu de la loi et ne peut être reconnu comme une affaire préélectorale.

Ils affirment que le premier plaignant, Michael Newgent Ekamon, n’ayant pas participé à l’élection primaire conduite par le Comité exécutif national du PDP, n’a pas le locus standi requis pour intenter le procès.

Atiku, PDP et Tambuwal ont également déclaré que le procès tel qu’intenté par les demandeurs ne relève pas de la section 84 de la loi électorale et ne peut donc pas être considéré comme un conflit préélectoral.

Le quatrième motif était que le procès en cours n’a pas été initié par une procédure régulière de la loi.

Ils ont donc demandé à la Cour d’annuler ou de rejeter le procès dans son intégralité.

Procès de Wike

Wike a intenté un procès au PDP, à son candidat à la présidence Atiku Abubakar et au gouverneur de l’État de Sokoto, Aminu Tambuwal, concernant la tenue de la primaire du parti tenue à Abuja les 28 et 29 mai 2022.

Dans le procès marqué FHC/ABJ/CS/782/2022, Wike et le chef du PDP, Newgent Ekamon, sont les deux plaignants.

Dans l’assignation initiale, le PDP est cité comme le premier défendeur, tandis que la Commission électorale nationale indépendante (CENI) est le deuxième défendeur.

Tambuwal et Atiku sont cités comme troisième et quatrième défendeurs respectivement.

Dans l’assignation, Wike et son codemandeur ont demandé à la cour de déterminer huit questions, notamment si le transfert supposé des votes de Tambuwal à Atiku par le PDP était illégal et nul.

Les plaignants ont demandé à la Cour de déterminer si Tambuwal a perdu son droit aux votes au moment où il s’est retiré pour Atiku.

Wike a demandé à la Cour de déterminer si Tambuwal “s’étant retiré pendant les primaires, devait perdre ses votes”.

Wike et Ekamon ont fait valoir que si ces questions étaient tranchées en leur faveur, le tribunal devrait accorder neuf réparations, y compris une déclaration selon laquelle le prétendu transfert des votes de Tambuwal à Atiku serait déclaré nul et non avenu.

Les plaignants demandent également une déclaration selon laquelle le PDP a agi par négligence et de mauvaise foi en attribuant les voix du gouverneur de Sokoto à Atiku lors des primaires.

Ils ont demandé à la Cour “d’annuler le transfert des votes et une ordonnance correspondante empêchant le retrait du 3ème défendeur (Tambuwal) lors des primaires, après le début du vote”.

Les requérants ont également demandé à la Cour de déclarer que le PDP et Atiku ont tiré un avantage indu du retrait de Tambuwal lorsqu’ils ont permis au gouverneur de Sokoto de persuader les délégués de voter pour l’ancien vice-président lors des primaires.

Wike et Ekamon ont demandé au tribunal d’ordonner à la CENI de rejeter ou de retirer Atiku de “sa liste de candidats à l’élection présidentielle en 2023”.

Ils demandent également une ordonnance obligeant au PDP de recompter les votes de la primaire qui s’est tenue les 28 et 29 mai.

L’audience du procès a été fixée au 14 septembre par le juge Ahmed Ramat Mohammed.

Leave A Reply

Your email address will not be published.